Allemagne : Une édition commentée de "Mein Kampf" en librairie début janvier

Publication: Mis à jour:
Imprimer

Pour la première fois depuis la fin du Troisième Reich, une édition commentée de "Mein Kampf" sortira en Allemagne début janvier, les droits sur le pamphlet d'Adolf Hitler tombant dans le domaine public, a annoncé mardi l'Institut chargé de cette réédition.

Andreas Wirsching, directeur de l'Institut d'histoire contemporaine (IFZ) de Munich (sud) a estimé que la sortie du livre aura lieu "entre 8 et le 11 janvier". Une présentation au public est prévue durant la première quinzaine du même mois.

L'ouvrage, qui comprend le texte du dictateur nazi ainsi que 3500 annotations, comportera deux volumes pour un total de 1948 pages et sera vendu 59 euros, a précisé le responsable de l'Institut qui travaille depuis 2009 sur ce projet.

"Il aurait été irresponsable de laisser le livre passer de main en main sans être commenté", a-t-il également insisté lors d'une rencontre avec des journalistes étrangers à Berlin.

"Il s'agit de briser le mythe" autour de ce livre rédigé en 1924 alors qu'Adolf Hitler croupissait en prison après une tentative de putsch ratée, a jugé l'historien, alors que certains s'offusquent de cette réédition même commentée.

Soixante-dix ans après la fin de la Seconde guerre mondiale, c'est la première fois que le brûlot antisémite est réédité en Allemagne. L'ouvrage de l'IFZ, qui sera publié dans un premier temps à entre 3.500 et 4.000 exemplaires, a été rendu possible car les droits de "Mein Kampf", détenu depuis 1945 par l'Etat de Bavière, tombent dans le domaine public le 1er janvier.

Jusqu'ici la Bavière s'est toujours opposée à la réédition du livre, qui n'est toutefois pas interdit en Allemagne, comme l'a rappelé M. Wirsching. Seuls des exemplaires d'origine sont en circulation et peuvent être achetés par exemple chez un antiquaire.

Cette édition annotée, à la couverture sobre et simplement titrée "Hitler, Mein Kampf. Une édition critique", se veut "scientifique" tout en ayant "une fonction politique et morale", pour M. Wirsching.

"Ce n'est pas seulement une source" pour la connaissance de l'idéologie nazie, a également jugé l'historien responsable de ce projet, Christian Hartmann. "C'est aussi un symbole et c'est l'une des dernières reliques du Troisième Reich", a-t-il poursuivi.

En France, une édition commentée de cet ouvrage, qui expose la théorie nazie à l'origine de l'extermination de six millions de juifs, doit également être publiée l'an prochain.