DIVERTISSEMENT

Quoi voir au cinéma dès le 4 décembre 2015? (VIDÉO/PHOTOS)

03/12/2015 02:42 EST | Actualisé 04/12/2015 02:06 EST

Sortie au cinéma prévue? Découvrez les films à l'affiche cette semaine!

Le Huffington Post Québec et Mediafilm.ca vous présentent les films qui prennent l'affiche cette semaine au Québec:

Films de la semaine - 4 décembre 2015


LE COEUR DE MADAME SABALI

Canada. 2015. 78 min.

Comédie dramatique de Ryan McKenna avec Marie Brassard, Francis La Haye, Youssef Camara, Hugo Giroux, Michel Forget, Phylllis Gooden.

Employée d'une compagnie ferroviaire souffrant de problèmes cardiaques, Jeannette met dehors son conjoint, qui ne la touchait plus depuis deux ans. Peu après s'être engagée dans une relation avec un jeune collègue qui multiplie les conquêtes féminines, la quinquagénaire se fait transplanter le coeur d'une Malienne qui a été assassinée. Deux choses étranges se produisent alors: le meurtrier lui apparaît en rêve, de sorte que son identification judiciaire devient possible, et le fils de la défunte croit voir en elle la réincarnation de sa mère.

Trois ans après l'inédit FIRST WINTER, filmé dans son Manitoba natal, Ryan McKenna revient avec cette production très modeste tournée au Québec, qui se distingue par ses décors colorés et son humour décalé à la Stéphane Lafleur. Hélas, la prémisse insolite est insuffisamment nourrie et outre Marie Brassard, très investie dans son rôle, l'interprétation est inégale.

JAMES WHITE

États-Unis. 2015. 86 min.

Drame de Josh Mond avec Christopher Abbott, Cynthia Nixon, Scott Mescudi, Ron Livingston, Makenzie Leigh, David Call.

Sans emploi à 21 ans, James White comble le vide de son existence en écumant les bars de New York et les fêtes décadentes en compagnie de son meilleur ami Nick. Sinon, il dort sur le canapé de l'appartement de sa mère, une ancienne enseignante en rémission d'un cancer. À la mort de son père, cette dernière le presse de se reprendre en main; il décide plutôt d'aller faire le point sur sa vie dans un tout-inclus au Mexique. Là-bas, James s'amourache de la ravissante Jayne, une fille de son âge en vacances avec ses parents. Mais la récréation est de courte durée. Au téléphone, sa mère lui annonce que le cancer a récidivé, et qu'elle est maintenant en phase terminale.

Reposant sur un récit initiatique peu original, mais traité avec sincérité et franchise, ce premier film éprouvant et émouvant scrute avec finesse l'évolution d'une relation mère-fils. La mise en scène fébrile, étouffante, manque parfois de précision, mais les performances sombres et denses des acteurs emportent l'adhésion.

KRAMPUS

États-Unis. 2015. 98 min.

Comédie d'horreur de Michael Dougherty avec Emjay Anthony, Adam Scott, Toni Collette, Allison Tolman, David Koechner.

Tournant le dos à l'esprit de Noël, un garçon provoque par inadvertance l'irruption d'une entité démoniaque dans sa famille dysfonctionnelle.

LÉGENDE

Grande-Bretagne. 2015. 132 min.

Drame biographique de Brian Helgeland avec Tom Hardy, Taron Egerton, Emily Browning, Colin Morgan, Christopher Eccleston, David Thewlis.

Dans les années 1960, à Londres, les frères Kray règnent sur les milieux interlopes. Surtout Reggie, beau parleur, malin, drôle et dont l'invincibilité apparente impressionne. Dans un registre différent, son frère jumeau Ronnie, homosexuel assumé, à peine sorti d'un hôpital psychiatrique où il a été diagnostiqué schizophrène paranoïaque, est tout aussi terrifiant. Tant pour leurs rivaux que pour les autorités locales, que les deux frères n'hésitent pas à soudoyer. Jeté en prison pour quelques mois, Reggie cède les rênes de leur boîte de nuit à son frère. Mais ce dernier est un bien piètre gestionnaire, de sorte que les affaires périclitent rapidement. Alors que Frances, la petite amie de Reggie, fait pression sur lui afin qu'il renonce à sa carrière criminelle, des mafiosi américains le contactent pour l'inciter à transformer Londres en Las Vegas européen.

Haute en couleur, cette reconstitution du "swinging London" n'en paraît pas moins artificielle. Mixant sans cohérence comédie et tragédie, film de gangsters ultra-violent et romance à l'eau de rose, le film se distingue surtout par la composition charismatique et théâtrale de Tom Hardy (MAD MAX - FURY ROAD) dans un double rôle.

LIFE

Grande-Bretagne. 2015. 111 min.

Drame historique de Anton Corbijn avec Robert Pattinson, Dane DeHaan, Joel Edgerton, Ben Kingsley, Kristen Hager, Kelly McCreary.

Californie, 1955. Frustré d'être relégué à la couverture d'histoires sans intérêt au magazine Life, le jeune photographe Dennis Stock voit sa chance tourner lorsqu'il rencontre dans une soirée mondaine une star montante, nommée James Dean. Intrigué et séduit par le charisme de l'acteur, Stock convainc ses éditeurs de le laisser lui consacrer un photo-reportage substantiel, à condition qu'il parvienne à le compléter avant la sortie du film "À l'est d'Eden". S'amorce alors une étrange course-poursuite entre le photographe et le comédien, de Los Angeles à New York en passant par la petite ferme d'Indiana où ce dernier a grandi. En cours de route, Stock apprend à connaître un peu mieux ce jeune homme à la fois troublé et troublant, tout en réalisant une série de clichés mémorables qui scelleront sa légende, sept mois avant sa mort tragique.

Bien que réalisée par un ex-photographe vedette, cette réflexion sur la fabrication d'un mythe s'avère étonnamment impersonnelle, reposant sur une reconstitution élégante mais sans âme. Dans la peau de James Dean, Dane DeHaan livre une prestation tour à tour empruntée et impressionnante, face à un Robert Pattinson anémique dans le rôle sous-développé de Stock.

MI-5

Grande-Bretagne. 2015. 104 min.

Drame d'espionnage de Bharat Nalluri avec Peter Firth, Kit Harington, Elyes Gabel, Tuppence Middleton, Tim McInnerny, Jennifer Ehle, Eleanor Matsuura, Michael Wildman, David Harewood.

Au cours de son transfert dans un fourgon du MI-5 (le service de renseignement de sécurité intérieure du Royaume-Uni), le terroriste Adam Qasim est libéré par des complices lourdement armés. Tenu responsable de ce fiasco par ses supérieurs et la CIA, qui devait prendre possession du détenu, le directeur de l'unité antiterroriste, sir Harry Pearce, feint son suicide et disparaît dans la nature. Mais pas pour longtemps. Convaincu qu'un haut gradé du MI-5 a orchestré l'évasion de Qasim dans le but de discréditer l'agence, le rusé Harry contre-attaque. Dénichant sans peine le repaire du terroriste, l'espion fait un marché avec lui: la libération de son épouse, détenue en Russie, en échange du numéro de téléphone du traître. Pendant ce temps, Will Holloway, ex-protégé de Harry, qui l'avait récemment congédié, doit reprendre du service avec une double mission: retrouver le directeur en cavale et capturer Qasim, qui se prépare à perpétrer un attentat à Londres.

Adapté de la série télévisée "Spooks", diffusée pendant neuf ans à la BBC, ce thriller d'espionnage ne réinvente certes pas le genre, mais constitue un divertissement de bonne tenue. Bharat Nalluri (MISS PETTIGREW LIVES FOR A DAY) orchestre le tout avec assurance, non sans quelques facilités, et l'interprétation est dans la note.

PIPELINES, POUVOIR ET DÉMOCRATIE

Canada. 2015. 90 min.

Documentaire de Olivier D. Asselin.

Les actions entreprises par différents groupes de militants québécois pour empêcher le passage, sur le territoire de la province, d'un oléoduc transportant le produit brut obtenu par l'extraction des sables bitumineux de l'Alberta.

Capté sur le vif, dans le vacarme des assemblées et des manifestations, ce reportage engagé assemble avec vigueur des torrents de piétage, et emmêle plusieurs fils conducteurs dont chacun aurait pu faire l'objet d'un film. Du magma émergent des constats éclairants, dont le prix politique payé par l'ex-ministre écologiste Daniel Breton et la dispersion des forces vives du mouvement.

A ROYAL NIGHT OUT

Grande-Bretagne. 2014. 97 min.

Comédie de Julian Jarrold avec Sarah Gadon, Bel Powley, Jack Reynor, Rupert Everett, Emily Watson, Jack Laskey, Jack Gordon, Roger Allam.

Le 8 mai 1945, l'Allemagne capitule. C'est la fin de la guerre en Europe. Brûlant d'envie de célébrer la victoire avec la population londonienne en liesse, les princesses Elizabeth, 19 ans, et Margaret, 14 ans, essuient un refus catégorique de la part de leur mère, très à cheval sur le protocole. Mais quand Elizabeth fait valoir à son père, le roi Georges VI, qu'elle pourrait ainsi observer comment le peuple réagira au discours radiophonique qu'il prononcera dans quelques heures, celui-ci permet à ses filles de passer la soirée au Ritz, chaperonnées par deux lieutenants de la garde. Or, ces derniers, gagnés par le climat d'insouciance, exercent une bien piètre surveillance. De sorte que la délurée Margaret ne tarde pas à s'échapper, pour vivre de folles aventures aux quatre coins de Londres. Pour la retrouver, Elizabeth, qui cache sa véritable identité, obtient l'aide d'un jeune pilote désabusé et anti-royaliste.

Partant d'une anecdote historique, les auteurs ont conçu une fantaisie gentiment irrévérencieuse, qui se signale davantage par sa réalisation élégante et leste que par son scénario ludique mais dénué de rigueur. L'interprétation est soit crispée (Rupert Everett et Emily Watson, parfaits en couple royal), soit enjouée et désinvolte.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook HuffPost Québec Divertissement
Suivez-nous sur Twitter