DIVERTISSEMENT

Thomas Hellman: les contrastes du mythe américain en spectacle

22/09/2015 08:12 EDT | Actualisé 22/09/2015 08:18 EDT

La conquête de l’Ouest, la ruée vers l’or, la Grande Crise sont des jalons extrêmement riches de l’histoire américaine qui ont inspiré l’homme de lettres et de chansons, Thomas Hellman, pour la création d’un tout nouveau spectacle qui sera offert dans le cadre du Festival international de littérature (FIL), à Montréal. Tellement heureux de patauger dans cette mer de rêves et de mythes qu’il n’a pu s’empêcher de réaliser un album de 14 morceaux bricolés à la fois de ses propres textes et des écrits de personnages célèbres ou oubliés.

Les origines

Thomas Hellman est né en 1975 d’une mère française et d’un père texan, mais il a passé la grande majorité de sa vie au Québec. C’est un passionné des livres et des albums (il a notamment produit Thomas Hellman chante Roland Giguère) qui maitrise les deux langues officielles comme peu de chanteurs au pays. Il entretient toutes sortes de collaborations (dont ses chroniques littéraires à l’émission radio de Radio-Canada Plus on est de fous, plus on lit !) qui font de lui un homme bien occupé.

« C’est un projet qui est né à l’émission La tête ailleurs, explique Hellman, assis dans un divan de son studio de la rue Ontario. J’y ai fait entre autres des chroniques sur la musique des années ‘30. J’ai vu qu’il y avait un parallèle à faire avec notre propre crise économique (celle qui a commencé en 2008). Je me suis dit que ce serait intéressant de plonger dans la musique de cette époque et voir ce qu’elle avait à nous révéler…

thomas hellman

Il y a tellement de matériel intéressant que ce sujet a servi pour des dizaines de chroniques (sur trois ans). J’ai trouvé plein de textes hallucinants et de superbes chansons du domaine public. Finalement, je suis remonté jusqu’à la ruée vers l’or, cette période d’espoir, de liberté et de rêve. Je suis évidemment tombé sur des anecdotes et des personnages incroyables. »

Retour vers le futur

Un jour, Thomas Hellman s’est dit que la thématique de l’américanité pourrait être le point de départ d’un bon spectacle. En plus, il pouvait y mélanger ses deux grands amours, soit la musique et la littérature.

« Le plus difficile a été de filtrer tous les écrits afin de donner forme à un spectacle. Je ne voulais pas en faire un cours d’histoire. Je voulais juste évoquer des thèmes forts, en lui apportant une dimension chronologique. On commence avec la découverte de la première pépite [d’or], puis je continue en évoquant différents éléments de l’histoire américaine jusqu’à la crise de 1929. Par exemple, j’ai utilisé un texte assez rare de Frank H. Mayer, pionnier très connu de l’Ouest qui était aussi tueur de bisons. Il a contribué au massacre de millions de bêtes avec la collaboration du gouvernement américain. Parce qu’en tuant les bisons, on avait le contrôle sur les tribus indiennes de l’Ouest. »

Selon Hellman, ce spectacle traitera des contrastes de la conquête du territoire, de la nature, de l’espace et celle de l’errance des gens : « C’est à mi-chemin entre le conte et la musique. Aux faits historiques s’ajoutent les éléments personnels, qui sont essentiels. La grande histoire est faite d’individus […] Je me suis approprié certains personnages, comme le tueur de bisons. J’ai aussi utilisé ma grand-mère comme personnage. Même chose pour les chansons. J’ai mélangé de vieilles pièces à mes propres compositions. Avec mes collègues musiciens, on a tenté d’aller chercher un son folk qui ne soit pas une imitation de la musique de l’époque. »

thomas hellman

En ce moment, Hellman est à finir de travailler à la dimension du spectacle, qu’il a développé avec la talentueuse Brigitte Haentjens. « J’ai commencé il y a plus d’un an, souligne-t-il. Ç’a été l’un des processus créatifs les plus longs que j’ai faits jusqu’à maintenant. Je parle seulement du concert. »

Au dire de l’auteur-compositeur-interprète, la mise en scène de ce projet sera assez épurée, à l’instar de la musique. « Je ne veux pas singer les personnages de l’époque. On sera trois multi-instrumentistes sur les planches. On va s’échanger les instruments (guitare, banjo, piano, ukulélé, contrebasse). Bien que ce soit folk acoustique, ça va bouger beaucoup. Ça sera un peu power trio. Je vais raconter aussi des histoires. Comme sur l’album, je vais chanter dans les deux langues, mais le propos est francophone. »

Le disque

Par la force des choses, ce rêve américain s’est transposé dans un opus paru le 18 septembre. Ce disque n’a rien de didactique. Un peu comme le spectacle, c’est plutôt une aventure au cœur du XIXe et du début du XXe siècle, avec des personnages parfois plus grands que nature, comme John Henry, le pousseur d’acier.

Les rescapés de 49, La prophétie du peuple Hidatsa, Frank H. Mayer, tueur de bisons, Ô train… du vrai folk américain, en musique et en spectacle.

Thomas Hellman

Rêves américains, tome 1: La ruée vers l’or L’album est disponible sur différentes plateformes numériques

Le spectacle Rêves américains: de la ruée vers l’or à la Grande Crise sera proposé les 23, 25, 26, 29, 30 septembre et les 1er, 2, 3 octobre, au Théâtre Outremont de Montréal, dans le cadre du FIL

Abonnez-vous à notre page HuffPost Québec Divertissement
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

10 sites et blogues pour faire des découvertes musicales