NOUVELLES

Bruxelles, ville fantôme depuis l'alerte terroriste (PHOTOS)

26/11/2015 01:51 EST | Actualisé 26/11/2015 02:14 EST

C'est un Bruxelles post-apocalyptique qu'a immortalisé le photographe amateur Ronald Grauer. Un Bruxelles dont les rues et les terrasses ont été désertées et dont les voitures ont été remplacées par des véhicules militaires.

C'était dimanche dernier, au lendemain de la mise en place de l'alerte terroriste maximale à Bruxelles, l'alerte 4. La ville a pris des airs de décor de film d'horreur.

Ronald Grauer, superviseur d’effets visuels pour l'entreprise «Benuts» à Bruxelles et adepte de la «streetphotography» ou photographie de rue, a profité de ces circonstances exceptionnelles pour photographier ces lieux habituellement ivres de monde. Il a baptisé son projet Sad Miss Nobody.

«Ça m’arrive souvent de partir en shoot dans la ville. Je sentais que Bruxelles pouvait être intéressante à photographier, vidée de ses citoyens», a-t-il expliqué.

Bruxelles, ville fantôme lors de l'alerte terroriste

Depuis dimanche, malgré le maintien de l'alerte 4, la vie a peu à peu repris son cours à Bruxelles. Jeudi, l'alerte a été baissée au niveau 3 et selon le quotidien belge Le Soir, le métro rouvrira ses portes vendredi matin dès 6h. Mais la menace reste «sérieuse» affirme le premier ministre belge, Charles Michel.

Pour Ronald Grauer aussi la vie reprend son cours. Le vernissage de son exposition «Bruxelles rendez-vous» sera maintenu jeudi soir «en accord avec les autorités bruxelloises» et «sécurisé par les forces de l’ordre».

«Notre belle ville Bruxelles et ses citoyens, à l'honneur dans cette expo, ne se laisseront pas abattre», a précisé Ronald Grauer sur sa page Facebook.

À LIRE AUSSI

» Bruxelles reprend vie, malgré la menace terroriste qui continue de planer (VIDÉO)