DIVERTISSEMENT

Décès du poète français surréaliste et ami d'Aragon, Alain Jouffroy

21/12/2015 11:15 EST | Actualisé 21/12/2015 11:16 EST
Raphael GAILLARDE via Getty Images
FRANCE - MAY 31: Alain Jouffroy, poet in France on May 31, 2000. (Photo by Raphael GAILLARDE/Gamma-Rapho via Getty Images)

Le poète surréaliste français Alain Jouffroy, l'éternel "révolté contre les absences de révolte", prix Goncourt de la poésie en 2007, est mort dimanche à 87 ans, a-t-on appris lundi auprès de son épouse, Fusako Hasae.

Romancier, essayiste, critique d'art, directeur de revue, Alain Jouffroy avait été récompensé par le prix Goncourt pour l'ensemble de son oeuvre.

Né à Paris en 1928, admirateur de Henri Michaux, proche d'Aragon, Alain Jouffroy est un grand témoin et un acteur de la vie intellectuelle de la deuxième moitié du XXe siècle.

Lié au mouvement surréaliste (malgré une brouille avec André Breton qu'il défendra cependant toute sa vie), il se lie d'amitié avec des artistes comme les peintres Victor Brauner et Roberto Matta. Toujours à l'avant-garde, il est l'un des principaux introducteurs en France, au début des années 1960, du Pop Art et des artistes de la Beat Generation.

Artiste à la fois engagé et réfractaire à toute forme d'embrigadement, il est à l'origine, durant la guerre d'Algérie des manifestations "Anti-procès" à Paris, Venise et Milan pour la défense de la liberté d'expression.

Militant pour "une révolution du regard" chez l'artiste et le spectateur, il publie un an avant Mai 68 un essai sur "L'Abolition de l'art". Toujours en 1967, Alain Jouffroy participe à la fondation de la revue "Opus International", créée pour répondre à un regard moins monolithique sur l'art.

La revue n'a de cesse de défendre de jeunes artistes comme Daniel Buren ou Olivier Mosset, ou encore de traiter des formes nouvelles de l'art comme le cinéma de Jean-Luc Godard.

A partir de la fin des années 1970, il se passionne pour l'art et la littérature d'Extrême-Orient, notamment japonaise. De 1983 à 1985, il est conseiller culturel de l'ambassade de France à Tokyo.

Au cours de sa carrière, il a publié plus de 120 ouvrages, dont des oeuvres monographiques et des essais sur des artistes comme Miro, Max Ernst mais aussi David ou Franco Gentilini.

Abonnez-vous à notre page HuffPost Québec Divertissement
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Ils sont décédés en 2015