NOUVELLES

Nigeria: 10 morts et 30 blessés dans un attentat-suicide dans le nord-est

23/06/2015 08:49 EDT | Actualisé 23/06/2015 08:49 EDT
STRINGER via Getty Images
A police officer stands at the scene of a bombing after at least 20 people were killed when a young female suicide bomber detonated her explosives at a bus station in Maiduguri, northeast Nigeria, on June 22, 2015 in an attack likely to be blamed on Boko Haram. The blast happened near a fish market in the Baga Road area of the city, which has been repeatedly targeted in recent weeks by shelling, bombs and suicide attacks. AFP PHOTO/STRINGER (Photo credit should read STRINGER/AFP/Getty Images)

Dix personnes ont été tuées dans un marché du nord-est du Nigeria mardi quand une fillette à peine âgée de 12 ans s'est fait exploser, ont déclaré le parent d'un blessé et un membre des secours.

L'attaque a eu lieu à Gujba, dans l'Etat de Yobe, vers 11h00.

"Il s'agit d'un attentat-suicide qui a été mené par une fille d'environ 12 ans", a déclaré à l'AFP Hussaini Aisami, le parent d'un des 30 blessés.

"Elle est entrée dans le marché et elle s'est dirigée vers la section des céréales. Elle a déclenché ses explosifs au milieu des marchands et des clients", a-t-il poursuivi.

"Dix personnes sont mortes dans cette explosion. Nous avons transporté 30 autres personnes à l'hôpital", a-t-il poursuivi. Ce bilan a été confirmé par un membre des opérations de secours.

Cet attentat-suicide intervient au lendemain d'un attentat du même type mené par une jeune kamikaze dans une gare de bus attenante au marché aux poissons de Maiduguri, la plus grande ville du nord-est du Nigeria, faisant au moins 20 morts et 50 blessés.

Aucun de ces deux attentats n'a été revendiqué, mais le groupe islamiste Boko Haram, dont les violences ont fait plus de 15 000 morts depuis 2009, a souvent pris pour cible des gares de bus et des marchés par le passé, et a fréquemment recours à de très jeunes kamikazes.

Gujba fait partie des localités de l'Etat de Yobe dont s'était emparé Boko Haram en 2014.

Une opération armée lancée en février avec l'aide des pays voisins, le Tchad en tête, a permis au Nigeria de reprendre possession de la quasi-totalité des localités du nord-est contrôlées par le groupe islamiste. Mais les attentats n'ont pas cessé pour autant.

Au total, selon un décompte AFP, plus de 200 personnes ont été tuées dans des violences islamistes depuis le 29 mai, date de l'investiture du président nigérian Muhammadu Buhari, qui a fait de la lutte contre Boko Haram une de ses priorités.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Ce que vous devez savoir sur Boko Haram