POLITIQUE

Bill Morneau n'a pas l'intention de modifier la formule de péréquation

15/01/2016 09:27 EST | Actualisé 15/01/2016 09:28 EST
CP

Le ministre fédéral des Finances Bill Morneau a laissé entendre vendredi à Calgary qu'il n'avait pas l'intention de modifier le fonctionnement du système de péréquation canadien, même si cela permettait de donner un coup de pouce à l'économie albertaine qui bat de l'aile en raison de la chute des prix du pétrole.

Au cours d'une rencontre avec des étudiants de l'Université de Calgary, M. Morneau a toutefois fait valoir que les investissements dans les infrastructures pouvaient contribuer à apaiser certaines difficultés liées à la dépréciation de l'or noir.

Le ministre libéral a souligné qu'avec le taux de chômage qui croît en Alberta, beaucoup de travailleurs seront disponibles pour travailler sur des projets d'infrastructures.

LIRE AUSSI:

» L'économie mondiale mise à mal, dit Morneau

» Non, la cote de crédit du Canada ne diminuera pas (pour l'instant)

M. Morneau a ajouté qu'il avait discuté de certaines idées de projets avec le maire de Calgary Naheed Nenshi, vendredi. Il a également rendu visite à des membres de la Chambre de commerce de Calgary et des représentants des secteurs environnemental et énergétique.

Au cours de la rencontre à l'université, une étudiante de science politique a demandé au ministre pourquoi le gouvernement était réfractaire à l'idée d'utiliser le système de péréquation - qui permet de transférer les fonds des provinces les plus riches aux plus pauvres - pour aider l'Alberta pendant cette période trouble.

M. Morneau a répondu qu'une modification au programme de péréquation représenterait un défi considérable, qu'il fallait à aborder avec beaucoup de prudence _ une réponse que Caitlyn Madlener a jugé insatisfaisante et insultante.

Les libéraux de Justin Trudeau ont promis des investissements additionnels de 5 milliards $ pour chacune des deux premières années de leur mandat.

La Presse Canadienne a appris plus tôt cette semaine que le gouvernement songeait à hausser cette injection d'argent dans l'économie canadienne en réaction à la détérioration de la situation économique, mais M. Morneau n'a pas voulu élaborer sur la question lors de sa visite à Calgary.

Voir aussi:


Élections fédérales : 10 recrues à surveiller


Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter