DIVERTISSEMENT

«The Walk»: un film à couper le souffle! (VIDÉO)

30/09/2015 09:36 EDT | Actualisé 02/10/2015 11:44 EDT

Pour ceux qui avaient vu le fantastique documentaire Man on the Wire (Oscar du meilleur film documentaire en 2009), l'histoire est bien connue. Le funambule français Philippe Petit décide de poser son câble entre les deux tours du World Trade Center en 1974 pour faire une traversée historique (et illégale), un exploit hors du commun qui lui apportera une notoriété mondiale.

Mais avec The Walk, le réalisateur Robert Zemeckis ajoute une nouvelle dimension à la chose en incorporant le spectateur pour lui faire vivre visuellement (et émotionnellement) cette incroyable aventure. Et vaut mieux le dire tout de suite: les 30 dernières minutes sont tellement réussies que vous allez en avoir le souffle coupé, surtout si vous voyez le film en 3D (ce qu'on vous recommande chaudement). Tenez-vous à votre siège ou fermez-vous les yeux si vous trouvez le moment trop intense.

Car il s'agit ici d'un film expérience, un peu comme 127 heures de Danny Boyle où James Franco devait se couper le bras après plusieurs heures d'agonie dans une crevasse des canyons du Colorado. The Walk est le même genre de film. Ne ménageant aucun effet, le vétéran-réalisateur (Cast Away, Forrest Gump) nous transporte littéralement à New York au moment où les tours jumelles sont sur le point d'être complétées.

Philippe Petit (très enjoué, Joseph Gordon-Levitt) est funambule à Paris. Après avoir appris les rudiments du métier avec un vieux de la veille, Papa Rudy, (Ben Kingsley), le jeune artiste décide de faire des coups d'éclat. Il commence par la traversée des deux tours de Notre-Dame de Paris puis veut faire la même chose au World Trade Center entraînant au passage sa copine Annie (la Québécoise Charlotte du Bon) et plusieurs collaborateurs avec lui.

Le jour du 6 août 1974, il débarque au World Trade Center avec son équipée et réussit après quelques subterfuges à se rendre jusqu'en haut de la tour durant la nuit. Puis, au fil de péripéties, il tend son fil pour réussir l'impensable le lendemain matin devant des New-Yorkais complètement ébahis. Il restera au total 45 minutes sur le fil, jouant notamment avec les policiers qui l'attendaient sur le toit des deux tours.

Après un début un peu plus faible à Paris (le film a été tourné à Montréal qu'on reconnaît dans plusieurs scènes), le film devient un véritable thriller. Même si l'on connaît l'issue de l'histoire, The Walk installe diaboliquement les fils (!) de son intrigue pour une apothéose dans les dernières minutes.

On le redit, les scènes finales sont tellement réussies (Zemeckis s'est surpassé) que le vertige en devient parfois insoutenable. Tout en bas, New York la grouillante; tout autour la brume et le ciel. On alterne entre l'ébahissement total et la peur paralysante.

Dans le rôle de Philippe Petit, Joseph Gordon Lewitt est parfait avec sa petite gueule de magicien. On reconnaîtra aussi au passage certains acteurs québécois comme Patricia Tulasne et Harry Standjofski (parfait dans un petit rôle, mais important).

The Walk (La marche) – Drame biographique – Columbia – 123 minutes – Sortie en salles le 30 septembre 2015 – États-Unis.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook HuffPost Québec Divertissement
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Films de la semaine - 25 septembre 2015