NOUVELLES

Au moins 27 morts dans l'écrasement d'un avion-cargo au Sud-Soudan

04/11/2015 06:38 EST | Actualisé 04/11/2015 09:12 EST

Au moins 27 personnes ont été tuées mercredi à Juba, la capitale du Soudan du Sud, dans l'accident d'un avion-cargo qui s'est écrasé au décollage sur une zone de hameaux agricoles.

L'appareil a percuté une petite île du Nil-Blanc, fleuve qui court à environ 800 mètres du bout de la piste. Depuis la rive, un journaliste de l'AFP a compté au moins 27 corps - hommes, femmes et enfants - extraits par les sauveteurs travaillant autour de la carcasse de l'appareil.

Un photographe de l'AFP a pu se rendre sur l'île, où seule la queue blanche de l'appareil était encore reconnaissable, posée au sol, en lisière d'une zone forestière. Le reste de l'appareil a été pulvérisé, en entrant, semble-t-il, en contact avec le sol. Des débris de toutes tailles - dont une hélice et un morceau du cockpit - jonchaient le sol parsemé de cadavres gisant au milieu du chargement.

Il n'était pas possible de savoir dans l'immédiat si les victimes n'étaient que des passagers de l'avion ou si certaines étaient des habitants. Quelques maisons étaient visibles à quelques dizaines de mètres de l'épave.

Des médias locaux, dont la station de la mission locale de l'ONU Radio-Miraya, ont fait état de jusqu'à 40 victimes, sans donner de source. Le directeur de l'aéroport, cité par ces médias, a indiqué que "seules trois personnes avaient survécu à l'accident", sans donner d'autre bilan.

Selon Radio-Miraya et Eye-Radio, une station locale, l'avion s'est écrasé alors qu'il venait de décoller de Juba, à destination de Paloich, localité située à 600 km au nord de Juba, dans l'État du Haut-Nil, un des principaux champs de bataille de la guerre civile qui ravage le Soudan du Sud depuis décembre 2013.

"D'après les informations que nous avons, c'est un An-12" qui s'est écrasé à Juba, a confirmé à l'AFP une porte-parole du constructeur aéronautique Antonov. L'Antonov An-12 est un quadrimoteur de transport civil et militaire, de conception et de fabrication soviétique, mis en service à la fin des années 1950.

- Antonov demande l'accès au site -

Il peut emporter 18 tonnes de fret et son équipage est théoriquement composé de cinq ou six personnes. Mais il est commun dans certaines régions d'Afrique que des avions-cargo volant vers des zones reculées embarquent des passagers.

"Nous avons demandé au Soudan du Sud de nous donner l'accès au site de l'accident", a poursuivi la porte-parole d'Antonov. "C'est à eux de décider. En tant que fabricant, nous pouvons être invités à prendre part à l'enquête ou non."

D'après son immatriculation et le logo de sa queue, l'avion appartient à la compagnie Allied Services Ltd, une société de transport routier, fluvial et aérien basée à Juba.

L'aéroport de Juba accueille des vols commerciaux, mais aussi un important trafic d'appareils militaires et d'avions-cargo, qui transportent de l'aide à travers le pays, de la taille de la péninsule ibérique et quasiment dépourvu de routes asphaltées.

Le Soudan du Sud est un des pays les moins développés au monde. Ravagé par des décennies de guerre de sécession contre Khartoum, il a proclamé son indépendance en juillet 2011. Mais miné par les antagonismes politico-ethniques à la tête du nouveau régime, le plus jeune pays du monde a replongé dans une terrible guerre civile le 15 décembre 2013.

Les combats et les atrocités qui les accompagnent ont fait plusieurs milliers de morts et déplacé depuis deux ans plus de 2,2 millions de personnes, soit près du quart de la population.

Un accord de paix a été conclu fin août entre les belligérants mais des combats se poursuivent, essentiellement dans les États septentrionaux d'Unité et du Haut-Nil à plusieurs centaines de kilomètres de la capitale.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter