DIVERTISSEMENT

Dans le Pot Mason de Joannie Benoit

05/12/2015 12:33 EST | Actualisé 05/12/2015 12:37 EST
Courtoisie Taxi Promo

L’automne a été stimulant pour Joannie Benoit, qui lançait en septembre un premier album à son nom, Pot Mason. L’interprète de 27 ans a passé les dernières semaines en mode promotion et ce soir, elle donne rendez-vous aux Montréalais à la Salle Claude-Léveillée de la Place des Arts, pour un concert intimiste où, entourée de ses amis Andréanne A. Malette, Mélissa Bédard, Mathieu Langevin et Élise Larouche (du duo Éli et Papillon), elle versera tantôt dans les tons de Noël, tantôt dans son propre matériel. Joannie Benoit devrait d’ailleurs offrir la totalité de son disque aux spectateurs venus festoyer avec elle. Une bonne façon de tendre l’oreille à sa douce pop-folk, si ce n’est déjà fait.

Cette première galette autoproduite, au titre qui évoque tant la tendance actuelle des pots Mason que l’aspect enveloppant et réconfortant de l’objet, Joannie Benoît a pris son temps avant de la dévoiler au grand public. Car c’est en 2012 que les Québécois ont fait la connaissance de Joannie, lorsque la jeune femme a intégré le manoir de Frelighsburg qui faisait office de résidence aux jeunes participants de la cinquième mouture de Star Académie. Auparavant, en 2010, Joannie avait accédé aux demi-finales du Festival international de la chanson de Granby.

Mais bien qu’aguerrie, Joannie souhaitait ne rien précipiter. Sans doute aurait-elle pu saisir plus tôt quelque opportunité ; après tout, sitôt évincée de Star Académie, à mi-parcours du concours, au début mars 2012, elle accompagnait le groupe Kaïn dans un spectacle sur la scène de l’Étoile du Quartier Dix30, à Brossard. Or, la native de Tracadie-Sheila, au Nouveau-Brunswick, voulait mener sa barque comme elle l’entendait.

«Quand je suis sortie de Star Académie, je ne me sentais pas prête, tout simplement, avance la chanteuse. J’avais besoin de me ressourcer. Après une grande aventure comme celle-là, j’avais envie de revenir à Joannie, à mes spectacles intimes, avec ma guitare, dans des petites salles. L’expérience Star Académie a été incroyable, j’y ai beaucoup appris et j’ai adoré ça mais, pendant notre passage là-bas, on touche à tellement de styles musicaux, on fait de la danse et plein d’autres trucs, et on n’a pas toujours l’occasion de travailler nos forces.»

Donner des pistes

La brunette a attendu de rencontrer les bons collaborateurs et s’est bâti une équipe avec la confiance de son nouveau gérant, Simon Robitaille. La voix de Joannie devait trouver les auteurs et les compositeurs qui sauraient lui accoler les bons mots et les justes accords. Mais sa patience a rapporté ; d’importantes pointures ont apporté leur contribution à son univers musical. Michel Rivard, Ève Déziel, Jean-François Breau, Mathieu Lippé, Nancy Dumais, Catherine Durand, Félix Dyotte, Viviane Audet, Robin-Joël Cool et Mélanie Guay ne sont que quelques-uns des talents qui ont secondé Joanie dans son processus de création, en lui offrant textes et mélodies traitant, notamment, d’amour (Vaudou, Oregon, Cicatrice, J’attendrai, À la rue, Dans un pot Mason), d’amitié (Jusqu’au lever du soleil) et d’un tournant important de son existence, l’amputation d’une jambe qu’elle a dû subir à l’âge de 16 ans, après avoir été frappée par un cancer du fémur (Le parcours).

Puis, l’artiste a testé son répertoire fraîchement pondu en spectacle un peu partout dans la province, avant de le graver officiellement sous l’œil bienveillant du réalisateur David Brunet, qu’elle avait rencontré pour la première fois à Granby, et d’en arriver là où elle est aujourd’hui.

«Plusieurs chansons ont été conçues sur mesure pour moi. Je n’ai rien écrit ou composé, mais je donnais des pistes aux collaborateurs. Mon travail d’interprète était de m’approprier les chansons, de faire en sorte que ça sonne comme si c’était Joannie les avait écrites. Au niveau des arrangements, avec mon réalisateur, on a vraiment fait ça ensemble», explique Joannie, qui dit être inspirée par les sonorités de Serena Ryder, de Louis-Jean Cormier, d’Ariane Moffatt, de Coldplay, de John Mayer et de tant d’autres.

Productrice

Grattant la guitare, et maîtrisant aussi batterie, piano et ukulélé, Joannie a également enfilé ses habits de productrice et a investi ses propres sous pour matérialiser son envie de lancer un album.

«J’ai eu beaucoup de remises en question, et décider de produire, c’a été un autre stress, reconnaît la jeune femme d’affaires. Mais je suis tellement fière de mon album, j’ai mis tout mon cœur dedans, à 100%. L’industrie de la musique ne va pas bien, et c’est difficile de trouver un producteur, parce que pour eux, investir est un risque. Et, pour moi, c’était clair que je voulais faire un album. J’ai donc décidé de ne pas attendre après les autres, de bâtir mon projet et de bien m’entourer. J’ai écouté les conseils des gens autour de moi mais, puisque c’est moi qui produis, j’avais le gros bout du bâton!»

Jamais Joannie n’a cru que le fait d’avoir été révélée à Star Académie jouerait automatiquement en sa faveur, et elle était prête à bosser dur pour prouver qu’elle n’avait pas l’intention de n’être qu’un feu de paille.

«Je n’ai jamais rien pris pour acquis. Je m’étais préparée d’avance à vivre un nouveau départ, en finissant Star Académie. Je savais que j’allais recommencer à zéro, avec un peu plus d’expérience. Après un tel tourbillon, on pourrait croire que tout est gagné d’avance parce qu’on a un public qui nous suit, mais non. Le public suivait le groupe au complet, et pas nécessairement juste Joannie. Il y avait peut-être 2,5 millions de personnes qui nous regardaient chaque dimanche, mais plusieurs autres ne nous ont pas suivis, et il fallait aller chercher ces gens. Comme n’importe quel artiste qui n’aurait pas fait de téléréalité», complète Joannie.

Joannie Benoît et ses invités présentent le spectacle Noël dans un Pot Mason ce samedi, 5 décembre, à 20h, à la Salle Claude-Léveillée de la Place des Arts. Consultez le www.placedesarts.com pour plus d’informations de dernière minute.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter