POLITIQUE

Courrier à domicile: attention aux promesses électorales

21/09/2015 04:26 EDT | Actualisé 21/09/2015 04:30 EDT
Thomas Gerbet

Le Nouveau Parti démocratique, le Parti libéral et le Bloc québécois promettent d'arrêter l'installation des boîtes postales communautaires, amorcée sous le gouvernement conservateur sortant. La livraison du courrier à domicile serait maintenue, mais attention : pas pour tout le monde et pas de la même façon.

Un texte de Thomas Gerbet

Aujourd'hui, 21 septembre, en pleine campagne électorale, des milliers de foyers de Mascouche et de Terrebonne vont récupérer pour la première fois leur courrier dans des boîtes postales communautaires flambant neuves. Reverront-ils le facteur à la porte après les élections si les conservateurs sont battus?

« Ceux qui ont eu des boîtes, malheureusement, on ne peut rien faire », indique le porte-parole du Bloc québécois, Dominique Vallières. Son parti promet en revanche d'exiger un moratoire sur l'installation de nouvelles boîtes après le scrutin du 19 octobre.

Le NPD va plus loin en promettant de rétablir la livraison pour les ménages qui l'ont déjà perdue. Mais attention : « on parle de la réforme la plus récente des conservateurs », spécifie le porte-parole Philippe Dion. Seuls les ménages qui sont passés aux nouvelles boîtes depuis l'annonce de décembre 2013 sont concernés. Ceux qui ont des boîtes postales depuis beaucoup plus longtemps ne retrouveraient pas le courrier à la porte avec un gouvernement néo-démocrate.

Postes Canada estime à 1 million le nombre d'adresses canadiennes qui auront perdu la livraison directe entre le début de 2014 et la fin de 2015. Il lui reste 4 millions de foyers à convertir d'ici 2019.

En ce qui concerne le Parti libéral, difficile de savoir avec précision qui serait concerné. « Nous nous engageons à rétablir le courrier à domicile, les gens s'attendent à un certain service et nous allons le leur livrer », avait dit Justin Trudeau, lors de sa rencontre avec Denis Coderre le 3 septembre dernier.

Nous avons demandé au PLC de nous indiquer quels foyers seraient concernés : ceux qui n'ont pas encore été convertis, ceux qui ont été convertis depuis deux ans ou tous ceux qui reçoivent leur courrier dans une boîte communautaire au pays, même depuis longtemps. Le Parti libéral n'a pas répondu précisement à nos demandes d'éclaircissement et nous a plutôt fourni une réponse écrite de la candidate libérale dans Ahuntsic-Cartierville, Mélanie Joly.

« Un gouvernement libéral mettra fin au plan des conservateurs de M. Harper d'abolir la distribution du courrier à domicile au Canada. Nous entamerons un examen de Postes Canada pour nous assurer que la société de la Couronne remplit son mandat public de fournir des services de qualité à prix raisonnable aux Canadiens, qu'ils vivent en ville, en banlieue ou en campagne. »

— Mélanie Joly, candidate du PLC

Le Bloc québécois promet de mener des consultations après les élections. Le parti entend « considérer les besoins de la population avant de se pencher sur des mesures permettant d'assurer la pérennité des services de Postes Canada sans sacrifier l'intérêt public ». Le porte-parole Dominique Vallières nous a expliqué que si, dans le cadre des consultations, il apparaît qu'une ville ou un village souhaite retrouver le courrier à la porte, ce serait étudié.

L'installation des nouvelles boîtes a coûté des dizaines, voire des centaines de millions de dollars [Postes Canada ne veut pas fournir de chiffres]. Mais ça n'inquiète pas le NPD. « Postes Canada n'a pas encore renvoyé de facteurs, des routes postales sont encore en place, de même que les centres de distribution. Les boîtes postales communautaires achetées peuvent être utilisées pour remplacer celles qui étaient déjà existantes, comme cela est requis », indique le porte-parole Philippe Dion.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Les promesses de la campagne électorale