NOUVELLES

Procès Guy Turcotte: les jurés ont été avisés qu'il y aura des témoignages durs (VIDÉO)

23/09/2015 09:39 EDT | Actualisé 23/09/2015 09:39 EDT

SAINT-JÉROME, Qc _ Des témoignages durs et émouvants sont à prévoir lors du second procès de Guy Turcotte, dont celui d'Isabelle Gaston, son ex-conjointe et mère des victimes, a déclaré la procureure de la poursuite au jury.

Le procès de l'ex-cardiologue a officiellement débuté mercredi au palais de justice de Saint-Jérôme alors que les deux premiers témoins se sont présentés à la barre.

L'homme est accusé du meurtre prémédité en février 2009 de ses deux jeunes enfants, Olivier, 5 ans, et Anne-Sophie, 3 ans.

L'une des deux avocates de la Couronne, Maria Albanese, a fait une déclaration d'ouverture, exposant au jury la théorie de la poursuite et la preuve qui sera présentée. Elle tentera de démontrer que l'accusé a tué ses enfants en les poignardant à de multiples reprises.

"Notre rôle est de prouver hors de tout doute raisonnable que Guy Turcotte est coupable", a-t-elle expliqué.

"Ce sera dur, a-t-elle toutefois prévenu. Certains témoignages seront émouvants."

"Le drame s'est produit il y a plus de six ans mais ils ne l'oublieront jamais", a-t-elle dit au sujet de certains témoins.

Elle a indiqué que la poursuite avait décidé de faire entendre la mère des deux petites victimes, Mme Gaston, parmi les premiers témoins, afin de lui laisser le choix d'assister au procès ou de se retirer.

"Imaginez dans quoi on replonge cette dame. Cette mère a vécu la pire chose au monde. L'horreur. Et le mot est faible", a dit Me Albanese.

Sur ces mots, Guy Turcotte, dans le box des accusés, complètement crispé, s'est mis à pleurer.

Plus tôt en matinée, le juge André Vincent de la Cour supérieure avait d'abord fait son adresse au jury en lui expliquant toutes les règles du procès, notamment celle qui prévoit que tout accusé est présumé innocent jusqu'à preuve du contraire.

"Vous êtes les seuls juges des faits", leur a-t-il dit, en les prévenant de ne pas tenir compte de quoi que ce soit qui serait dit par leurs proches ou qui serait rapporté dans les médias sur cette cause.

"Ce que vous entendez à l'extérieur de la salle de Cour ne fait pas partie de la preuve", a-t-il précisé.

Il a ordonné l'exclusion des témoins. Ils ne pourront donc pas assister au procès avant d'avoir livré leur propre témoignage, une mesure qui vise notamment à assurer qu'ils n'ajustent pas leur version des faits sur celles des autres.

La greffière a lu à Guy Turcotte _ qui écoutait les yeux baissés _ les deux accusations qui pèsent contre lui. Il avait plaidé non coupable mardi.

"Son sort est maintenant entre vos mains", a-t-elle ensuite dit au jury de 12 personnes.

Par la suite, le premier témoin a été appelé à la barre: il s'agit du policier Daniel Fortin qui est un technicien spécialisé en scènes de crime.

"On est les yeux de la Cour", a-t-il dit pour expliquer son travail.

Il a passé une bonne partie de la matinée à présenter et à expliquer les quelque 200 photos qu'ils a prises sur la scène du crime, au lendemain du drame, qui s'est déroulé dans une maison de Piedmont, dans les Laurentides.

Ces photographies montrent entre autres les victimes, retrouvées chacune dans leur lit ensanglantées. Lorsque ces photos ont été montrées, Guy Turcotte a cessé de regarder, alors qu'il fixait l'écran jusqu'à ce moment. Certaines de ces photos font l'objet d'une ordonnance de non-publication et ne peuvent être diffusées.

Un couteau a été retrouvé dans le lit d'Olivier, un second sur le rebord du bain, et un autre sur le lit de l'accusé, a montré M. Fortin en s'aidant des photographies.

Quant au lit de Guy Turcotte, il était couvert de vomissures, tout comme le plancher de sa chambre.

Deux bidons de plastique, dont au moins un de lave-glace, ont été retrouvés, l'un dans la salle de bain à l'étage et l'autre au sous-sol.

La poursuite prévoit faire entendre 30 témoins lors de ce procès qui devrait durer trois mois. Un policier-enquêteur de la Sûreté du Québec a débuté son témoignage et le poursuivra jeudi matin.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

L'affaire Turcotte en quelques photos