POLITIQUE

Gestion de l'offre: le ministre Jacques Daoust ne veut pas d'une «assurance sociale corporative»

30/09/2015 06:39 EDT | Actualisé 30/09/2015 06:39 EDT

OTTAWA _ Québec ne veut rien savoir d'un chèque d'"assurance sociale corporative" pour ses producteurs de lait, signale le ministre de l'Économie, de l'Innovation et des Exportations, Jacques Daoust.

En entrevue avec La Presse Canadienne depuis Atlanta, où se tient ce qui pourrait être l'ultime ronde de négociations du Partenariat transpacifique (PTP), il a fait valoir que le versement d'une compensation financière constituerait un aveu d'échec.

"Une compensation, c'est un genre de paiement parce que tu as perdu. C'est une espèce d'assurance sociale corporative, je ne veux pas ça, a-t-il lancé. Dans ce dossier-là, on ne saluera pas l'effort, on va saluer le résultat au niveau de la négociation."

Le ministre Daoust, qui est accompagné de son collègue à l'Agriculture, Pierre Paradis, dit avoir insisté sur l'importance de maintenir la gestion de l'offre dans son intégralité lors d'une rencontre avec le ministre fédéral du Commerce international, Ed Fast.

Il partage la lecture des producteurs laitiers du Québec, selon qui une ouverture accrue du marché canadien aux produits laitiers américains dans le cadre du PTP serait une "catastrophe" pour le secteur québécois et canadien.

"Je ne pense pas que c'est d'être alarmiste, je pense que c'est réaliste (comme description)", a-t-il suggéré à l'autre bout du fil.

En revanche, de façon tout aussi réaliste, le Québec et le Canada ne pourraient se permettre d'être exclus de cette entente, a plaidé M. Daoust.

Les discussions pour le PTP regroupent 12 pays, dont le Canada, les États-Unis, l'Australie et le Japon. Cela représente une zone 800 millions de personnes et pas moins de 40 pour cent de l'économie mondiale.

"Cet accord-là, il aura plus de leviers que l'ALENA (Accord de libre-échange nord-américain). Il va supplanter l'ALENA. Imaginons pour un instant qu'on n'est pas dedans", a illustré le ministre.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

7 alternatives au lait