DIVERTISSEMENT

Le magazine Séquences célèbre 60 ans de cinéma

06/12/2015 09:32 EST | Actualisé 07/12/2015 01:26 EST
Ismaël Houdassine

Troisième plus ancienne publication francophone de cinéma au monde, après les Cahiers du cinéma et la revue Positif, le magazine québécois Séquences porte à travers ses pages l’amour du 7e art.

Depuis sa naissance en 1955, la publication a traversé les époques, les modes et les mutations avec ce souci constant de mettre de l’avant les grandes figures qui continuent de faire la richesse de la planète cinéma.

La crise de l’imprimé et la montée fulgurante du web n’auront pas eu raison du magazine fondé par Léo Bonneville. D’ailleurs, les lecteurs peuvent également consulter une version internet lancée en 2009 et mise à jour régulièrement.

Portraits des artisans, entrevues de réalisateurs, critiques, analyses et dossiers, Séquences est devenu au fil du temps un rendez-vous papier immanquable pour tous les cinéphiles d’hier et d’aujourd’hui. Malgré la situation économique difficile, le périodique – avec ses six publications annuelles – continue de défendre une vision résolument artistique du cinéma.

À l’occasion du soixantenaire de Séquences, son rédacteur en chef, Élie Castiel, a répondu aux questions du Huffington Post Québec.

Que signifie pour Séquences, soixante ans d'existence?

Soixante ans, c’est un acte de résistance, une manière de lutter contre les dictats d’Internet. Mais avant tout, c’est une façon de mettre en évidence la vraie nature de la critique; c’est-à-dire faire connaitre le cinéma à travers l’analyse critique, la rigueur intellectuelle et le dépassement de soi. En fin de compte, c’est surtout d’éviter de tomber dans la facilité. Le tout dans un format imprimé, pour assurer sa pérennité.

Internet et l'arrivée du tout numérique ont profondément bouleversé l'univers des publications écrites. Comment Séquences s'est-il adapté à tous ces changements?

En créant un site Internet, Séquences s’est adaptée au temps présent. C’est pour cette raison que les deux formats ont des priorités différentes. La toile est plus accessible au grand public, ce qui n’empêche pas que les textes mis en ligne soient dans la même veine que la revue avec sa rigueur de l’écriture et sa pensée critique.

Aujourd'hui madame et monsieur Tout-le-monde peuvent s'improviser critiques. Que peuvent donc apporter de plus les professionnelles comme ceux que l'on peut lire dans les pages de votre magazine?

Le combat est dur pour les revues puisque «monsieur et madame Tout-le-monde» semblent ceux qui s’expriment le plus dû à l’accessibilité de plus en plus démocratique de l’information. Le point de vue expéditif est devenu la norme et la réflexion est vue comme une atteinte à la morale populiste. Mais les revues comme Séquences continuent de se battre pour leur droit, qui en fait n’en est pas un, mais pour quelque chose qu’on appellerait «la survie de la propriété intellectuelle».

L'industrie du 7e art traverse une crise énorme avec des salles désertées par le public. Ajoutons à cela, la fermeture récente de l'Excentris, rare vitrine montréalaise pour le cinéma d'auteur. Est-ce qu'on se dirige tout droit vers la catastrophe?

Je pense que l’avenir en salle est menacé dans un avenir lointain, mais dans le même temps, les prochaines années seront dures en ce qui a trait à la distribution et à l’exploitation. Comme les profits semblent être les seuls pions pour garantir la survie du cinéma en salle, il devient ardu de maintenir une politique viable dans ce domaine. Sans oublier que la cinéphilie a radicalement changé de camp: les anciens amoureux du grand écran ont remplacé la salle de cinéma par le grand écran chez soi.

L'avenir de Séquences, c'est quoi?

Difficile à dire! Pourrons-nous continuer à produire en format papier? Devrons-nous nous adapter au format virtuel? Sur ce point, des questions d’ordre éthique, de formation et de gérance sont à l’ordre du jour si une telle éventualité se présente.

Découvrez le site internet du magazine: www.revuesequences.org

Abonnez-vous à notre page HuffPost Québec Divertissement
Suivez-nous sur Twitter

Des citations marquantes dans les écrans québécois