DIVERTISSEMENT

Musique lourde en tous genres : une sélection d'albums de 2015 (VIDÉOS)

18/12/2015 04:59 EST | Actualisé 23/12/2015 02:18 EST
Dusty J/Flickr
The horns at Motley Crue ~ MN State Fair 8/29/12 This shot is blurry and underexposed but I feel it captures the show and what rock and roll is all about.

Sans ordre particulier, le Huffington Post Québec vous propose onze albums de métal et autres styles lourds connexes sortis en 2015 que vous avez peut-être manqués.

Bonne écoute!

Elder - Lore

Sur son troisième album, le jeune trio stoner de Boston montre l'étendue de son talent. À travers les chansons extrêmement bien construites et matures, on sent la multitude d'influences de la formation, de Black Sabbath au doom metal.

SUMAC — The Deal

Premier album d'un duo qui compte entre autres sur Aaron Turner (Old Man Gloom, ex-Isis), Sumac a frappé un grand coup en janvier et a mis la barre haute avec son post-métal sombre et dépressif. Du grand art.

Milanku — De Fragments

Ça pourrait être l'album qui fera découvrir plus largement les Montréalais de Milanku. Leur post-hardcore est à la fois touchant et vibrant. Une œuvre d'une quarantaine de minutes extrêmement bien ficelée qui n'a rien à enlever aux grands du genre.

Bosse-de-Nage — All Fours

Ceux qui ont été déçus par le nouvel album de Deafheaven peuvent se tourner vers cette œuvre de « blackgaze » (à la jonction du black metal et du shoegaze) puissante et intense qui ne fait pas de compromis.

Panopticon - Autumn Eternal

Toujours dans la catégorie du black metal « moderne », donnez une chance à Panopticon, un one-man band qui va puiser dans le folk pour créer une musique originale et enivrante.

Rosetta - Quintessential Ephemera

Ce cinquième CD du groupe originaire de la Pennsylvanie — le deuxième lancé sans label — porte très bien son nom, parce qu'il représente la quintessence post-rock pour ces musiciens qui, en décidant de demeurer indépendants, ont fait un choix artistique difficile et louable.

Steven Wilson — Hand. Cannot. Erase.

L'intrus de cette liste, Hand. Cannot. Erase. ne peut pas vraiment être considéré comme du métal. Mais il est inclus tout d'abord parce que c'est un des meilleurs albums progressifs de l'année, ensuite parce que Steven Wilson a un background dans le rock et le métal, et finalement parce que ses moments sombres transmettent le même genre d'émotions que bien des CDs de présentés ici.

Intronaut — The Direction of Last Things

Le Canadien Devin Townsend a réalisé cet album qui bâtit sur le succès d'Habitual Levitation, sorti en 2013, en ajoutant une touche d'agressivité et d'énergie au métal progressif du groupe.

Fuck the Facts — Desire Will Rot

Ce n'est pas le meilleur de l'année, et probablement pas non plus le meilleur de la formation de Gatineau. Mais on l'a attendu longtemps, et somme toute, Desire Will Rot est à la hauteur. Fuck the Facts est un des gros noms du grindcore, et ce nouvel opus garde intacte la place de la formation dans ce milieu.

The Armed - Untitled

The Armed, c'est un chaos musical extrême et divertissant qui vous laisse essouflé au bout des 14 morceaux. Mention toute spéciale au très comique clip de Polarizer.

Cult Leader - Lightless Walk

Trois membres du défunt groupe Gaza se rejoignent dans Cult Leader, un quatuor qui, après deux EPs, a lancé son premier vrai album cette année. Ça vous frappe comme une tonne de briques et ça ne vous donne pas vraiment la chance de vous relever avant le chanson éponyme, qui dure sept minutes et qui finit bien avec son style plus planant et buzzé.

Mentions honorales à Chelsea Wolfe - Abyss, Down I Go - You’re Lucky God, that I Cannot Reach You, Minsk – The Crash and The Draw, Graveyard – Innocence and Decadance, Secrets of the Sky – Pathway, Kowloon Walled City - Grievances, Envy – Atheist’s Cornea, A Swarm of the Sun – The Rifts...

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Heavy Montréal 2015 - Jour 1