NOUVELLES

Les États-Unis prêts à transférer 17 prisonniers de Guantanamo

17/12/2015 04:04 EST | Actualisé 17/12/2015 05:56 EST
ASSOCIATED PRESS
In this photo taken Wednesday, May 13, 2009 and reviewed by the U.S. military, the sun rises over the Guantanamo detention facility at dawn, at the Guantanamo Bay U.S. Naval Base, Cuba. (AP Photo/Brennan Linsley)

Le secrétaire à la Défense Ashton Carter a approuvé le transfert vers des pays étrangers de 17 prisonniers de Guantanamo, a indiqué jeudi un responsable américain.

"Nous avons trouvé un endroit pour accueillir les 17", a déclaré ce responsable qui confirmait des informations du New York Times.

Plusieurs pays ont accepté de recevoir des détenus, a-t-il ajouté, sans préciser lesquels ni leur nombre.

Les transferts auront vraisemblablement lieu à la mi-janvier, après l'expiration d'un délai de notification au Congrès de 30 jours.

Une fois le transfert effectué, il restera 90 détenus dans le camp de prisonniers situé de l'île cubaine.

Les 17 font partie des 48 détenus qui ont reçu une approbation pour transfert de l'autorité militaire, ce qui signifie qu'ils sont théoriquement libérables, à condition de trouver un pays pour les accueillir.

Mais une bonne partie de ces détenus libérables sont Yéménites, et ne peuvent être renvoyés dans leur pays en pleine guerre civile.

Le président Obama avait promis dans sa première campagne électorale de fermer le camp de prisonniers de Guantanamo, désastreux pour l'image internationale des Etats-Unis.

Mais il n'a pas réussi à surmonter l'opposition du Congrès et n'a plus qu'un an pour accomplir son engagement.

"Le transfert de 17 détenus serait un saut en avant, compte-tenu du rythme très lent des transferts dans le passé", s'est félicité Naureen Shah, en charge de la sécurité et des droits de l'homme à Amnesty International USA.

"Cela donnerait aussi un signal que le président Obama est sérieux dans sa volonté de fermer Guantanamo pendant son mandat, ce qui est crucial car la prochaine administration pourrait vouloir vouloir la garder ouverte indéfiniment", a-t-il ajouté.

Le Pentagone devait présenter en novembre des propositions de lieu sur le territoire des Etats-Unis pour accueillir les détenus non-transférables.

Mais le président Obama a demandé au Pentagone de revoir sa copie, demandant des options moins coûteuses.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

Des prisons devenues hôtels de luxe