NOUVELLES

Nouvel espoir pour les hommes atteints d'un stade avancé du cancer de la prostate

05/12/2015 09:11 EST | Actualisé 05/12/2015 09:11 EST
iStock via Radio-Canada.ca

Une combinaison de deux médicaments pourrait prolonger la vie des hommes atteints du cancer de la prostate avec des métastases. Elle est actuellement testée dans 196 hôpitaux, dans le cadre d'une vaste étude internationale dirigée par un Montréalais.

Un texte de Francine PlourdeTwitterCourriel de l'émission Les années lumière

Chaque année au Canada, 25 000 hommes reçoivent un diagnostic de cancer de la prostate. Dans la plupart des cas, s'il est détecté à temps, ce cancer est plutôt bénin et facilement traitable.

Mais pour 4000 de ces hommes, les traitements habituels comme la radiothérapie, les traitements aux hormones et même l'ablation de la prostate ou des testicules ne fonctionnent pas. Des métastases se forment, souvent dans les os, et leur espérance de vie va de un à trois ans.

Il reste toutefois de l'espoir d'allonger leur survie et de diminuer leur souffrance. Depuis un an environ, les chercheurs ont testé de façon préliminaire une combinaison de deux médicaments.

Le premier, l'acétate d'abiratérone, vendu sous le nom de Zytiga, est déjà utilisé en plus du traitement hormonal standard. Le deuxième, l'ARN-509, est un médicament qui n'est pas encore approuvé pour le marché.

Feu vert pour une étude avec un millier de patients

Les premiers tests réalisés sur une quarantaine de malades ont démontré que ce traitement est sécuritaire, que les médicaments sont bien tolérés et qu'ils semblent efficaces. Devant ces résultats encourageants, la Food and Drug Association des États-Unis et Santé Canada ont autorisé le début d'une étude internationale, avec un millier de patients, dont une moitié recevra un placebo.

Le responsable de cette vaste étude est l'urologue et oncologue montréalais spécialiste du cancer de la prostate, le docteur Fred Saad. Le chercheur au Centre de recherche du centre hospitalier de l'Université de Montréal a observé que les deux médicaments se complètent et permettent de bloquer la testostérone qui alimente les cellules cancéreuses.

« Le mécanisme d'action de l'autre médicament (l'ARN-509) fait en sorte qu'on croit que la complémentarité va améliorer l'efficacité des deux médicaments. Parce que le Zytiga vise à arrêter la production de testostérone, même quand elle est infiniment petite, pour complémenter l'hormonothérapie. Et l'autre bloque les récepteurs où la testostérone agit pour stimuler les cellules cancéreuses », explique-t-il.

L'étude clinique devrait durer trois ans, le nouveau traitement ne pourra donc pas être mis en marché avant plusieurs années.

Mais les chercheurs sont convaincus que ce premier traitement combiné parviendra à retarder la progression de la maladie et à prolonger la vie des hommes atteints. Ils espèrent surtout qu'il pourra améliorer leur qualité de vie et réduire leur souffrance.

Écoutez le reportage de Francine Plourde à l'émission Les années lumière sur ICI Radio-Canada Première dimanche à 12 h 10.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST:

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Les stars atteintes du cancer de la prostate