NOUVELLES

Essai routier Subaru Crosstrek 2016 : ne m'oubliez pas (PHOTOS)

02/12/2015 09:34 EST | Actualisé 02/12/2015 09:34 EST
EcoloAuto.com

Dévoilé en 2012, le Subaru XV Crosstrek était à l’époque une curiosité, un modèle à mi-chemin entre une voiture et un utilitaire sport. Il devenait le VUS le plus abordable de la gamme Subaru, mais en même temps nos yeux nous disaient qu’il s’agissait plutôt d’une voiture à hayon un peu plus haute sur patte.

Trois ans plus tard, le tout se précise. La dernière année aura été celle des utilitaires sport sous-compacts, un segment en pleine croissance qui n’a pas fini de faire parler de lui. Le Honda HR-V est arrivé, tout comme le Mazda CX-3, le Jeep Renegade et le Fiat 500X, et ce n’est pas fini. Dans la foulée de toutes ces nouveautés, il y a les pionniers de ce créneau voué à une croissance importante au cours des prochaines années.

LIRE AUSSI: Essai Subaru Crosstrek Hybride : l’hiver ne lui fait pas

Maintenant, nous comprenons pourquoi des modèles comme le Subaru Crosstrek existent. Ils visent les consommateurs qui aiment la position de conduite surélevée et la capacité de chargement plus intéressante d’un VUS, mais qui ne veulent pas non plus faire de compromis sur l’agilité urbaine, la consommation de carburant et le prix, les sous-compacts étant plus accessibles à équipement égal que les VUS compacts.

Et si vous ne trouvez pas que le Crosstrek se différencie outre mesure d’une voiture à hayon traditionnelle, sachez qu’il offre une garde au sol de 220 mm, plus que le HR-V, le CX-3, le Nissan Juke ou même le Jeep Renegade, et qu’il peut remorquer jusqu’à 1 500 livres. Seul le Jeep Renegade fait mieux à ce niveau. Nous avons donc affaire à un véhicule plus robuste que la majorité de ses rivaux à prix équivalent.

Sauf que c’est bien connu, peu d’acheteurs vont vraiment s’aventurer très loin des sentiers battus avec leur véhicule, Crosstrek ou non. Il en faut donc plus pour attirer ces jeunes acheteurs, cette démographique des 25 à 39 ans actifs si prisée des constructeurs automobiles.

Quelques petits changements pour faire jaser

Le défi de Subaru avec le Crosstrek, c’est de se faire remarquer dans ce lot de nouveautés que nous retrouvons dans le segment des VUS sous-compacts. Pour ce faire, le constructeur japonais apporte quelques petits changements par exemple, un nouveau design pour la calandre, des phares un tantinet redessinés, un pare-chocs légèrement revu, et un nouveau bleu flamboyant pour la carrosserie. On a également enlevé le « XV » de la nomenclature du modèle, comme on l’avait fait il y a quelques années quand le B9 Tribeca est devenu simplement le Tribeca.

À l’intérieur, la position des commandes sur le volant est différente, il y a une nouvelle garniture plus brillante, un design quelque peu différent pour le levier de la transmission, et des surpiqures orangées qui rappellent la couleur tangerine offerte jusqu’à l’an dernier sur tous les modèles.

Mine de rien, ces ajouts à l’habitacle confèrent un look un peu plus sportif à l’ensemble.

Mais ultimement, c’est le même Crosstrek qu’avant. Sous le capot, c’est le même moteur quatre-cylindres de 2,0 litres développant 148 chevaux et 145 lb-pi de couple. Il est jumelé à une boîte manuelle à cinq rapports de série ou encore une boîte automatique à variation continue (CVT) en option afin d’envoyer la puissance du moteur aux quatre roues dès le modèle de base.

Dans le coup pareil

Sans changements majeurs, il sera impossible de rivaliser dans ce segment en plein essor n’est-ce pas? Faux.

C’est qu’à la base, le Crosstrek est un véhicule réussi. Le moteur n’est pas le plus puissant, mais il se comporte très correctement sur la route et est amplement vigoureux pour les besoins des propriétaires. Il est également plus économique que plusieurs compétiteurs à vitesse de croisière. Puis, il offre depuis l’an dernier l’ensemble de sécurité actif Eyesight qui comprend le freinage automatique, le régulateur de vitesse adaptatif, l’avertissement de changement de voie et la modulation de la vitesse lorsque le système détecte une collision potentielle.

Tout cela, c’est du moderne et permet au Crosstrek d’offrir une côte de sécurité supérieure à ses rivaux plus jeunes. Sa boîte CVT affiche un comportement exemplaire et simulera même les changements de vitesse lorsque l’on accélère vigoureusement, faisant oublier que nous avons affaire à une boîte à variation continue. En réalité, il n’y a que la boîte manuelle à cinq rapports qui est dépassée.

Il faut également faire attention au prix qui s’avère un peu plus élevé que la moyenne du segment. Ce n’est pas dramatique, mais est-ce que les consommateurs seront prêts à payer plus pour un véhicule qui est tout compte fait sur le marché depuis quelques années déjà? En contrepartie, si on le considère plutôt comme un VUS compact, alors son prix devient franchement intéressant. Mais il n’a pas l’espace de chargement ni la taille pour se décrire comme un utilitaire compact.

Chose certaine, le Crosstrek 2016 offre beaucoup. Sur la route, il affiche une conduite prévisible et tout de même dynamique, en plus d’être tout aussi confortable sinon plus que les autres modèles de la catégorie, mis à part le fait qu’il est un peu bruyant.

L’hybride de retour

La famille Crosstrek est la seule de son groupe à offrir une variante hybride, et pour ceux et celles qui sont intéressés (vous êtes un très petit groupe, en passant), elle sera de retour pour 2016. Offerte à partir de 30 495 $ avant taxes et préparation, la version hybride est propulsée par le même moteur quatre-cylindres des autres Crosstrek, mais assistée d’un moteur électrique de 13,4 chevaux et 48 lb-pi de couple. Tout cela se traduit par une amélioration de la consommation de carburant notable en ville (moyenne de 7,9 litres aux 100 kilomètres affichée au lieu de 9,1 litres aux 100 kilomètres), mais minime sur l’autoroute. Ah, et la couleur vert plasma n’est plus, malheureusement.

Un bon véhicule le Subaru Crosstrek 2016? Je peux vous dire qu’il est amusant à conduire, que sa traction intégrale est meilleure que n’importe quel compétiteur et que sa robustesse pourra vous mener plus loin sur les sentiers hors route que les autres compétiteurs. Son moteur est économique tout en étant assez puissant également. Il ne faut donc pas l’oublier lorsque nous sommes à la recherche d’un petit utilitaire, même si les nouveautés du créneau ont fait beaucoup plus jaser récemment.

Essai routier Subaru Crosstrek 2016

SOURCE: EcoloAuto.com

Abonnez-vous à HuffPost Québec Autos sur Facebook
Suivez HuffPost Québec Autos sur Twitter