BIEN-ÊTRE
13/10/2015 11:15 EDT

Jeu, récompense et performance: la gamification s'invite en entreprise

Thibault Carron

«Notre but, c’est de créer du bonheur en entreprise.» Le président et fondateur de Karelab Marc-André Lanciault résume ainsi la mission de son entreprise, qui commercialise aux compagnies des portails personnalisés de gamification. Inspirée des jeux vidéo, la gamification transpose les mécanismes du jeu au travail : via des campagnes de motivation, jeux, quiz, système de récompenses et de reconnaissance, la gamification augmente la productivité et crée un sentiment d’appartenance chez l’employé… tout en lui faisant faire avec plaisir des tâches parfois difficiles, répétitives ou peu motivantes.

«La gamification amplifie le sentiment d’accomplissement et le renforcement positif des résultats, explique Claudine Larivière, experte en bonheur, productivité et performance au travail. Le plaisir est une façon de motiver les employés à atteindre des objectifs et obtenir les résultats souhaités. C’est une reconnaissance immédiate qui associe un comportement à un résultat...».

Le portail que propose l’entreprise montréalaise Karelab cible notamment les milieux mesurables et chiffrés, comme les départements de vente, centres d’appels, transports, secteurs de la production et de la fabrication, mais également les environnements où il faut habituer les employés à des règles de santé et sécurité (usines, chantiers de construction, etc.). Via un tableau de bord, l’employé peut voir ses objectifs en cours et recevoir des points selon son travail, points ensuite convertibles dans une boutique en ligne de produits.

Engagement des employés: + 299%

gamification


«Notre plateforme change de l’intranet basique de la plupart des entreprises, les employés ont du fun, explique Marc-André Lanciault. Ils s’y connectent d’ailleurs d’eux-mêmes le soir ou la fin de semaine.» Les clients : des entreprises de 500 employés ou plus. Chez Bell, Karelab doit s’adapter à 15 000 utilisateurs dans 24 départements différents. L’agence a d’autres gros clients dans le viseur ; elle cible notamment les secteurs des banques et assurances et l’industrie pharmaceutique. «Nous travaillons aussi à un portail plus adapté aux PME», confie le président de Karelab.

Un nouveau budget pour les entreprises? «Les compagnies investissent déjà 1,5 à 2,5% de leur masse salariale dans la reconnaissance des employés et l’incitation à la performance, répond Marc-André Lanciault. Et la plateforme de gamification, c’est un vrai retour sur investissement.» Dans son Livre Blanc, Karelab donne quelques statistiques tirées des résultats de ses clients : sa plateforme permettrait de stimuler la vitesse de formation de 90%, de développer de nouvelles compétences à 70%, d’augmenter la performance de 135% et l’engagement des employés de 299%.

L’engagement des employés, une notion primordiale selon Claudine Larivière : «Le sentiment d’appartenance des employés est crucial pour nourrir et représenter une culture d’entreprise. Un employé ayant confiance en la mission de l’employeur et de l’entreprise pour lesquels il travaille sera beaucoup plus productif et performant. Sans oublier la diminution des coûts associés au recrutement et à la rétention des employés…»

«L’avenir de l’entreprise : le plaisir et l’engagement de l’employé»

Sentant le potentiel d’un secteur en pleine croissance, Marc-André Lanciault décide en 2012 de consacrer uniquement à la gamification les activités de son entreprise - auparavant dédiée à la conception de sites internet. Le chiffre d’affaires passe de 800 000 $ en 2013 à 5,3 millions en 2015. Avec ses 1 500% de croissance, Karelab vient d’obtenir le 48e rang du classement PROFIT 500, qui liste les entreprises canadiennes à la meilleure évolution. Marc-André Lanciault conclut : «L’avenir de l’entreprise réside dans le plaisir et l’engagement de l’employé.»

Et donc dans le jeu, qui touche tout le monde. «Naturellement et instinctivement, tous les humains aiment le jeu et le plaisir, quel que soit leur âge, indique l’experte de la performance au travail. S’épanouir au travail par le plaisir est d’autant plus important pour les nouvelles générations.» Si le concept de gamification a commencé à se développer en Amérique du Nord, il est maintenant en train de débarquer en Europe. Même la fonction publique française s’y met : sur Emploi-Store, les chômeurs peuvent faire avancer leur recherche d’emploi avec des serious games, des MOOCS, des simulateurs… Game on!

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Les meilleures farces à faire au bureau