NOUVELLES

Québec inaugure le Centre Vidéotron (PHOTOS / VIDÉOS)

12/09/2015 07:23 EDT | Actualisé 13/09/2015 12:12 EDT

QUÉBEC - La pression était forte sur les joueurs des Remparts qui affrontaient samedi l'Océanic de Rimouski dans le match inaugural du Centre Vidéotron, devant plus de 18 000 spectateurs. En attendant un éventuel retour des Nordiques, la ville de Québec célébrait ainsi la construction de cet amphithéâtre construit au coût de 370 millions$ en fonds publics.

En début de soirée, l'ancien joueur-vedette des Nordiques, Guy Lafleur, pouvait imaginer la fébrilité des jeunes joueurs des Remparts qui s'apprêtaient à sauter sur la glace. «Pour eux, c'est une nouvelle ère qui commence, a-t-il souligné. Ils partent de l'ancien Colisée où il y avait un coeur et une âme, maintenant ça va être [à eux] de bâtir la même chose ici. Alors, ils ont pas mal d'ouvrage à faire.»

Guy Lafleur était d'ailleurs admiratif devant le nouvel édifice: «C'est le plus bel amphithéâtre dans la ligue», a-t-il tranché.

Pour sa part, l'ex-entraîneur des Nordiques, Michel Bergeron, était nostalgique en repensant à sa carrière dans l'ancien Colisée, qui sera bientôt démoli. «Ça a été huit de mes plus belles années», a-t-il confié.

Comme plusieurs personnes interrogées, Michel Bergeron s'est dit confiant du retour des Nordiques sous peu. «Je pense [que ce sera] l'année prochaine. J'ai un feeling. La ligue nationale ne peut pas être insensible à tout ce qui se passe en ce moment. Ils voient l'amphithéâtre, la foule, les dirigeants, les élus.»

«Le Tigre» préférerait toutefois le déménagement d'une équipe existante, plutôt que la création d'une équipe d'expansion. «Parce qu'une équipe d'expansion, tu es appelé à avoir des années difficiles, a-t-il expliqué. Tandis qu'une équipe qui déménage, tu as quand même une base qui va te relancer.»

Le maire Régis Labeaume, promoteur infatigable du projet, a été chaudement applaudi par la foule à son arrivée. Il est apparu ému, voire bouleversé par l'événement. «J'ai mal dormi», a-t-il confié aux journalistes au cours d'un point de presse auparavant.

«C'est une réussite collective, a-t-il ajouté. On a fait ça dans une communauté qui était solidaire. C'est rare qu'on voie ça dans une communauté.»

Quant à lui, l'actionnaire de contrôle de Québecor, Pierre Karl Péladeau, est arrivé en serrant de multiples mains le long du «tapis jaune» déroulé pour les dignitaires. «C'est très émouvant», a-t-il lancé au sujet de la concrétisation de cet amphithéâtre dont l'idée a germé en 2008.

Pour sa part, le ministre responsable de la région de la Capitale-Nationale, Sam Hamad, est revenu sur le moment où le premier ministre Jean Charest a accepté d'investir 200 millions$ en fonds provinciaux dans l'aventure. La scène se passait dans le bureau du premier ministre. Seuls le maire Labeaume et son directeur de cabinet les accompagnaient. Quand Jean Charest a annoncé la bonne nouvelle au maire, il y a eu quelques secondes de silence dans la pièce. «C'était comme 'qu'est-ce qu'il a dit, là?'», a lancé le ministre Hamad en se remémorant la réaction du maire Labeaume.

Match historique

En début de soirée, d'anciens Nordiques, vêtus de l'uniforme pour l'occasion, ont été les premiers à sauter sur la glace. Ils sont arrivés sur l'air de Don't Stop Believing, de Journey.... Un message aux fans?

Autre hommage aux anciens, des bannières commémorant Guy Lafleur et quatre autres collègues des Remparts et des Nordiques ont été hissées dans les hauteurs du Centre Vidéotron. Les«Guy, Guy, Guy» ont retenti au moment de hisser la bannière du «démon blond», comme dans les belles années du hockeyeur.

Le maire Labeaume s'est ensuite avancé au centre de la glace. «Messieurs, dames, notre rêve s'est réalisé», a lancé le maire de Québec avant de prononcer une courte allocution. Puis il a offert en souvenir à Michel Bergeron les bancs où s'assoyait son épouse au Colisée.

Le match entre les Remparts et l'Océanic de Rimouski a débuté avec 45 minutes de retard vers 20:30.

Il a fallu seulement 21 secondes avant que la première bataille éclate. Le joueur des Remparts Yannick Turcotte a eu le dessus sur celui de l'Océanic, Evan Scott.

Le premier but de l'histoire du Centre Vidéotron a été marqué par le joueur des Remparts Ross MacDougall après 11 minutes et 17 secondes de jeu. Tyler Boland de l'Océanic a répliqué en égalisant la marque dans les secondes suivantes.

Bien que le match ait été disputé à guichet fermé, de nombreux spectateurs ont délaissé leurs sièges durant l'affrontement pour visiter l'amphithéâtre qui fait la manchette depuis plusieurs années.

Malheureusement pour les fans des Remparts, la vie n'est pas un film hollywoodien. L'équipe de Québec s'est inclinée 4-2 devant l'Océanic de Rimouski.

Inauguration du Centre Vidéotron

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter