DIVERTISSEMENT
28/05/2015 04:37 EDT

Films à l'affiche le 29 mai 2015 (PHOTOS)

Mediafilm

Sortie au cinéma prévue? Découvrez les films à l'affiche cette semaine!

Le Huffington Post Québec et Mediafilm.ca vous présentent les films qui prennent l'affiche cette semaine au Québec:

Films de la semaine - 29 mai 2015

18 FUGITIVES

Canada. 2014. 75 min.

Documentaire de Paul Cowan et Amer Shomali.

En 1988, au début de la première Intifada, des habitants du village palestinien de Beit Sahour achètent 18 vaches à un kibboutznik sympathisant, dans le but de mettre fin à leur dépendance alimentaire envers Israël. Voyant là le germe d'un mouvement de rébellion, le gouvernement Rabin envoie l'armée dans le village, avec la mission de retrouver et d'abattre les bovidés. C'est le début d'une traque de huit jours pendant lesquels les vaches fugitives de Beit Sahour deviennent malgré elles le symbole de la résistance et de la quête d'autonomie des Palestiniens.

Mêlant avec audace témoignages, images d'archives et animation de personnages en pâte à modeler, ce documentaire teinté d'humour noir explore un chapitre étrange des relations israélo-palestiniennes. Drôle et émouvante - voire parfois sentimentale -, cette oeuvre d'une rare originalité formelle s'impose également par sa puissante leçon de désobéissance civile.

ALOHA

États-Unis. 2015. 104 min.

Comédie sentimentale de Cameron Crowe avec Bradley Cooper, Emma Stone, Rachel McAdams, Bill Murray, Jay Baruchel, John Krasinski.

Un sous-traitant de l'armée américaine retourne à Hawaï, site de son plus grand triomphe en carrière, afin d'y entreprendre un nouveau projet, sous la surveillance d'une charmante capitaine.

CE QU'IL NE FAUT PAS DIRE

Canada. 2015. 85 min.

Drame sentimental de Marquise Lepage avec Annick Fontaine, Christian Michaud, Ansie St-Martin, Édith Paquet, Danny Gilmore, Tova Roy.

Annick est une trentenaire émancipée ayant une vie sociale très active. Mais dans l'intimité, elle est incapable de supporter qu'un homme s'attache à elle, refusant maladivement de s'engager dans toute relation à long terme. La jeune femme relie ce malaise à une enfance douloureuse, marquée successivement par la noyade accidentelle de sa jeune soeur et la perte de sa mère, morte d'un cancer. Qui plus est, sa relation avec son père a toujours été conflictuelle. La journée où Christian, son copain du moment, lui avoue son amour profond, Annick panique. C'est l'occasion pour elle de chasser ses démons intérieurs et de faire le point sur son existence.

Marquise Lepage (LA FÊTE DES ROIS, MARTHA QUI VIENT DU FROID) propose une réflexion intelligente et sincère sur la peur de l'engagement, toutefois desservie par un traitement peu créatif. Produit par sociofinancement, le film souffre à l'évidence d'un manque de moyens techniques. Enfin, les talentueux interprètes sont inégalement dirigés.

DEBUG

Canada. 2014. 86 min.

Thriller de David Hewlett avec Jeananne Goossen, Adrian Holmes, Adam Butcher, Jason Momoa, Kerr Hewitt, Tenika Davis.

Six jeunes pirates informatiques purgent une peine de travaux communautaires sur un vaisseau spatial déglingué, opéré par une intelligence artificielle prête à tuer pour devenir humaine.

I'LL SEE YOU IN MY DREAMS

États-Unis. 2015. 92 min.

Comédie dramatique de Brett Haley avec Blythe Danner, Martin Starr, Sam Elliott, Malin Akerman, June Squibb, Rhea Perlman, Mary Kay Place.

L'existence de Carol Petersen, retraitée de l'enseignement veuve depuis 20 ans, semble réglée au quart de tour. La mort de son chien, combinée à la présence encombrante d'un rat venu s'établir dans sa confortable demeure de Los Angeles, bouscule ses habitudes et la sort de sa routine, ponctuée de parties de cartes avec trois fidèles copines vivant en maison de retraite. D'une part, elle se lie d'amitié avec Lloyd, un trentenaire peu ambitieux chargé de nettoyer sa piscine. D'autre part, elle se laisse conquérir par le charme et les manières exquises de Bill, lui aussi septuagénaire. Un peu craintive devant cet amour naissant, Carol ignore par ailleurs que son bonheur risque d'être de courte durée.

Brett Haley (l'inédit THE NEW YEAR) pose un regard doux-amer sur la vie amoureuse des personnes âgées, illustrant sans artifices, mais avec quelques pointes d'humour, leur solitude dans un environnement ensoleillé quoique souvent aseptisé. Le film est illuminé par la performance admirablement nuancée de Blythe Danner (PRINCE OF TIDES, PAUL).

IRIS

États-Unis. 2014. 83 min.

Documentaire de Albert Maysles.

Ce film brosse le portrait d'Iris Apfel, née Barrell, personnalité mondaine new-yorkaise et icône de la mode. D'un enthousiasme contagieux à 93 ans passés, celle qui a vu le jour dans une modeste famille du quartier Queens, durant la Dépression, continue à partager sa passion pour l'art, la haute couture et les gens. Toute jeune, une vendeuse lui a dit qu'elle n'était pas jolie mais qu'elle avait quelque chose qui valait plus que la beauté: du style! Guidée par les sages conseils de sa mère et par son instinct, elle parfait son look en collectionnant vêtements et accessoires trouvés aux quatre coins du monde. Également décoratrice d'intérieur, elle a eu notamment comme mandat de réaménager la Maison-Blanche à plusieurs reprises. En 2005, le Costume Institute présente au Musée des arts modernes de New York une exposition consacrée à son impressionnante collection. Malgré la fatigue des années accumulées, la santé précaire de Carl, son époux centenaire dont elle partage la vie depuis plus de 60 ans, Iris continue de chercher la perle rare en parcourant les petites boutiques et les grands magasins.

Ce dernier documentaire du regretté Albert Maysles (GIMME SHELTER), qu'il a tourné à 87 ans, puise sa force dans la fascination qu'exerce Iris Apfel sur les gens. La réalisation vivante évoque la vie trépidante de cette dernière, qui profite de cette tribune pour livrer avec générosité et entrain une réflexion candide sur l'art et la vie.

SAN ANDREAS

États-Unis. 2015. 115 min.

Film catastrophe de Brad Peyton avec Dwayne Johnson, Carla Gugino, Alexandra Daddario, Paul Giamatti, Hugo Johnstone-Burt, Art Parkinson, Ioan Gruffudd, Archie Panjabi, Alec Utgoff.

Pilote d'hélicoptère dans l'équipe de sauvetage des pompiers de Los Angeles, Ray apprend avec dépit que son ex-épouse Emma s'apprête à aménager chez Daniel, son nouvel amoureux, et que leur fille Emma ne pourra pas passer la fin de semaine avec lui comme prévu. Attendue à son université de Seattle, la jeune femme s'y rend à bord du jet privé de son futur beau-père, qui fait d'abord un bref arrêt à San Francisco pour son travail. C'est alors que se produit un tremblement de terre de magnitude 9, ressenti dans toute la Californie et causé par la rupture de la faille de San Andreas. Après avoir sauvé en hélicoptère Emma, réfugiée sur le toit d'un édifice de Los Angeles, Ray reçoit un appel de détresse de Blake, coincée dans la voiture démolie de Daniel, qui a pris la fuite. Tandis que ses parents se dirigent vers San Francisco, menacée par une réplique sismique encore plus destructrice, l'étudiante reçoit l'aide inespérée d'un jeune Anglais timide et de son petit frère plus dégourdi.

Passée une séquence d'ouverture pleine de suspense et d'humour narquois, SAN ANDREAS s'écrase lamentablement, sous le poids d'un scénario crétin, farci de dialogues ridicules débités avec sérieux par des comédiens gaspillés. Dès lors, le spectacle de destruction attendu et les diverses péripéties laissent indifférents, malgré les moyens techniques mis en oeuvre.

SURVIVOR

États-Unis. 2015. 96 min.

Thriller de James McTeigue avec Milla Jovovich, Pierce Brosnan, Dylan McDermott, James D'Arcy, Roger Rees, Frances de la Tour, Robert Forster, Benno Fürmann, Angela Bassett.

Nouvelle chef de la sécurité à l'ambassade américaine de Londres, Kate Abbott a pour mission de repérer les requérants étrangers soupçonnés d'activités terroristes. Quand elle hésite à délivrer un visa au docteur Emil Balan, un chimiste roumain, l'agente attire l'attention des complices de ce dernier, qui chargent aussitôt un tueur à gages anglais de l'éliminer. Survivant miraculeusement à l'explosion du restaurant où étaient réunis les membres de son équipe, Kate prend la fuite, ignorant cependant que l'assassin peut la suivre à la trace, grâce au GPS contenu dans la puce électronique de sa carte d'identité. Accusée à tort du meurtre d'un collègue en cheville avec les terroristes, Kate se retrouve également pourchassée par la police britannique. Parvenant à semer ses poursuivants, elle en vient à apprendre que le docteur Balan se dirige vers New York...

James McTeigue (V FOR VENDETTA) s'y entend pour trousser des scènes de suspense, dans la meilleure tradition d'Hitchcock. Hélas, son talent est mis au service d'un récit d'espionnage convenu et tissé d'invraisemblances, qui exploite sans grande finesse les traumatismes des survivants du 11 septembre. L'interprétation possède toutefois l'intensité requise.

TRANSATLANTIQUE

Canada. 2014. 72 min.

Documentaire de Félix Dufour-Laperrière.

Les tâches quotidiennes, les divertissements et les périodes de repos ou de recueillement des membres de l'équipage d'un cargo traversant l'océan Atlantique.

Dans la veine du documentaire expérimental LEVIATHAN, TRANSATLANTIQUE transcende l'expérience maritime par la poésie et l'abstraction. Certes, plusieurs images, composées avec art et filmées dans un noir et blanc texturé, exercent une réelle fascination. Mais la traversée comporte également quelques banalités, qui allongent inutilement ce film déjà très court.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter