NOUVELLES

Porsche 911 GT3: pour les puristes (ESSAI/PHOTOS)

02/06/2015 02:46 EDT | Actualisé 02/06/2015 03:27 EDT

Montréal vibre cette semaine au rythme du Grand Prix du Canada. Pour les passionnés de sports motorisés, ce qui compte cette semaine n’est pas les soirées mondaines et le jet set associé avec cet événement d’envergure, mais bien comment les voitures performeront sur le circuit Gilles-Villeneuve samedi et dimanche.

C’est la même idée avec la Porsche 911 GT3. Cette voiture n’est pas conçue pour se pavaner sur la rue Crescent, mais plutôt pour établir de nouveaux records sur un circuit fermé.

Amateurs de puissance, de précision et de sport extrême, cet essai routier est pour vous. Car si le confort, la douceur et la délicatesse sont ce que vous recherchez dans une voiture, il vaut mieux que vous continuez votre chemin : la Porsche GT3 mérite tous les superlatifs de puissance que vous pouvez vous imaginer. Elle prend aussi une bonne dose de talent et une longue liste de compromis pour être acceptée. Car la GT3 n’est rien de moins qu’une voiture de course, que vous pouvez rouler sur la route entre deux épreuves.

Porsche 911 GT3


Physiquement, elle est toute proche de ses autres sœurs Porsche 911; on ne redéfinit pas ainsi des caractéristiques familiales aussi solidement implantées. La GT3 ajoute cependant quelques notions un peu plus extrêmes. Au premier regard par exemple, difficile de ne pas apercevoir l’aileron surdimensionné qui domine la partie arrière de la voiture.

Parmi les autres modifications physiques, mentionnons une calandre plus stylisée, un aileron de pare-chocs avant à ras le sol, une mince prise d'air sous le couvercle de coffre, des rétroviseurs avec des bases en forme de V, des embouts d'échappement double placés en position centrale ainsi que des jantes en alliage à verrous centraux.

Les mauvaises langues, et ceux qui ne s'y connaissent pas, n’y verront qu’un désir de se montrer. Ceux qui ont déjà pris la piste au volant d’une GT3 savent cependant que ces appuis aérodynamiques, lorsque la voiture est lancée à plein régime, sont indispensables. Ils collent littéralement la voiture sur la piste, éliminant du même coup quelques turbulences qui pourraient retrancher de précieux dixièmes de seconde au temps total au tour. Je vous l’ai dit : le GT3 est une voiture de course qui s'avère légale sur la route.

Dotée d’un moteur atmosphérique six cylindres de 3,8 litres, à plat comme il se doit pour conserver le centre de gravité en position idéale, la Porsche GT3 est probablement la sportive du constructeur allemand la plus capable.

LIRE AUSSI:

» La Porsche 911 GT3 RS, l’ultime 911

Les connaisseurs de fiche technique feront remarquer qu’une 911 Turbo est plus puissante et légèrement plus rapide au décollage, mais la GT3 a un petit quelque chose de plus. Sans l'aide de turbocompresseurs, son moteur révolutionne jusqu'à 9 000 tr/min, il produit 475 chevaux et un couple de 325 lb-pi, tout en étant géré par la boîte automatisée PDK à sept rapports de la firme, avec des ratios de rapport plus courts.

Ne cherchez pas de boite manuelle sur la liste des options. Porsche a décidé de tout miser sur les boites à double embrayage PDK dont la rapidité d’exécution est meilleure que la plupart des pilotes, et qui permet tout de même un contrôle manuel avec des sélecteurs montés au volant

En matière de poids, la GT3 est légèrement plus lourde qu'une 911 Carrera de base, mais plus légère qu'une 911 Turbo.

Petit détail, pour les amateurs de chiffres : le 0-100 kilomètres à l’heure s’exécute en seulement 3,5 secondes selon le manufacturier. J’avoue ne pas avoir approché ce chronomètre lors de mon essai qui s’est déroulé cependant dans des conditions un peu moins permissives.

Contrairement aux versions Turbo et Turbo S, la Porsche 911 GT3 est une propulsion, mais elle dispose elle aussi d'un ajustement d'angle de direction aux roues arrière, lui procurant une plus grande agilité sur une piste ou une route de campagne sinueuse. La tenue de route de la voiture est donc exceptionnelle, et elle permet d’enfiler les virages avec une aisance remarquable. Bien qu’elle soit dotée d’une direction précise, elle exige cependant de son pilote une vigilance de tous les instants : les suspensions placées en mode sport sont rigides et fermes, et favorisent un roulement sans reproches sur une chaussée bien plane. Mais comme vous le savez, les routes du Québec sont loin de ressembler à une table de billard.

Pour aider aux arrêts les plus brusques, mentionnons que la Porsche GT3 est dotée de freins de céramique perforés, résistant mieux à la chaleur et aux freinages nombreux et successifs qu’exige une conduite sportive sur circuit. Sur la route, s’il est vrai que la distance de freinage s’en trouve améliorée, il est assez rare que la chaleur devienne un véritable frein à la performance des freins, justement.

Autre détail, l'empattement allongé et la voie arrière élargie par rapport à sa devancière lui apportent des bénéfices au chapitre de son comportement routier et de sa stabilité.

Habitacle de luxe

Ce n’est pas parce que la GT3 est puissante qu’elle néglige pour autant le confort. Son intérieur se rapproche notamment de celui de ses consoeurs 911 avec un volant enveloppé d'Alcantara (on ne voulait pas d’un cuir régulier, rendu glissant par une conduite vous donnant un peu chaud), et n'inclut pas de boutons audio ou de régulateur de vitesse pour vous distraire. On retrouve également de l'Alcantara sur le pommeau de levier de vitesse, sur les portes, sur le plafond ainsi que sur les sièges sport, dotés de réglages électriques et d'empiècements en cuir sur les renforcements latéraux.

Un lecteur CD et un écran tactile de sept pouces figurent de série, alors qu'un système Porsche Communication Management est disponible, ajoutant la navigation, la connectivité Bluetooth, un port USB et un disque rigide pour stocker de la musique.

Malgré toutes ses qualités, la Porsche GT3 a aussi quelques défauts… à commencer par un confort relatif en conduite de tous les jours. Les suspensions très rigides, même sans le mode sport (car la GT3 dispose des modes régulier, Sport ou Sport plus qui rendent les caractéristiques de la voiture plus dynamiques) ce qui contribue un peu à l’inconfort de la randonnée. La voiture a beau être dotée de sièges sport enveloppants, on se surprend parfois à souhaiter un peu moins de sportivité sur la route.

Autre détail, la consommation moyenne s’établit à plus de 18 litres aux 100 kilomètres. Un détail pour une voiture de course, mais tout de même une consommation de nature à vous faire inviter aux prochaines fêtes de Noël de votre pétrolière préférée.

Qu'à cela ne tienne, qu’avec un prix de départ de plus de 148 000 $ la Porsche GT3 n’attire pas ceux pour qui l’économie de carburant, ou l’économie tout court, est un problème!

Source: LuxuryCarMagazine.com

Abonnez-vous à HuffPost Québec Autos sur Facebook
Suivez HuffPost Québec Autos sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Porsche Camp4 2015 Circuit Mécaglisse