POLITIQUE

Denis Coderre dépense 200 000 $ de plus en chauffeurs que ses prédécesseurs (VIDÉO)

03/12/2015 02:50 EST | Actualisé 04/12/2015 02:00 EST

Puisque le maire Denis Coderre se déplace beaucoup plus que ses prédécesseurs et qu'il fait de plus longues journées, les dépenses de la Ville de Montréal ont dû être ajustées. Un montant supplémentaire de 200 000 $ a été prévu au budget 2016.

Un texte de François Cormier

À l'origine, deux chauffeurs effectuaient les déplacements du maire et du comité exécutif.

Avec l'arrivée de Denis Coderre au pouvoir, la tâche s'est alourdie. Donc, 68 400 $ serviront à payer un chauffeur supplémentaire. Il s'agit du salaire incluant les avantages sociaux. Les heures supplémentaires des chauffeurs ont également été prévues au budget. On parle d'un montant de 131 600 $.

Quelques précisions

Budget initial pour deux chauffeurs : 141 000 $

Budget additionnel pour un chauffeur supplémentaire : 68 400 $

Heures supplémentaires : 131 600 $

Total : 341 000 $

Les cols bleus dénoncent cette embauche

Le directeur général adjoint de la Ville de Montréal, Jacques A. Ulysse, explique que Denis Coderre avait des demandes spécifiques. « Le maire avait besoin d'un nombre d'heures élevé », explique-t-il.

De plus, la confidentialité doit être respectée du fait que le maire a, dans sa voiture, de nombreuses discussions. « Il a besoin d'avoir confiance en la personne qui sera son chauffeur », de préciser M. Ulysse.

Le syndicat des cols bleus de Montréal dénonce toutefois cette embauche, puisque le chauffeur supplémentaire ne vient pas de leur syndicat.

« Les cols bleus se sont toujours occupés des déplacements du maire. Il n'y a jamais eu de fuite depuis 20 ans », explique le directeur du syndicat, Normand Bergeron.

Selon la Ville, une demande a été faite au syndicat pour que ce chauffeur soit syndiqué, mais elle a été refusée en raison de l'horaire exigeant.

Projet Montréal estime qu'il s'agit d'une demande déraisonnable. « Après avoir engagé une personne à 1800 $ par jour, le maire engage un chauffeur à 200 000 $ par année. Le pouvoir lui monte à la tête », dénonce le conseiller Sylvain Ouellet.