NOUVELLES

Le Canadien blanchi par les Kings au Centre Bell

17/12/2015 10:15 EST | Actualisé 17/12/2015 10:19 EST
Francois Lacasse via Getty Images
MONTREAL, QC - DECEMBER 17: Jeff Petry #26 of the Montreal Canadiens and Jordan Nolan #71 of the Los Angeles Kings battle for the puck in the NHL game at the Bell Centre on December 17, 2015 in Montreal, Quebec, Canada. (Photo by Francois Lacasse/NHLI via Getty Images)

Comme à plusieurs reprises au cours des dernières semaines, le Canadien n'a pas joué un mauvais match, jeudi, contre les Kings. Mais comme ç'a été souvent le cas au cours des dernières semaines, ce sont les adversaires du Tricolore qui ont eu le dessus.

Incapable de profiter de ses trois supériorités numériques et confronté à un Jonathan Quick en pleine possession de ses moyens, le Bleu-blanc-rouge s'est incliné 3-0, au Centre Bell, contre les représentants de la Californie.

Le Canadien subit une deuxième défaite d'affilée. Qui plus est, les hommes de Michel Therrien sont blanchis de la feuille de pointage pour la première fois de la saison.

Dans la victoire, Quick a été intraitable. Le portier des Californiens a dit non 45 fois.

Mike Condon a pour sa part cédé deux fois en 95 secondes, en deuxième période.

Lucic se fait remarquer

Les Kings ont exercé de la pression dès les premiers instants du match près du filet de Condon. Ce dernier s'est notamment illustré contre Milan Lucic, qui a opté pour un tir des poignets lors d'un deux contre un.

Lucic, qui s'est fait copieusement huer dès qu'il a touché à la rondelle pour la première fois dans la rencontre, a récidivé à mi-chemin en première période. Condon a cependant été alerte, au moment où le numéro 17 représentait une menace devant son filet.

Le Canadien a failli marquer en fin d'engagement lorsque Lars Eller s'est échappé devant Jonathan Quick, en infériorité numérique.

Or, le Danois n'a pu déjouer le gardien américain. Alec Martinez a été puni sur le jeu pour avoir accroché Eller, mais le Tricolore a été incapable de profiter de ce cinq contre quatre.

Zéro en 20

Le Tricolore a profité d'un deuxième jeu de puissance, tôt en deuxième période, mais pour une 20e fois de suite, le Canadien a fait chou blanc à cinq contre quatre.

David Desharnais et Daniel Carr ont chacun obtenu une occasion de marquer à mi-chemin de la période médiane. Le premier a fait une belle percée en territoire des Kings pour décocher un tir vers Quick tandis que le second a failli dévier une passe derrière le portier californien.

Doughty fait mal, deux fois

Drew Doughty a donné l'avance aux siens à 14:47 en deuxième période.

Au moment où P.K. Subban sortait du banc des punitions, le défenseur des Kings, qui étaient bien installés en zone du Tricolore, a décoché un tir de la ligne bleue, qui a déjoué Condon.

Moins de deux minutes plus tard, Doughty a été l'architecte du second but des siens. Le numéro 8 a servi une savante passe à Anze Kopitar. Le tir du Slovène n'a donné aucune chance à Condon.

Voulant certainement qu'une étincelle se produise en attaque, Michel Therrien a réuni Pacioretty, Galchenyuk et Plekanec en début de troisième période.

Or, Quick a été sensationnel au troisième vingt, au grand dam des spectateurs au Centre Bell. Il a notamment frustré Alex Galchenyuk d'un but certain, au moment où le numéro 27 s'est présenté seul devant lui.

Même à six contre quatre en toute fin de rencontre, au moment où Michel Therrien avait retiré Condon lors d'une supériorité numérique, le Canadien n'a pu s'inscrire au pointage.

Avec 49 secondes à faire de le match, Marian Gaborik a marqué dans un filet désert.

Quelques faits saillants :

Le Canadien a été incapable de profiter de ses 21 derniers jeux de puissance;

Le Tricolore a privé ses partisans d'une victoire à son dernier match au Centre Bell en 2015.

Le Tricolore entamera dans les prochains jours un long voyage de huit matchs à l'étranger.

La troupe de Michel Therrien disputera la première de ces rencontres samedi, à Dallas, contre les Stars.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

Le hockey du bon vieux temps