POLITIQUE

Les réticences de Labeaume expliquent le peu de réfugiés à Québec, dit Legault

26/11/2015 02:52 EST | Actualisé 26/11/2015 03:35 EST

QUÉBEC — Le chef caquiste François Legault a fait un lien, jeudi, entre des réticences exprimées par le maire Régis Labeaume et le nombre moins élevé que prévu de réfugiés syriens qui iront s'établir à Québec.

M. Legault a affirmé qu'une plus grande répartition régionale des réfugiés à travers le Québec aurait facilité leur intégration.

Des chiffres révélés mercredi indiquent que le gouvernement du Québec a organisé l'accueil de 85 pour cent des 7300 réfugiés syriens dans la région montréalaise.

Alors que M. Labeaume avait ouvert la porte à l'accueil de 800 d'entre eux, le plan gouvernemental prévoit que seulement 230 personnes iront s'établir dans la capitale québécoise.

La semaine dernière, M. Labeaume avait exprimé une préférence pour l'accueil de familles et d'orphelins, par crainte que des hommes seuls puissent nuire à la sécurité de Québec.

Dans un point de presse à l'Assemblée nationale, M. Legault a pointé vers ces propos comme une raison de la répartition décidée par le gouvernement du Québec.

« On a vu qu'il a tenu des propos où il y avait des réticences, donc je comprends qu'en conséquence de ces réticences, on en a un peu moins à Québec que ce que, peut-être, certains auraient souhaité, a-t-il dit. En même temps, il ne faut pas forcer les choses plus que ça. »

Selon le chef caquiste, l'organisation de telles opérations d'accueil et d'intégration exige une bonne collaboration des municipalités.

« Il faut avoir la collaboration des personnes, incluant les maires, incluant le maire de Québec, pour l'intégration des réfugiés, a-t-il dit. On ne peut pas commencer à le faire contre M. Labeaume. »

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Sourires de migrants