Huffpost Canada Quebec qc

Au Canada, les journaux papier, une espèce menacée (VIDÉO)

Publication: Mis à jour:
Imprimer

Un quotidien entièrement gratuit sur tablette, un autre à la fois papier et numérique, d'autres journaux en souffrance, le grand chambardement dans la presse papier frappe aussi le Canada.

Au 1er janvier, "La Presse deviendra le premier quotidien imprimé au monde à être 100% numérique en semaine". Guy Crevier, PDG de La Presse, a lâché mercredi une petite bombe dans le milieu des médias, lui qui avait déjà mi-2013 fait le pari risqué de sortir tous les jours une édition entièrement numérique gratuite, La Presse+.

"C'est une décision très audacieuse", comme l'avait été celle de lancer La Presse+, et "c'est faire le pari que les lecteurs (papier) perdus seront remplacés", a estimé Colette Brin, directrice du Centre des médias de l'Université Laval à Québec.

Après avoir abandonné au printemps son "mur payant" en ligne, le Toronto Star, plus grand quotidien canadien, a lancé mardi une édition entièrement gratuite sur tablette, la Star Touch.

Star Touch "marque le premier jour d'un nouveau chapitre du Toronto Star", a indiqué son directeur adjoint Ali Rahnema, en ajoutant que le journal conservait son édition papier pour "son important et fidèle lectorat". Mais pour combien de temps?

Le Canada n'échappe pas à la crise des médias. Les nouvelles technologies et le changement des modes de consommation de l'information, le vieillissement du lectorat: tout concourt à accélérer la baisse des abonnements ou des ventes en kiosque. En conséquence, les annonceurs déplacent leurs publicités du papier aux supports numériques.

- "Vers une impasse" -

"Depuis maintenant plus d'une décennie, l'ensemble des indicateurs de l'industrie des journaux pointe vers une impasse", a convenu Guy Crevier en rappelant quelques chiffres chocs.

Les journaux en Amérique du Nord ont perdu 29 milliards de dollars en recettes publicitaires (chute de 63%) entre 2006 et 2013 et le tirage payant des quotidiens a reculé de 22%. "Ces chutes ininterrompues sont désormais irréversibles", a-t-il conclu.

Pour le Toronto Star, même si son tirage s'est effondré en dix ans (3,2 millions d'exemplaires par semaine en 2006, 1,7 million l'an dernier), le quotidien dégage encore assez de recettes publicitaires pour justifier le maintien du papier. Même si le groupe de presse affiche des pertes, le PDG David Holland a noté fin juillet que la tendance à la baisse des revenus de publicités s'atténuait.

En revanche pour La Presse, les volumes papier plus faibles (177 000 par semaine en 2014) et des publicités moins importantes ne permettent pas d'amortir les coûts de production et de diffusion.

Devant les salariés, Guy Crevier a clairement illustré l'impasse à laquelle fait face son journal pour justifier l'arrêt du papier, à l'exception de l'édition du samedi. Selon lui, le maintien du papier signifie une charge annuelle de 30 millions de dollars. Avec sa suppression, c'est une économie de 20 millions.

Les plateformes numériques attirent 85% des recettes de publicités à La Presse, selon M. Crevier. Le groupe entend en outre monétiser dans le monde entier sa technologie, déjà adoptée par le Toronto Star pour l'édition tablette.

Autre grand quotidien, le Globe and Mail doit lui relever un défi particulier maintenant qu'il n'est plus "le seul journal de référence" au Canada, a estimé Colette Brin. Pour l'instant, il oscille entre mur payant et diffusion papier.

D'autres journaux sont menacés par l'érosion du lectorat et le manque de publicités. En mars, le groupe de médias Gesca, propriétaire de La Presse, a cédé ses six journaux régionaux au Québec, persuadé de ne pas pouvoir appliquer la recette numérique du succès de La Presse+ auprès des foyers ruraux.

Québecor, encore un des plus importants groupes de médias il y a peu, a vendu ses 175 journaux en anglais (Toronto Sun, Winnipeg Sun, Calgary Sun, London Free Press...) à Postmedia (National Post, Ottawa Citizen, The Gazette...). Ce groupe de presse a signalé en juillet des ventes de journaux en baisse de 5% (sur neuf mois) et une chute de la publicité de 19%.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

Close
La Presse+ en images
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée