POLITIQUE

Le guide complet du vote stratégique

21/09/2015 07:35 EDT | Actualisé 21/09/2015 11:45 EDT
CP

Le vote de nombreuses personnes ne fera probablement pas de différence, le 19 octobre.

De par la nature de notre système électoral, les candidats de plusieurs circonscriptions n’ont aucune chance de gagner. Pire encore, dans plusieurs cas, le panachage pourrait permettre à un candidat de l’emporter même si ses adversaires sont favorisés par une large majorité d’électeurs.

Dans certains cas, des électeurs préfèrent voter contre un candidat plutôt qu’en faveur d’un autre. Par exemple, un récent sondage de Léger permet de constater que pas moins de 31 % des électeurs se prononcent contre un candidat. Dans le cadre de cette campagne, nombreux sont ceux qui entendent voter contre Stephen Harper et les conservateurs.

Pour toutes ces raisons (et davantage), certaines personnes songent parfois à voter de façon stratégique. C’est-à-dire ne pas voter pour leur candidat préféré, mais pour un autre qu’ils croient davantage susceptible de gagner.

Néanmoins, voter de façon stratégique est difficile et incertain. On ne peut jamais être sûr que ça va fonctionner. Il faut non seulement être au fait des intentions de vote dans sa circonscription (voilà où nous pouvons vous être utiles, avec nos prévisions), mais aussi espérer que plusieurs autres personnes feront la même chose que vous. Cela exige un degré de coordination qui nous fait douter de l’efficacité du vote stratégique. Il existe cependant des sources dédiées à cette cause, comme Strategic Voting 2015 ou Vote Swap.

Nous devrions également mentionner qu’au-delà des faibles chances de réussite du vote stratégique, nous ne croyons pas nécessairement que les gens devraient procéder de la sorte. Cet article ne devrait donc pas être vu comme une approbation de cette pratique. Nous comprenons que certains puissent vouloir agir ainsi, notre système électoral étant parfois frustrant, mais vous devez vous rappeler que voter ne consiste pas uniquement à choisir le gagnant.

Donc, dans quelles circonstances un vote stratégique peut-il fonctionner? Nous devons établir certaines paramètres. Nous allons jeter un coup d’oeil aux circonscriptions où il y a une course entre deux candidats ou plus — le vote stratégique ne s’applique de toute évidence pas aux candidats qui devraient obtenir plus de 50 % des voix.

Aux fins de ce guide, une course serrée implique un gagnant possédant moins de 80 % de chances de l’emporter, son poursuivant le plus proche étant à au moins 20-25 %. En termes d’intentions de vote, cela veut habituellement dire une course présentant un écart de cinq points ou moins. Tel que précisé plus haut, le niveau de coordination requis pour qu’un vote stratégique soit efficace exige que notre analyse ne porte que sur une poignée de circonscriptions. Le vote stratégique n’empêchera pas de gagner un candidat possédant une avance de 20 points.

À nos yeux, il n’est utile de voter de façon stratégique que dans une circonscription où le parti en tête n’a aucune chance ou très peu de l’emporter. Nous excluons donc les circonscriptions où trois candidats se livrent une course serrée. Dans celles-ci, vous devriez voter pour votre candidat préféré même s’il est actuellement troisième. Nous parlons ici de candidats ayant moins de cinq pour cent de chances de victoire.

De plus, nous ne tenons compte que des circonscriptions où suffisamment d’électeurs sont susceptibles de voter de façon stratégique. Par exemple, une circonscription où le candidat libéral est à 40 %, le conservateur à 35 % et le néo-démocrate à 5 % ne compte pas — chaque électeur néo-démocrate devrait y voter de façon stratégique. Il s’agit d’une fraction beaucoup trop élevée pour être réaliste.

Enfin, il est important de noter que nous ne cherchons pas à modifier la composition de la Chambre des communes d’une façon ou d’une autre. Spécifiquement, nous ne nous attardons pas aux situations où les électeurs libéraux et néo-démocrates pourraient coordonner leurs efforts afin de défaire le candidat conservateur. Notre mission consiste tout simplement à montrer les circonscriptions où les électeurs de certains partis pourraient choisir autrement dans l’espoir de faire une différence. Ainsi, nous tenons compte des circonscriptions dont les électeurs conservateurs pourraient envisager de faire un choix entre le NPD et les libéraux. De façon similaire, nous pourrions imaginer des électeurs néo-démocrates souhaitant aider un candidat conservateur impliqué dans une course serrée avec son adversaire libéral. En d’autres mots, nous tenons compte de toutes les possibilités.

Nous ne parlerons pas de façon spécifique des supporters du Parti vert puisque leur formation n’a des chances de l’emporter que dans une ou deux circonscriptions. On estime donc qu’ils font parti des électeurs motivés à voter de façon stratégique. En outre, les prévisions ne placent habituellement pas les candidats verts assez haut pour qu'ils aient suffisamment d’électeurs en mesure de modifier le résultat.

Voici la liste complète des circonscriptions pour les électeurs de chaque parti. Dans le cas de celles situées au Québec, nous avons indiqué les formations impliquées dans une course. Pour le reste du Canada, cela se passe de toute évidence entre les deux autres partis.

1. Circonscriptions où les électeurs conservateurs pourraient voter de façon stratégique pour le NPD ou les libéraux:

Terre-Neuve-et-Labrador

  • St. John's-Sud–Mount Pearl

Nouvelle-Écosse

  • South Shore–St. Margarets

Québec

  • Ahuntsic-Cartierville, NPD contre PLC
  • Bourassa, PLC contre NPD
  • Dorval–Lachine–LaSalle, NPD contre PLC
  • Gaspésie–Les Îles-de-la-Madeleine. L’une des courses à quatre. Cependant, les conservateurs semblent derniers.
  • Ville-Marie–Le Sud-Ouest–Île-des-Sœurs, NPD contre PLC

Ontario

  • Beaches–East York
  • Brampton-Est
  • Scarborough-Nord
  • Scarborough-Sud-Ouest
  • University–Rosedale
  • York-Sud–Weston

Alberta

  • Edmonton-Centre

2. Circonscriptions où les électeurs libéraux pourraient voter de façon stratégique pour les conservateurs, le NPD ou le Bloc Québébois:

Québec

  • Bécancour–Nicolet–Saurel, NPD contre Bloc Québécois
  • Lévis–Lotbinière, Parti conservateur contre NPD
  • Louis-Saint-Laurent. Circonscription de Gérard Deltell, auparavant de la Coalition Avenir Québec (et de l’Action démocratique du Québec), opposé au candidat du NPD, G. Daniel Caron
  • Montmagny–L'Islet–Kamouraska–Rivière-du-Loup, Parti conservateur contre NPD

Ontario

  • Essex
  • Oshawa

Saskatchewan

  • Regina–Qu’Appelle

Alberta

  • Edmonton Manning
  • Edmonton Mill Woods
  • Lethbridge

Colombie-Britannique

  • Coquitlam–Port Coquitlam
  • Kamloops–Thompson–Cariboo
  • Mission–Matsqui–Fraser Canyon
  • Pitt Meadows–Maple Ridge

3. Circonscriptions où les électeurs du NPD pourraient voter de façon stratégique pour les conservateurs ou les libéraux:

Nouvelle-Écosse

  • Cumberland–Colchester

Nouveau-Brunswick

  • Miramichi–Grand Lake
  • Tobique-Mactaquac

Ontario

  • Aurora–Oak Ridges–Richmond Hill
  • Brampton-Nord
  • Glengarry–Prescott–Russell
  • Haldimand-Norfolk
  • King–Vaughan
  • Markham–Stouffville
  • Newmarket–Aurora
  • Oakville
  • Ottawa-Ouest–Nepean
  • Oakville-Nord–Burlington
  • Vaughan–Woodbridge

Manitoba

  • Charleswood–St. James–Assiniboia–Headingley

Alberta

  • Calgary Confederation
  • Calgary Skyview

Colombie-Britannique

  • Richmond-Centre
  • Surrey-Sud–White Rock

4. Circonscriptions où les électeurs du Bloc Québécois pourraient voter de façon stratégique pour les conservateurs, les libéraux ou le NPD:

  • Ahuntsic-Cartierville, NPD contre PLC
  • Bourassa, PLC contre NPD
  • Montmagny–L'Islet–Kamouraska–Rivière-du-Loup, Parti conservateur contre NPD
  • Papineau, PLC contre NPD. Celle-ci est controversée. Dans la circonscription de Justin Trudeau, deux sondages ont récemment montré que le dirigeant libéral pourrait être en danger. Dans l’un deux, réalisé à la demande du NPD, tirait même de l’arrière par 11 points face à la candidate du NPD, Anne Lagacé Dawson. Bien que nous ne croyons pas que ce sondage soit juste, le fait qu’un autre sondage de Mainstreet Research ait Trudeau à peine en avance nous oblige à mentionner cette circonscription. Nos prévisions donnent Trudeau largement en avant, mais s’il y a réellement une course, les électeurs du Bloc pourraient vouloir tourner le dos à Maxime Claveau afin de défaire le leader libéral.
  • Ville-Marie–Le Sud-Ouest–Île-des-Sœurs, NPD contre PLC

Comme vous pouvez le constater, il y a un nombre limité de circonscriptions où le vote stratégique pourrait jouer. En excluant le Bloc Québécois, nous parlons de 12 à 15 par parti. Tel que mentionné plus haut, même si vous votez dans l’une d’elles et que votre choix actuel est présenté comme n’ayant aucune chance de victoire, rappelez-vous que vous n’avez pas à voter de façon stratégique.

Nous croyons que les électeurs ne devraient pas avoir à compenser les effets d’un système électoral imparfait. De plus, cette analyse repose sur nos prévisions et, malgré nos efforts, elles ne sont jamais parfaites. Toutefois, si vous comptez voter de façon stratégique, nous espérons que ce guide vous soit utile.

Bryan Breguet a un baccalauréat ès sciences en économie de la politique et une maîtrise ès sciences en économie de l’Université de Montréal. Il a fondé en 2010 TooCloseToCall.ca où il fournit des analyses et projections électorales. Il a collaboré avec le National Post, Le Journal de Montréal et l’Actualité.

Cet article initialement publié sur le Huffington Post Canada a été traduit de l’anglais par Philippe Zeller.

elections federales

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Les promesses de la campagne électorale