NOUVELLES

Chute de 24,7% des ventes de Volkswagen aux États-Unis en novembre

01/12/2015 11:54 EST | Actualisé 01/12/2015 11:54 EST
ASSOCIATED PRESS
FILE - In this Thursday, Sept. 24, 2015, file photo, the grille of a Volkswagen car for sale is decorated with the iconic company symbol in Boulder, Colo. Germany's Volkswagen, already reeling from news that it had cheated on U.S. tests for nitrogen oxide emissions, said Tuesday, Nov. 3, that an internal investigation had revealed "unexplained inconsistencies" in the carbon dioxide emissions from 800,000 vehicles that could cost the company another 2 billion euros ($2.2 billion). The revelation comes after VW's admission in September that it rigged emissions tests for four-cylinder diesel engines on 11 million cars worldwide, including almost 500,000 in the U.S. It has already set aside 6.7 billion euros ($7.4 billion) to cover the costs of recalling those vehicles. (AP Photo/Brennan Linsley, File)

Les ventes de Volkswagen ont chuté de 24,7 % aux États-Unis en novembre, reflétant l'impact du scandale des émissions polluantes de ses moteurs diesels alors que le reste de l'industrie affiche des records depuis 2001.

Le géant allemand a annoncé avoir écoulé 23.882 nouveaux véhicules le mois dernier, contre 31.725 à la même période un an plus tôt.

Ce décrochage est dû, explique VW, au gel des ventes de modèles équipés de moteurs diesel de 2 litres et de 3 litres accusés par les autorités américaines d'être dotés de logiciels permettant de fausser les tests antipollution dans le pays, notamment pour les émissions d'oxyde d'azote (NOx).

Analystes et économistes prévoyaient toutefois un plongeon plus prononcé de 26,9 %.

Les ventes de la compacte Jetta, un des modèles les plus vendus sur le continent américain, ont plongé de 22,8 %, tandis que celles de la berline Passat, une autre locomotive des ventes, ont chuté de 60,4 %.

« Volkswagen ne ménage pas ses efforts pour mettre sur pied une solution pour normaliser les véhicules affectés », a réaffirmé mardi Mark McNabb, numéro 2 du groupe en Amérique du Nord, remerciant les concessionnaires et les clients pour leur « patience continue ».

Si le groupe allemand n'a qu'une part de marché d'environ 3 % aux États-Unis, la zone nord-américaine était présentée en début d'année comme une de ses priorités pour ravir le titre de premier constructeur mondial au japonais Toyota.

Les chiffres de ventes d'Audi, une des marques haut de gamme du colosse allemand, sont très attendus dans le courant de la journée pour voir si elle maintient sa bonne dynamique ou si elle est rattrapée elle aussi par le scandale. Audi, dont des modèles sont également équipés des dispositifs incriminés, a permis jusqu'ici à Volkswagen de limiter les dégâts.

La dégringolade de VW contraste avec les performances des autres grands groupes automobiles présents sur le marché américain dont les ventes au mois de novembre ont atteint des niveaux plus vus depuis 2001. GM, premier constructeur américain, a vendu par exemple 229.296 véhicules le mois dernier (+2 %), tandis que Toyota en a écoulé 189.517 (+12,4 %).

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Volkswagen Golf R 2016