POLITIQUE
04/01/2016 02:22 EST | Actualisé 04/01/2016 02:51 EST

Nominations au Sénat : Kim Campbell, Sheila Copps et 78 autres femmes demandent la parité

Getty Images
Overlooking the seat of the Canadian Senate, Parliament Hill, Ottawa Canada. The room is often called the Red Chamber.

OTTAWA – Plus de 80 Canadiennes du milieu politique et des affaires interpellent le premier ministre Justin Trudeau afin qu’il forme un Sénat paritaire.

Parmi les signataires de la lettre ouverte, l’on retrouve l’ancienne première ministre conservatrice Kim Campbell ainsi que l’ancienne vice-première ministre libérale Sheila Copps.

La députée libérale d’Ottawa West-Nepean, Anita Vandenbeld, a elle aussi apposé sa signature au bas de la lettre qui a été envoyée le 21 décembre 2015.

Elles demandent à ce que les 22 sièges vacants au Sénat soient réservés à des femmes de différents horizons afin qu’il soit « plus représentatif du Canada ».

« Il est important de noter que l’élection fédérale de 2015 a résulté en une Chambre des communes qui n’est composée qu’à 26% de femmes. Les voix des femmes sont vastement sous-représentées dans l’institution la plus importante du gouvernement », peut-on lire.

À l’heure actuelle, le Sénat compte 83 sénateurs, dont 30 sont des femmes. Le gouvernement de Justin Trudeau a promis de combler les sièges vides par des sénateurs choisis en fonction de leurs qualifications.

« Votre proposition de créer un Sénat qui est indépendant et non partisan a le potentiel d’accroître l’importance de cette institution dans la gouvernance du Canada. Il est donc plus important que jamais que les femmes soient représentées de façon équitable et égale », poursuivent-elles dans la lettre.

Début décembre, la ministre des Institutions démocratiques, Maryam Monsef, a annoncé la création d’un comité composé de cinq membres qui cherchera de futurs sénateurs qui se sont illustrés dans leur domaine.

Si les autochtones et les minorités culturelles seront privilégiées dans le processus, il n’y a pas de promesse formelle de former un Sénat à l’image du cabinet ministériel – avec autant de femmes que d’hommes.

« Nous partageons le souhait des signataires d’atteindre un équilibre entre les hommes et les femmes au sein du Sénat », a indiqué le bureau de la ministre Monsef au HuffPost.

Les premières nominations au Sénat seront effectuées au début de cette année et proviendront des provinces qui ont le plus de sièges vacants.

Parmi les cinq nouveaux sénateurs, deux viendront du Manitoba, deux de l’Ontario et un du Québec.

Quel est le salaire des députés à Ottawa? (2016)

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter