NOUVELLES

Jusqu'à sept ans de prison pour la complice des deux meurtriers évadés de New York, Joyce Mitchell

28/09/2015 08:45 EDT | Actualisé 28/09/2015 08:46 EDT

Une femme ayant aidé deux meurtriers aguerris à s'évader d'une prison de sécurité maximale de l'État de New York en juin dernier a été condamnée lundi à une peine allant jusqu'à sept ans de réclusion.

Vêtue d'une combinaison rayée de détenue, Joyce Mitchell, 51 ans, a écouté le verdict la concernant en sanglotant, le juge lui reprochant notamment le coût faramineux de la chasse à l'homme qui avait été engagée.

Cette traque avait tenu en haleine les médias américains, après une évasion qui avait fait également des gros titres dans le monde entier.

«Si je pouvais revenir en arrière et tout effacer, je le ferais», a lancé la femme, reconnue coupable d'avoir fait entrer illégalement des outils dans la prison où elle travaillait et de les avoir transmis aux deux meurtriers pour aider leur évasion.

Joyce Mitchell, qui a plaidé coupable, a reçu une peine de prison qui couvrira une durée de deux ans et quatre mois au minimum et de sept ans au maximum.

La femme, qui travaillait depuis sept ans dans la prison du comté de Clinton, avait expliqué qu'un des deux évadés lui avait dit qu'il l'aimait et qu'il voulait tuer son mari, également employé de la prison.

La complice des deux meurtriers, dont l'un a été abattu et l'autre blessé et rattrapé par la police après trois semaines de cavale, a aussi dit que les deux hommes, Richard Matt et David Sweat, savaient où habitaient sa mère et l'un de ses trois enfants. Elle a indiqué qu'elle était très inquiète pour leur sécurité.

Matt et Sweat ont tenu informé Joyce Mitchell de l'avancement de leurs travaux au fur et à mesure, mais elle n'a jamais prévenu les autorités.

Après presque trois semaines de cavale et des millions de dollars dépensés par les autorités, Richard Matt a été abattu par les forces de l'ordre. Quelques jours plus tard, David Sweat a aussi reçu plusieurs balles mais n'a pas été tué. Il a été arrêté à quelques centaines de mètres seulement de la frontière canadienne.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

25 tatouages de prisonniers conservés