DIVERTISSEMENT

Marie-Mai s'offre le Théâtre St-Denis (ENTREVUE)

15/09/2015 09:31 EDT
Carole Volikakis

Elle a rempli le Centre Bell à 12 reprises en six ans, mais ne s’était encore jamais produite en solo sur les planches du Théâtre St-Denis. Marie-Mai vivra pour la première fois l’expérience d’un spectacle en résidence en investissant la mythique salle du Quartier latin, pour 13 prestations en 14 jours, du 17 au 30 décembre prochain.

On avait transformé le Théâtre St-Denis en mini-musée dédié à Marie-Mai, avec affiches, photos, trophées, disques d’or et platine et titres à succès jouant à tue-tête, lundi après-midi, pour annoncer la bonne nouvelle, qui excite au plus haut point la principale intéressée.

«Pour moi, c’est un rêve de petite fille de faire un show sur mesure pour le St-Denis, s’est emballée Marie-Mai. C’est débile!»

La chanteuse et les siens n’en sont qu’au tout début du processus de préparation de ce concert exclusif, mais Marie-Mai sait qu’elle veut s’impliquer dans toutes les étapes du projet, de la mise en scène aux arrangements. Elle a déjà en tête le nom d’une chorégraphe réputée avec qui elle voudrait travailler, mais dont elle tait pour l’instant l’identité.

«On veut faire un party du temps des Fêtes éclaté, éclatant, éclectique, énumère la jeune femme. J’ai envie d’avoir plusieurs tableaux différents. On fera une rétrospective de mes anciens albums, je voudrais faire une ou deux nouvelles chansons, et il y aura peut-être un bout acoustique, inspiré de ce qu’on a vécu au House of Blues, à Los Angeles, en juin. Je vais sûrement sortir ma robe pour un moment piano-voix! Je voudrais que ça soit tantôt très rock, tantôt très dansant, tantôt dénué d’arrangements. Je voudrais que les gens, en quittant la salle, se disent qu’ils ont vu toutes les facettes de ma personnalité.»

«De plus, être au St-Denis, soir après soir, ça nous donne tellement de possibilités au niveau de la mise en scène! On peut prendre possession de la salle et décorer comme un veut. Je m’inspire un peu des spectacles qu’on voit à Vegas, comme ceux de Céline Dion ou Britney Spears. Ce sont des salles plus petites, mais où on peut en mettre plein la vue avec des mises en scène complètement survoltées», ajoute Marie-Mai, en spécifiant que le concept d’hommage en souvenirs mis sur pied pour la conférence de presse sera probablement repris pendant son séjour au Théâtre St-Denis.

Des cartes dans son jeu

Mine de rien, il y a déjà plus d’un an que Marie-Mai ne s’est pas commise en sol québécois. Sa tournée Miroir a pris fin au Centre Bell en mai 2014, et la belle a arpenté quelques festivals pendant l’été qui a suivi, après quoi son amoureux, Fred St-Gelais, et elle se sont offert une pause sur la route des États-Unis. Il y a bien eu la parenthèse du House of Blues, mais ça ne sera que cet automne que la rockeuse reprendra officiellement le collier.

«J’ai passé six mois démaquillée, «toute croche», dans ma roulotte, sans internet et sans télé, a-t-elle résumé. J’étais tellement bien que j’avais peur de revenir, peur qu’il y ait un décalage entre ce que je vivais et comment je me sentais. Mais on a recommencé tranquillement, et aujourd’hui, on annonce ce spectacle. Je reviens à ma zone de confort, à mes premiers amours.»

D’ailleurs, la Marie-Mai que les Québécois retrouveront en décembre sera peut-être un brin plus assumée, plus sûre d’elle que celle qui a quitté le Québec l’an dernier.

«Je prends plus de risques au niveau de ma voix, a avancé l’artiste de 31 ans. Je suis peut-être plus en contrôle maintenant. Peut-être que je n’aurais pas osé, plus jeune, faire une chanson piano-voix. Dans les dernières années, ça s’est fait progressivement. Il y a eu le spectacle avec l’Orchestre symphonique de Montréal (en 2012), entièrement orchestral, et un autre spectacle, à Lac Mégantic (en 2013), qui m’ont mise en confiance, et m’ont montré que je peux aller dans ces zones.»

«Je suis rendue au point où je ne veux pas m’imposer de limites, a continué Marie-Mai. Je ne crée jamais dans l’insécurité ; au contraire, je pense qu’il faut placer la barre haute. Il faut se créer des défis, prendre des risques. J’ai envie de faire des shows, de me surprendre et de surprendre les gens. Je sais que le public n’a pas encore tout vu de moi. C’est le fun, de sentir qu’on a encore des cartes dans notre jeu!»

Les billets pour la série de représentations de Marie-Mai, du 17 au 30 décembre, au Théâtre St-Denis, seront en vente ce samedi, 19 septembre au www.ticketpro.ca ou au (514)790-1111.

Et ensuite? Qu’est-ce qui attend Marie-Mai pour 2016? Cette dernière l’ignore encore, plus que jamais tournée vers son désir de fonder une famille.

«Je ne suis pas enceinte, mais je pourrais l’être en décembre, a-t-elle espéré à voix haute. Que Dieu m’entende! (rires) Je pourrais quand même faire les shows du St-Denis. C’est vraiment ça, ma priorité. Alors, je ne peux pas dire que je vois jusqu’en 2016. Ça va dépendre.»

Abonnez-vous à notre page HuffPost Québec Divertissement
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Marie-Mai en spectacle à Sainte-Perpétue