INTERNATIONAL

L'aide humanitaire internationale plus nécessaire que jamais

07/12/2015 04:26 EST | Actualisé 07/12/2015 04:26 EST
HAIDAR MOHAMMED ALI via Getty Images
Displaced Iraqis, who fled their homes following an offensive led by the Islamic State (IS) jihadist group, collect boxes of food donated by the World Food Program (WFP) in the southern city of Basra on October 2, 2014. United Nations agencies are running out of funding to help the 1.8 million people displaced by violence in Iraq, UN humanitarian chief Valerie Amos said. AFP PHOTO/HAIDAR MOHAMMED ALI (Photo credit should read HAIDAR MOHAMMED ALI/AFP/Getty Images)

« Les souffrances dans le monde ont atteint des niveaux jamais vus en une génération. » C’est ce qu’a déclaré Stephen O’Brien, le secrétaire général adjoint de l’ONU pour les Affaires humanitaires, en réclamant plus d’argent pour venir en aide aux 87 millions de citoyens dans le monde qui tentent de survivre aux guerres ou aux désastres naturels.

20,1 milliards de dollars US

Ce montant, demandé par l’Organisation mondiale pour la Santé, l’Agence des Nations unies pour les réfugiés et le Bureau de la coordination des affaires humanitaires, permettrait de couvrir diverses crises dans 37 pays, dont la Syrie, l’Irak, le Soudan du Sud et le Yémen.

L’année 2016 s’annonce difficile en raison des conflits persistants et du phénomène El Nino. Après avoir causé des sécheresses record dans certaines régions de l’Amérique du Sud et de l’Afrique, il devrait continuer de causer des désastres naturels.

Depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale, jamais il n’y a eu autant de déplacés dans le monde que ces dernières années alors que 60 millions de personnes ont dû quitter leur domicile.

L’argent reçu par les organisations onusiennes d’aide provient en majorité des gouvernements. Il sert à offrir protection, nourriture, abris et aide médicale.

Jamais la somme demandée n’a été aussi importante : 20,1 milliards de dollars US, c’est cinq fois plus qu’il y a une décennie.

RCI avec Associated Press

Réfugiés syriens: Comment vous pouvez aider

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter