NOUVELLES

Pillage archéologique à l'échelle "industrielle" en Syrie, s'alarme l'Unesco

16/09/2015 09:03 EDT | Actualisé 16/09/2015 09:03 EDT
officek_ki via Getty Images
Palmyra is an ancient Semitic city, Syria.

Le groupe État islamique se livre en Syrie à un pillage archéologique à l'échelle "industrielle", s'est alarmée mercredi la directrice générale de l'Unesco, Irina Bokova, soulignant la nécessité de lutter contre le trafic d'objets d'art qui sert à financer les djihadistes.

Des images satellites et l'afflux d'objets antiques observé sur les marchés clandestins témoignent d'un "pillage à l'échelle industrielle" en Syrie, via des "milliers de fouilles archéologiques illégales", a déclaré Mme Bokova lors d'une conférence sur le sujet à Sofia.

"Limiter le trafic d'objets d'art est en ce moment la priorité numéro un", d'autant qu'il "sert au financement des extrémistes", a souligné la directrice générale de l'Unesco, qui a appelé les pays membres de l'Union européenne, en particulier, à "consolider leur législation pour arrêter ce trafic", soulignant qu'ils avaient "beaucoup" à faire dans ce domaine.

Parallèlement aux destructions à caractère idéologique de sites antiques, l'organisation État islamique se livre à un important trafic marchand d'objets anciens, excavés de façon sauvage dans ce pays au très riche patrimoine antique, et qui le finance au même titre que les trafics d'armes, de pétrole ou d'êtres humains.

"De nombreuses images prises par satellite (...) montrent des sites archéologiques en Syrie parsemés de milliers de fouilles archéologiques illégales, littéralement des trous, qui témoignent d'un pillage à l'échelle industrielle", a témoigné Mme Bokova.

Outre les importants revenus générés, cette activité "fait partie d'une stratégie de purge culturelle, pour détruire le passé, le présent et l'avenir de cette région connue comme un berceau de la civilisation humaine", a-t-elle souligné.

Des images satellite de l'ONU avaient attesté le 1er septembre de la destruction par l'EI du temple de Bêl, joyau de la cité antique de Palmyre en Syrie, un "crime intolérable contre la civilisation" selon l'Unesco.

L'Association pour la protection de l'archéologie syrienne (Apsa), basée en France, a dénombré récemment "plus de 900 monuments, sites archéologiques touchés, abîmés ou détruits" par la guerre en Syrie.

En terme de lutte contre les trafics, l'Unesco appelle à une accélération du processus de signature et de ratification de sa convention de 1970 sur la protection des patrimoines culturels, et à laquelle seuls 128 États ont souscrit.

Mme Bokova a reconnu que si les pays européens et les États-Unis étaient parmi les plus susceptibles de réagir efficacement au commerce d'objets pillés en Syrie, ce trafic s'établissait à "l'échelle mondiale".

"Beaucoup d'objets d'art venant de Syrie et d'Irak demeurent dans la région ou vont sur les marchés asiatiques, en pleine montée en puissance, notamment en Chine ou au Japon", a confirmé un responsable de la Direction bulgare de lutte contre la criminalité organisée, Andrey Mladenov.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Qu'est-ce que l'Etat islamique?