POLITIQUE
02/06/2015 01:38 EDT | Actualisé 02/06/2015 06:21 EDT

Jacques Parizeau, un adversaire «très respecté et craint par les fédéralistes» rappelle Jean Charest (VIDÉO)

Le changement de nom du siège social montréalais de la Caisse de dépôt pour l’édifice Jacques-Parizeau est une « très bonne décision dans les circonstances », estime Jean Charest.

« C’est tout à fait approprié », a déclaré l’ancien premier ministre. L’héritage de Jacques Parizeau, qui a été l’un des principaux architectes de la Caisse, est « palpable » et « visible ».

« C’était un adversaire très respecté et craint par les fédéralistes, rappelle Jean Charest. On sait à quel point sa détermination était grande. »

Bien qu’il ne l’ait pas connu personnellement, Jean Charest parle de Parizeau comme un homme politique « hors de l’ordinaire » qui a contribué à la construction du Québec moderne pendant la Révolution tranquille.

En tant que ministre des Finances de René Lévesque, Parizeau a mis en place le Régime épargne-actions et a permis à création du Fonds de solidarité FTQ.

Il est ensuite devenu chef du Parti québécois en 1988, puis a été élu premier ministre en 1994, un an avant le deuxième référendum pour la souveraineté.

« Ce que je retiens, c’est sa volonté de faire bouger les choses et la détermination qu’il a eue de forcer un débat sur l’avenir du Québec », conclut Jean Charest.

LIRE AUSSI:

» Jacques Parizeau, un parcours exceptionnel

» La déclaration sur « l'argent et le vote ethnique », l'expression d'une profonde colère (VIDÉO)

» Revoyez son discours de la défaite du 30 octobre 1995 (VIDÉO)

» «Un homme d'exception», dit PKP (VIDÉO)

» La lettre de Jean-Martin Aussant

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Parizeau mort: les réactions sur Twitter