NOUVELLES

SpaceX entre sur le marché militaire

27/05/2015 02:17 EDT | Actualisé 27/05/2016 05:12 EDT
ASSOCIATED PRESS
An unmanned Falcon 9 SpaceX rocket lifts off from launch complex 40 at the Cape Canaveral Air Force Station, Wednesday, Feb. 11, 2015, in Cape Canaveral, Fla. On board is the Deep Space Climate Observatory, which will head toward a solar-storm lookout point a million miles away. (AP Photo/John Raoux)

La société américaine SpaceX va pouvoir faire son entrée sur le marché convoité des lancements militaires américains, renforçant encore sa position sur le marché international du lancement spatial.

La société américaine fondée en 2002, à capitaux entièrement privés et contrôlée par l'entrepreneur à succès Elon Musk (également fondateur des voitures électriques Tesla) a reçu la certification de l'US Air Force pour pouvoir lancer les satellites militaires américains.

Le marché des lancements militaires se chiffre en milliards de dollars sur les prochaines années. "On peut prévoir de 10 à 12 lancements militaires par an en moyenne", explique Marco Caceres, en charge de l'espace dans la société d'analyse économique Teal Group.

SpaceX sera en concurrence avec ULA, une joint-venture de Boeing et Lockheed Martin qui était en situation de monopole depuis plus une dizaine d'années.

SpaceX, qui a dépensé des millions de dollars d'études et mené un bras de fer judiciaire avec le gouvernement américain pour obtenir sa certification, part avec un avantage prix sur son concurrent, qui lui laisse espérer de rapides gains de part de marché.

SpaceX propose des lancements pour moins de 100 millions de dollars, et affirme que son concurrent est quatre fois plus cher. Pour Marco Caceres, le différentiel dans les appels d'offres risque d'être moins élevé, mais restera substantiel.

"A mon avis, ULA est deux fois plus cher" que SpaceX, estime-t-il.

Outre son avantage prix, SpaceX bénéficie aussi de la dépendance de ULA envers le moteur russe RD180.

Fiable et bon marché, le moteur produit par le groupe public russe Energomash a été une bonne affaire pour les Américains, jusqu'à la brutale montée de tension avec la Russie après les crises de Crimée et d'Ukraine.

Le Congrès américain, aiguillonné notamment par le Républicain John McCain, tente d'interdire à ULA l'importation des moteurs russes dont elle a encore besoin sur les prochaines années pour pouvoir assurer les lancements de sa fusée Atlas V.

"Si le Congrès impose à ULA de retirer trop rapidement le RD180 (...) il pourrait y avoir une période de 5 ans ou la Falcon 9 de SpaceX pourrait être en position de monopole", estime Marco Caceres. "Je pense que le Congrès va faire preuve de bon sens", mais la question n'est pas encore tranchée, souligne-t-il.

Le premier test pour la société californienne sera en juin, lorsque l'armée de l'air américaine recevra les offres pour un lancement de satellite GPS III.

L'accès aux commandes militaires, gage de prévisibilité et de stabilité, va permettre à SpaceX de renforcer sa position sur le marché international commercial des lancements de satellites.

Mais il représente aussi un risque pour SpaceX, qui pourrait devoir accélérer substantiellement ses cadences de lancement.

"Etant donné le carnet de commandes déjà important de SpaceX sur les contrats commerciaux, avec la Nasa, avec les universités, est ce que la société pourra respecter ses délais et lancer à temps?", demande Marco Caceres.

"Jusqu'à maintenant, SpaceX n'a fait que 5 ou 6 lancements par an", mais il lui faudra peut-être passer à "environ un par mois", ce qui représente un défi, a estimé Marco Caceres.

La difficulté que représentera l'accélération des cadences viendra probablement aider Arianespace, grand rival sur les marchés commerciaux dont les prix sont pour l'instant, avec le lanceur Ariane 5, un peu plus élevés que ceux de SpaceX.

"Arianespace pourrait être en mesure de faire valoir une plus grande capacité à tenir ses délais", a indiqué M. Caceres.

En 2014, le GAO, équivalent américain de la cour des comptes française, avait rapporté que le marché des lancements militaires américains représenterait environ 9,5 milliards de dollars sur les 5 ans à venir.

En janvier dernier, SpaceX a levé 1 milliard de dollars auprès de Google et de Fidelity pour financer son développement. Google et Fidelity possède environ 10% de l'entreprise, selon SpaceX.

Space X

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter