POLITIQUE

Jacques Parizeau, un adversaire «très respecté et craint par les fédéralistes» rappelle Jean Charest (VIDÉO)

02/06/2015 01:38 EDT | Actualisé 02/06/2015 06:21 EDT

Le changement de nom du siège social montréalais de la Caisse de dépôt pour l’édifice Jacques-Parizeau est une « très bonne décision dans les circonstances », estime Jean Charest.

« C’est tout à fait approprié », a déclaré l’ancien premier ministre. L’héritage de Jacques Parizeau, qui a été l’un des principaux architectes de la Caisse, est « palpable » et « visible ».

« C’était un adversaire très respecté et craint par les fédéralistes, rappelle Jean Charest. On sait à quel point sa détermination était grande. »

Bien qu’il ne l’ait pas connu personnellement, Jean Charest parle de Parizeau comme un homme politique « hors de l’ordinaire » qui a contribué à la construction du Québec moderne pendant la Révolution tranquille.

En tant que ministre des Finances de René Lévesque, Parizeau a mis en place le Régime épargne-actions et a permis à création du Fonds de solidarité FTQ.

Il est ensuite devenu chef du Parti québécois en 1988, puis a été élu premier ministre en 1994, un an avant le deuxième référendum pour la souveraineté.

« Ce que je retiens, c’est sa volonté de faire bouger les choses et la détermination qu’il a eue de forcer un débat sur l’avenir du Québec », conclut Jean Charest.

LIRE AUSSI:

» Jacques Parizeau, un parcours exceptionnel

» La déclaration sur « l'argent et le vote ethnique », l'expression d'une profonde colère (VIDÉO)

» Revoyez son discours de la défaite du 30 octobre 1995 (VIDÉO)

» «Un homme d'exception», dit PKP (VIDÉO)

» La lettre de Jean-Martin Aussant

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Parizeau mort: les réactions sur Twitter