POLITIQUE

Bilinguisme de la GRC au Parlement: Godin tire la sonnette d'alarme

29/05/2015 11:43 EDT | Actualisé 29/05/2015 11:43 EDT
Courtoisie GRC

OTTAWA _ La piètre maîtrise du français des agents de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) qui assurent la sécurité sur la colline du Parlement préoccupe un député néo-démocrate.

Ardent défenseur du fait français, le député néo-brunswickois Yvon Godin a fait part de ses inquiétudes en déposant une plainte officielle auprès du Commissariat aux langues officielles.

Il rappelle dans sa missive que la présence de la police fédérale s'apprête à devenir de plus en plus importante dans la foulée du remaniement subséquent à la fusillade survenue le 22 octobre dernier.

L'élu du Nouveau Parti démocratique (NPD) soutient que des agents de la GRC ont souvent pour seule réponse à ses salutations des "I don't speak French".

Il demande donc au commissaire Graham Fraser de se pencher sur la situation.

Car en vertu de la Loi sur les langues officielles, "la GRC est tenue d'offrir en tout temps un service au public dans les langues officielles", écrit M. Godin dans la lettre obtenue par La Presse Canadienne, qui est datée du 28 mai.

Et le fait qu'il y ait des accrocs à cette loi sur la colline est particulièrement triste, puisque "le Parlement est un endroit symbolique où les Canadiens, quelle que soit leur langue officielle parlée, devraient se sentir inclus", soutient le député.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

Les uniformes de la GRC