POLITIQUE

Un premier discours du Trône pour le gouvernement Trudeau (VIDÉO)

04/12/2015 02:00 EST | Actualisé 04/12/2015 08:43 EST

Respect des institutions, protection de l'environnement, meilleure relation avec les peuples autochtones, croissance économique et réforme électorale. Voilà les grandes priorités exposées par le Gouverneur général à la lecture du premier discours du Trône du gouvernement Trudeau, intitulé « Réaliser le vrai changement ».

Un texte de Raphaël Bouvier-Auclair

Le discours du Trône a confirmé les grandes orientations du gouvernement qui avaient été indiquées dans les lettres de mandat publiées sur Internet il y a quelques semaines et dans lesquelles le premier ministre Trudeau faisait part de ses instructions à ses ministres.

Le respect entre parlementaires est l'une des premières idées évoquées dans le discours du Trône. « Le Canada fonctionne en grande partie parce qu'ici les différentes idées et opinions sont mises de l'avant, pas ignorées. Le Parlement ne devrait pas être une exception », peut-on y lire.

Un message qui fait écho aux premiers mots du nouveau président de la Chambre des communes, Geoff Regean, qui parlait, après son élection jeudi, de l'importance « d'élever le ton et de restituer la bienséance ».

Le discours du Trône évoque entre autres le fait que le gouvernement favorisera la « tenue de débats ouverts et le recours au vote libre ».

Le gouvernement Trudeau réitère par ailleurs son intention de revoir le mode électoral utilisé au Canada. « L'élection de 2015 aura été la dernière à être menée selon le système électoral uninominal majoritaire à un tour ».

L'environnement et les Premières Nations

Le gouvernement répète sa réflexion selon laquelle le développement économique et la protection de l'environnement peuvent coexister. Réduire la pollution et mettre un prix sur le carbone sera donc une priorité des troupes de Justin Trudeau.

Le texte du discours du Trône rappelle d'ailleurs que le premier ministre a rencontré ses homologues provinciaux avant la conférence sur le climat COP21 à Paris. Ottawa s'est engagé à présenter un plan de lutte contre les changements climatiques dans les 90 jours qui suivront le sommet.

En plus d'investissements dans les technologies vertes, le gouvernement entend procéder à de meilleures évaluations environnementales et faire participer les Premières Nations dans le développement de projets énergétiques majeurs.

Du reste, le respect des Premières Nations est au coeur du discours du Trône. Comme promis, Ottawa va donner suite aux 94 recommandations de la Commissions de vérité et reconciliation, en plus de mettre sur pied une enquête sur les femmes autochtones disparues et assassinées. En 2014, on apprenait que ce sont près de 1200 femmes au cours des 30 dernières années qui ont été tuées ou portées disparues. Déjà, la ministre Carolyn Bennett disait travailler aux étapes préliminaires de cette enquête.

Cap sur la reduction des impôts de la classe moyenne

« Le gouvernement fera baisser les impôts de la classe moyenne », peut-on lire dans le discours.

Cette importante promesse électorale du Parti libéral sera mise en application dès la semaine prochaine.

« Ce sera une grosse semaine », a affirmé plus tôt dans la journée le leader du gouvernement à la Chambre des communes, Dominic LeBlanc, en évoquant la prochaine semaine au Parlement.

Le gouvernement entend mettre en place son nouveau système fiscal par le biais d'une motion de voies et moyens.

En campagne électorale, les libéraux s'étaient engagés à réduire le fardeau fiscal de la classe moyenne, tout en augmentant le taux d'imposition pour les tranches de revenus imposables supérieures à 200 000 $.

Investir dans les infrastructures

Pendant la campagne, le parti de Justin Trudeau avait aussi promis d'investir notamment dans les infrastructures pour stimuler l'économie. Le prix à payer : des déficits d'environ 10 milliards de dollars pour les prochaines années avec un retour à l'équilibre budgétaire en 2019-2020.

Mais la marge de manoeuvre du gouvernement pourrait être plus mince que prévu, puisqu'en se basant sur le dernier budget et sans tenir compte des promesses libérales, le Directeur parlementaire du budget a prévu des déficits plus importants que ceux anticipés par le ministère des Finances.

Le rôle du Canada dans le monde en tant que partenaire des opérations de paix des Nations unies ainsi que l'accueil de 25 000 réfugiés syriens au pays d'ici la fin février font aussi partie des grandes orientations répétées dans le discours.

De nombreux dignitaires ont assisté à la présentation du discours du Trône au Sénat, dont le chef de l'Assemblée des Premières Nations Perry Bellegarde, le maire d'Ottawa Jim Watson, ainsi que les anciens premiers ministres Joe Clark, John Turner et Jean Chrétien.

div class="embed">

À la veille de la présentation du discours, le député conservateur Maxime Bernier a lancé cet avertissement au gouvernement : « Au moins qu'il respecte sa promesse d'avoir un petit déficit et on sait que les déficits sont les taxes futures que les Canadiens vont payer ».

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

Le style non-conventionnel de Justin Trudeau