POLITIQUE

Décès de Jacques Parizeau: l'Assemblée nationale lui rend hommage

02/06/2015 09:37 EDT

À Québec, l'Assemblée nationale se recueille cet après-midi en mémoire de Jacques Parizeau, décédé hier soir à l'âge de 84 ans.

L'ex-premier ministre Jacques Parizeau aura droit à des funérailles nationales.

« C'est tout le Québec qui pleure la perte de ce visionnaire », a déclaré le premier ministre Philippe Couillard dans l'allocution qu'il a prononcée à l'Assemblée nationale. M. Couillard a présenté ses condoléances à l'épouse de M. Parizeau, Lisette Lapointe, et à ses deux enfants, Bernard et Isabelle.

Les membres de l'Assemblée nationale ont observé une minute de silence en hommage à M. Parizeau.

« Jacques Parizeau, c'est l'homme de la modernité du Québec », a déclaré pour sa part Pierre Karl Péladeau, qui a aussi présenté la motion suivante :

« Que l'Assemblée nationale rende hommage à monsieur Jacques Parizeau, premier ministre du Québec de 1994 à 1996, ministre des Finances de 1976 à 1984, député de L'Assomption de 1976 à 1984, puis de 1989 à 1996 et conseiller économique et financier du gouvernement du Québec, pour sa contribution exceptionnelle au développement du Québec moderne; afin d'honorer sa mémoire, qu'elle recommande que l'édifice abritant le bureau principal de la Caisse de dépôt et placement du Québec à Montréal porte désormais le nom d'édifice Jacques-Parizeau. »

— Motion présentée par Pierre Karl Péladeau, chef du Parti québécois

Dans l'hommage qu'il lui a rendu cet après-midi, M. Péladeau a rappelé ce qu'avait déclaré Jacques Parizeau après la défaite du référendum de 1995 : « Quand on échoue de si peu, on se crache dans les mains, et on recommence ».

Le chef de la deuxième opposition, François Legault, de la CAQ, a ensuite pris la parole : « Il n'a pas réussi son rêve ultime mais il a réussi à bâtir un Québec moderne, ouvert », a-t-il affirmé, ajoutant avec une pointe d'humour qu'il n'a connu personne qui osait tutoyer Jacques Parizeau. « Il venait d'une famille aisée et c'est pour cette raison que nous l'appelions tous " Monsieur" », de se souvenir M. Legault.

Un bâtisseur du Québec moderne

Plus tôt en matinée, le premier ministre Couillard avait tenu ces propos : « [C'est] un homme qui a consacré sa vie au Québec et au service public, un des grands bâtisseurs du Québec moderne, notamment de la prise en mains, par les Québécois, des outils financiers et économiques nécessaires à notre développement. « Je pense entre autres à la Caisse de dépôt et placement du Québec, devenue si importante, si utile à notre progrès », a-t-il ajouté.

« Son message politique lui appartient, mais son legs principal est un legs économique de confiance pour nous, les francophones, qu'il était possible dans ces années, avec ses compagnons de l'époque, de prendre en main les outils de notre développement » a aussi dit le premier ministre du Québec, en le qualifiant de « grand bâtisseur de la Révolution tranquille ».

« Un des personnages importants de notre histoire nous a quittés. On peut désormais dire à son sujet que sa mémoire appartient au Québec tout entier, à tous les Québécois et Québécoises, sans exception, et ce, au-delà des appartenances politiques. »

— Philippe Couillard, premier ministre du Québec

Philippe Couillard a fait savoir qu'il a proposé la tenue de funérailles nationales à la famille de M. Parizeau, et que cette offre a été « accueillie favorablement ».

« On m'a indiqué également que le premier ministre Parizeau avait laissé des instructions détaillées sur la tenue de ses funérailles. Nous resterons bien sûr en contact avec la famille pour la suite des choses » , a-t-il ajouté. « Il faut que ça se marie et que ce soit cohérent avec ce qu'il a réclamé lui-même. »

Le premier ministre du Québec a aussi annoncé « l'intention du gouvernement » de renommer le bureau principal de la CDPQ à Montréal « Édifice Jacques Parizeau ». « Il est clair que l'État québécois de 2015 qui lui doit tant doit trouver une façon durable de prolonger sa mémoire », a-t-il expliqué à l'appui de cette proposition.

« Ce que je retiens de lui, c'est la sincérité et l'honnêteté dans ses convictions », a aussi affirmé Philippe Couillard sur une note plus personnelle. Il a également souligné « son ton respectueux en vers les adversaires politiques » ainsi que « son élégance [...] un peu britannique, et un flegme de la même nature. »

Le premier ministre a dit qu'il ne connaissait pas M. Parizeau personnellement, mais qu'il le croisait à l'occasion. La dernière fois, a-t-il raconté, M. Parizeau avait proposé de s'asseoir avec lui pour discuter de l'avenir du Québec. Il s'agissait là d'une offre élégante, a dit le premier ministre, qui affirme regretter que cette rencontre ne se soit pas concrétisée.

À une journaliste anglophone qui soulignait que Jacques Parizeau était plutôt perçu comme l'homme qui a failli briser la fédération canadienne avec le référendum de 1995, Philippe Couillard a répondu qu'il fallait aujourd'hui s'élever au-dessus de cette histoire.

La mort de l'ancien premier ministre du Québec Jacques Parizeau bouleverse par ailleurs le programme politique à l'Assemblée nationale du Québec, où le drapeau du Québec qui flotte sur le mât central a rapidement été mis en berne mardi matin.

Les travaux de l'Assemblée nationale sont exceptionnellement suspendus mardi, afin que les chefs des différents partis et les parlementaires puissent lui rendre hommage. Il s'agit d'un événement rare, survenu uniquement lors des décès des ex-premiers ministres Jean Lesage, René Lévesque et Robert Bourassa et de l'ancien ministre Gérard D. Lévesque.

Le gouvernement Couillard a, par ailleurs, décidé d'annuler la conférence de presse pour le lancement de sa stratégie maritime qui devait avoir lieu au port de Montréal. Cette stratégie maritime constitue l'un des piliers du plan de développement économique du gouvernement libéral, avec la nouvelle version du plan Nord.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Parizeau mort: les réactions sur Twitter