BIEN-ÊTRE

Profession : chef privé pour les stars d'Hollywood

21/09/2015 12:26 EDT | Actualisé 22/09/2015 09:44 EDT
KikoEllsworth.com

On les imagine, servant le petit déjeuner sur un gigantesque yacht, naviguant sur les eaux très fréquentées de la Méditerranée. Ou préparant un truc en vitesse au petit matin, après une fête privée, pour un rappeur et son groupe d'amis. Assister à une chicane conjugale digne des romans savons les plus mélodramatiques sur une île privée entre une actrice colombienne et son copain. Ou encore, préparer un festin pour 100 personnes, après avoir rejoint son client en jet privé à sa maison dans les Hamptons.

Mais la vie d’un chef privé est-elle aussi glamour, au quotidien?

À priori, de façon générale, oui - du moins à Hollywood.

Fricoter avec des milliardaires, rouler en décapotable, gagner facilement plus que 100 000$ par année, être payé pour passer plusieurs heures par semaines dans la maison d’une actrice oscarisée, ça vous dit? Mais en réalité, quels sont les revers de la médaille? Les conditions de travail sont-elles particulièrement exigeantes? Cuisiner pour des célébrités vient-il avec son lot de harcèlement psychologique ou d’abus physique? Accompagner un artiste en tournée s’échelonnant sur plusieurs mois relèverait-il d’un véritable exploit?

Je regrette de vous l’annoncer, mais non. C’est un job de rêve, oui, où il y a bon nombre d’appelés et très peu d’élus. Un métier exigeant, certes, où la rigueur, la discrétion, l’organisation et une patience sans borne sont des prérequis afin de graviter au sein des cercles sociaux huppés de la côte ouest. C’est une profession offrant un cadre de travail tout à fait surréel et quasi inimaginable pour le commun des mortels. Pour un cuisinier privé, bénéficier d’un budget hebdomadaire presque sans limites (fruits et légumes frais, boeuf de Kobé, fruits de mer de la plus haute qualité, etc.), travailler tous les jours dans des cuisines dignes des meilleurs restaurants, dans de somptueuses demeures situées à l’abri des regards dans des communautés fermées, recueillir les propos (ou confidences!) des gens qui font la une des journaux à potins relève du rêve – mais parfois aussi du cauchemar.

Avoir à endurer l’entourage d’une star et les caprices de celle-ci par exemple. Ratisser la ville de fond en large afin de trouver LE satané ingrédient essentiel à une recette que le client exige après avoir complètement changé le menu du soir, par exemple. Et qui ne peut attendre au lendemain, il va sans dire. Explique le chef Lovejoy Cole III, chef privé à Los Angeles : «Je cuisinais à l’époque pour la famille Marley (Bob Marley). Ils sont principalement végétariens, j’avais donc l’habitude de leur préparer, par exemple, des nouilles au curry avec champignons poêlés… mais un soir, à la toute dernière minute, ma cliente me demande de lui cuisiner trois livres de pattes de poulet! C’est un mets philippin, je n’avais jamais cuisiné ceci auparavant – ni même goûté. J’ai couru de gauche à droite afin de trouver ces trois livres de pattes de poulet. Une livre ici, une autre là-bas, j’ai appelé mon assistante qui, heureusement, a fini par trouver la dernière livre manquante dans un commerce au bout de la ville. J’ai dû aller voir en ligne comment apprêter cet aliment. Apparemment, je m’en suis bien tiré, Dieu merci! ».

Si bon nombre de ces individus ont un parcours plutôt conventionnel (études à l’Institut français Le Cordon Bleu, par exemple), certains d’entre eux ont vécu une ascension digne d’un conte de fées. C’est le cas du Chef Cole, connu sur les réseaux sociaux sous le pseudonyme de The Dancing Chef. Au début des années 90s, Chef Lovejoy était à l’origine un danseur aux côtés du légendaire rappeur américain Tupac Shakur à San Francisco. De fil en aiguille, Lovejoy Cole s’est retrouvé à mitonner des petits plats pour des chanteurs, puis à être référé à des acteurs, imprésarios, présidents de compagnie, etc. Aujourd’hui, le Chef Dansant peut à présent se vanter d’avoir cuisiné pour les plus grands noms d’Hollywood (dont la famille Jackson, Will Smith, le comédien Kevin Hart, Jennifer Lopez et Chris Brown).

Une journée typique consiste à se lever tôt, filer au marché faire les emplettes avant de se rendre au domicile de son client. Il doit être au fait de toute allergie ou intolérance alimentaire, et doit parfois composer avec des diètes anti-gluten paléo organiques à faible teneur en sodium bourrées de super-aliments ET tenir compte des préférences diététiques de la maisonnée au complet. Un cas typique: la dame est végétarienne, son mari n’aime pas les légumes – et les enfants ne veulent manger que des céréales, par exemple. Après les courses, l’élaboration d’un menu qui saura plaire à tous, des heures et des heures passées à s’activer en cuisine, le chef devra ensuite attendre patiemment que le repas soit terminé pour nettoyer les ustensiles de cuisine, chaudrons et tutti quanti. Les surfaces de cuisson devront être nettoyées vigoureusement. Tout sera remis en place soigneusement.

Le pire, au fait, lorsqu’on est chef privé? L’entourage de la star. Le chef américain tient à faire une précision : «La plupart de mes clients sont des vedettes, elles sont toutes très agréables à côtoyer. Généralement, si un problème survient, c’est souvent la faute de l'entourage. Ceux qui ne nous payent pas sont souvent ceux qui nous démontrent le plus d’attitude. Ils ouvrent le frigo, se servent à même les plats. Il arrive qu’un client nous demande de ne pas nourrir ses amis. Nous devons donc leur dire avec tact et diplomatie qu’ils ne peuvent pas manger de tel ou tel plat. Ils argumenteront… nous devrons alors leur demander de vérifier auprès de X avant de toucher à la nourriture ou de se servir. C’est loin d’être évident, surtout si la personne est en état d'ébriété… Il m’est déjà arrivé de fuir l’une de ces personnes en me réfugiant dans la salle de bain pendant une heure!», dit-il en s’esclaffant.

Être un chef privé à Hollywood pour une légende hip hop doit être bien différent que de cuisiner pour un chef d’entreprise et sa famille à Boston par exemple, non? J’ai recueilli les confidences du chef à cet effet. «Eh bien, il y a beaucoup de trucs dont je ne peux parler, car mon contrat contient une clause de confidentialité... On en voit de toutes les couleurs. J’ai vu des choses dont je ne pourrai jamais parler! Ah! Si ça sortait dans les journaux, ce serait incroyable». Après plusieurs minutes de discussion, un souvenir remonte à la tête de mon interlocuteur : «Dernièrement, j’étais à une fête privée chez Meek Mill (rappeur et conjoint actuel de la chanteuse Nicki Minaj). Je ne peux que vous dire ceci : il y avait des girafes et des lamas autour de la piscine… ainsi que des femmes nues sur une plateforme en plein milieu, dansant et tenant sur leurs épaules des serpents. On voit toute sorte de choses… vous ne pouvez pas imaginer!».

Son plus beau souvenir? Il reste à venir : «Cuisiner pour le président Barack Obama! J’ai toujours souhaité cuisiner pour un président. Ce serait grandiose».

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Les 12 meilleurs restaurants de célébrités