Huffpost Canada Quebec qc

Les voitures sans conducteur bientôt sur nos routes? (VIDÉO)

Publication: Mis à jour:
Imprimer

Les constructeurs automobiles investissent des milliards pour développer des technologies destinées à assister et même à remplacer les conducteurs d'ici 5 ans. Si la voiture individuelle a encore un avenir, on se demande s'il y aura encore un pilote au volant.

Un texte de Michel Marsolais

Le plaisir de conduire pourrait vite devenir un concept désuet. Pour un panel d'experts réunis vendredi par la société Belron, la venue de la voiture autonome - c'est à dire sans conducteur - est inévitable. La technologie est déjà passablement au point.

« D'une façon générale, il ne manque rien, à mon sens. Ce qui manque, c'est que la technologie est encore chère. Les capteurs sont chers. Ce qui manque, c'est le cadre légal pour réfléchir à qui va être responsable dans le cas d'un accident. Le constructeur ou le conducteur? », estime Nicolas Saunier, professeur spécialisé en transport intelligent à l'École polytechnique de Montréal.

Vouloir avoir les mains sur le volant risque de perdre tout son sens. Déjà, plusieurs voitures dont les Tesla fonctionnent en mode semi-autonome puisqu'on n'a plus à toucher au volant.

Certains modèles Ford peuvent se garer automatiquement, d'autres modèles comme Mercedes peuvent le faire à l'aide d'un téléphone cellulaire.

Même l'industrie du camionnage prend le virage du pilotage automatique.

« Chauffeur de camion et chauffeur de taxi sont des métiers appelés à disparaître », pense Nicolas Saunier.

Même si les voitures Google, testées en Californie, ont été impliquées dans jusqu'à une dizaine d'accidents, il semble que dans tous les cas, ce soit un véhicule conduit par un humain qui soit le responsable. Ces voitures, qui n'ont même pas de volant, ont maintenant été testées sur plus d'un million de kilomètres.

Question de sécurité

Bien que la plupart des conducteurs soient actuellement peu rassurés à l'idée de circuler dans une voiture autonome, l'augmentation de la sécurité serait à la base de cette tendance technologique.

On estime que les erreurs humaines - dues notamment aux textos, à la vitesse ou à l'alcool - sont responsables de 90 % des accidents de la route. Plusieurs constructeurs sont d'avis que les systèmes d'autopilotage peuvent faire mieux que bien des conducteurs.

Divers tests menés notamment par le fabricant Mercedes ont démontré que les voitures autonomes pouvaient fonctionner en toute sécurité sur des trajets de plus de 100 km combinant autoroute et milieu urbain. La voiture s'arrête aussi pour laisser passer les piétons.

« De plus en plus, le public se conscientise du fait que la voiture est capable de faire des choses de façon autonome et de façon sécuritaire. Maintenant la complète autonomie n'est peut-être pas pour demain, mais des voitures semi-autonomes, on en voit déjà sur les routes et ça peut servir à une certaine clientèle qui ne peut pas conduire comme certaines personnes âgées », dit Souyama Cherkaoui, professeure spécialisée dans les communications pour les systèmes de transport intelligents à l'Université de Sherbrooke.

Cette dernière pense que des systèmes intelligents pourront amener les voitures à communiquer entre elles pour signaler leur position et ainsi éviter les accidents à des coûts raisonnables.

La conduite assistée permettrait aussi de mieux gérer la circulation en permettant une densification des voitures sur la route, mais elle pose toutefois d'immenses défis pour les assureurs que les réparateurs.

Ainsi, changer un pare-brise bardé de senseurs et de caméras ne sera plus une mince affaire.

« Dès cette année, on va introduire des technologies chez nous qui vont nous permettre de calibrer les caméras de véhicules automobiles qui sont équipés », dit Serge Laporte, vice-président Marketing chez Lebeau Vitres d'auto.

Si les accidents deviennent moins nombreux, ils seront certainement plus coûteux. On ignore aussi comment se comporteront ces véhicules dans des climats comme le nôtre où neige et gadoue pourraient tromper la lecture des senseurs et des caméras.

Plusieurs spécialistes et fabricants estiment que les voitures autonomes pourraient commencer à envahir significativement le marché dès 2020. Mais la question se pose : est-ce que les consommateurs seront prêts?

Close
7 projets de voitures autonomes
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée


Abonnez-vous à HuffPost Québec Autos sur Facebook
Suivez HuffPost Québec Autos sur Twitter