POLITIQUE

Un ministre ontarien demande des excuses au ministre fédéral Peter MacKay

24/06/2015 10:11 EDT | Actualisé 24/06/2015 10:11 EDT
CP

TORONTO _ Un ministre du gouvernement de l'Ontario demande des excuses auprès du ministre fédéral de la Justice, Peter MacKay. Selon Michael Chan, le ministre conservateur aurait laissé entendre qu'il avait été sous une enquête du Service canadien du renseignement de sécurité (SCRS).

Michael Chan a également exigé des excuses et une rétractation de la part du quotidien The Globe and Mail. Le journal a publié ce mois-ci des reportages qui, selon M. Chan, ont nui considérablement à sa réputation.

Le journal a rapporté que le SCRS a mis en garde le gouvernement de l'Ontario en 2010 contre Chan qui a peut-être été sensible à l'influence chinoise et avait "des liens exceptionnellement étroits avec des responsables chinois". Des allégations sans fondement, a jugé Michael Chan.

Lorsque l'article du Globe a été publié, des journalistes ont demandé au ministre Peter MacKay s'il était approprié pour les ministres d'un gouvernement d'avoir des relations étroites avec des fonctionnaires étrangers.

Le ministre conservateur avait alors répondu qu'il ne voulait pas discuter du cas spécifique de Michael Chan parce qu'il y avait une "enquête en cours".

La semaine dernière, Peter MacKay est sorti de son mutisme. Il s'est défendu en affirmant qu'il n'avait jamais confirmé que la SCRC avait étudié activement le cas de Michael Chan. Il a ajouté qu'il s'agissait d'une "affirmation stupide".

Mais M. Chan n'est pas satisfait de cette réponse.

"Deux jours après avoir fait ces commentaires, vous avez nié avoir fait les autres", a écrit Michael Chan, mercredi, dans une lettre envoyée à Peter MacKay.

"Comme résultat direct de vos commentaires, les médias de partout au Canada ont immédiatement signalé que le SCRS m'a enquêté activement. Vous acceptez de laisser planer cette question pendant deux jours sans donner de clarifications, ce qui est tout à fait inacceptable. Je demande des excuses publiques envers moi pour vos commentaires sans fondement et incorrects".

Le rédacteur en chef du Globe a dit que l'article maintient sa version des faits au sujet de M. Chan et prévoit la publication d'autres articles sur le sujet.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

Ces députés fédéraux qui ne se représentent pas en 2015