POLITIQUE

Des milliers de personnes marchent en soutien aux victimes de la pyrrhotite

30/05/2015 08:06 EDT | Actualisé 30/05/2015 08:07 EDT
Capture d'écran Radio-Canada

Des milliers de personnes ont marché ce matin à Trois-Rivières, en guise de soutien aux victimes de la pyrrhotite. Ils réclament une intervention rapide de la part des gouvernements fédéral et provincial.

De 9 h 30 jusqu'à environ 11 h, les manifestants ont déambulé dans les rues du centre-ville avant de parvenir au port de Trois-Rivières, où des discours ont été livrés. La question du financement était au cœur de leur mobilisation.

Les personnes aux prises avec la pyrrhotite doivent débourser de 150 000 à 300 000 $ pour réaliser les travaux nécessaires à la réfection des fondations de leur maison. Or, les sommes qu'elles reçoivent pour les appuyer dans ces démarches sont jugées insuffisantes.

Le maire Yves Lévesque veut plus d'aide

Le gouvernement provincial, par exemple, accorde une aide maximale de 75 000 $ aux propriétaires qui répondent à certains critères. La Ville de Trois-Rivières, pour sa part, offre un crédit de taxe foncière. Quant au gouvernement fédéral, il n'offre aucune aide financière puisqu'il juge que le dossier de la pyrrhotite relève du gouvernement provincial.

maire

Face à cette inaction, les victimes de la pyrrhotite réclament une intervention rapide. Le maire de Trois-Rivières, Yves Lévesque, appuie cette revendication considérant l'étendue des problèmes financiers vécus par les personnes aux prises avec la pyrrhotite.

« Toute leur vie s'effondre du jour au lendemain. [Ce sont] des gens qui ont pris leur retraite, qui se sont acheté une maison et là, ils doivent dépenser 186 000 $. C'est impensable! », s'insurge-t-il.

« L'autre chose qui est ridicule, absurde même, c'est de voir les gouvernements, sur [une infrastructure] qui n'est pas de juridiction provinciale ou fédérale, annoncer 100 millions pour peinturer un pont au niveau de l'esthétique. »

— Yves Lévesque

Yves Lévesque ne s'explique pas que les gouvernements fédéral et provincial aient offert conjointement des dizaines de millions de dollars pour faire repeindre le pont de Québec, alors que celui-ci appartient à la compagnie ferroviaire Canadien National.

« Comme payeur de taxes, comme citoyen qui est touché par un drame comme ça, de voir qu'on est prêt à mettre 100 millions pour peinturer un pont qui ne nous appartient pas, juste pour la beauté, et qu'on n'est pas au rendez-vous ici, [c'est déplorable] », tonne-t-il.

De nombreuses victimes

Au moins 2000 citoyens sont actuellement aux prises avec la pyrrhotite, mais ce nombre n'est peut-être pas tout à fait représentatif de la réalité, selon le député fédéral de Trois-Rivières, le néodémocrate Robert Aubin.

« Pour l'ensemble des paliers de gouvernement et des décideurs, c'est difficile de circonscrire l'ampleur du problème, dit-il. Quand j'ai commencé dans le dossier, il y avait à peu près 500 victimes. On parle de 2000 aujourd'hui et de 2000 [victimes] potentielles en plus! »

Robert Aubin et sa collègue Ruth Ellen-Brosseau, députée de Berthier-Maskinongé, déposeront d'ailleurs bientôt une motion à la Chambre des communes. Ils réclameront l'adoption d'un plan d'urgence pour venir en aide aux victimes de la pyrrhotite, incluant un fonds pour avancer les sommes consenties aux victimes par les tribunaux.

« On va inviter tous les partis à reconnaître l'urgence de cette situation-là. »

— Robert Aubin

La motion demandera aussi l'amélioration des normes de qualité des agrégats de béton. Avec cette motion, le NPD espère forcer les autres formations politiques représentées à Ottawa à faire savoir à quelle enseigne elles logent dans ce dossier.

À lire aussi :

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter