POLITIQUE

Les Québécois sont plus religieux qu'on ne le pense, croit Couillard (VIDÉO)

27/05/2015 06:11 EDT

Le premier ministre Philippe Couillard gardera un souvenir ému de sa brève rencontre, mercredi, avec le pape François, en marge de l'audience générale accordée par le souverain pontife une fois la semaine.

Et il ne croit pas être le seul à être impressionné par le pape, se disant convaincu que la fibre religieuse des Québécois est plus forte et résistante qu'on le croit généralement.

Même si la rencontre a duré moins d'une minute, elle a laissé une forte impression au premier ministre, qui était accompagné de son épouse, Suzanne Pilote.

Sur le parvis de la Place Saint-Pierre, occupée par une foule dense estimée à 50 000 fidèles qui ont dû patienter pendant des heures sous un soleil de plomb, M. Couillard a pu enfin s'avancer vers le souverain pontife après une longue attente.

"Il a eu ces mots très émouvants à la fin, ça m'a surpris. Il a dit: je vous demande de prier pour moi. Le pape me demande de prier pour lui! J'ai trouvé ça surprenant et émouvant", a-t-il relaté en point de presse tout de suite après la rencontre, visiblement ému.

M. Couillard lui a remis une lettre l'invitant à venir au Québec en 2017, lorsque Montréal célébrera le 375e anniversaire de sa fondation. Son initiative en ce sens a suivi celle du maire Denis Coderre qui avait lui aussi invité le souverain pontife lors de son bref entretien avec lui, au Vatican, en février dernier.

En mission à Rome jusqu'à vendredi, avec une courte parenthèse à Paris jeudi, Philippe Couillard a rappelé au chef de l'Église catholique que cet anniversaire était important pour la métropole et que sa présence y serait tout à fait indiquée.

"J'ai rappelé l'importance de la religion catholique dans notre histoire, dans nos racines au Québec. Il est très au courant. Il connaît très bien le Québec, le pape François", a-t-il indiqué à l'issue de la rencontre.

Il est difficile à ce moment-ci d'évaluer les chances que le souverain pontife se déplace en sol québécois en 2017.

Le premier ministre croit que malgré le changement radical du rapport des Québécois à la religion au fil des ans, une visite papale au Québec susciterait un grand enthousiasme dans la population. Il a rappelé à cet égard la frénésie ayant entouré la visite de Jean-Paul II, en 1984.

Philippe Couillard croit de plus que l'on sous-estime l'influence actuelle de la religion catholique au Québec.

"Notre rapport à la religion catholique a changé avec les années, mais ce que j'ai constaté, c'est que c'est encore très important pour beaucoup plus de gens qu'on pense chez nous au Québec. À L'Isle-Verte, à Lac-Mégantic, où sont allés les gens pour se rassembler, se recueillir quand le drame les a frappés? À l'église."

Les gens sont aussi très sensibles à la personnalité du pape François, selon lui.

Le premier ministre a aussi remis au pape François des cadeaux provenant de la région du Lac-Saint-Jean: un bâton de pèlerin, oeuvre d'un artisan de Saint-Félicien, et des produits de la terre des pères trappistes.

Dans le passé, l'ex-premier ministre Lucien Bouchard avait rencontré le pape Jean-Paul II, en février 2001, et l'ex-premier ministre Jean Charest avait eu un bref entretien avec Jean-Paul II également en juillet 2003.

En après-midi, M. Couillard s'est rendu à la Chambre des députés de la République italienne, où il a prononcé une allocution devant quelques dizaines de députés et diplomates, sous prétexte de souligner le 50e anniversaire de la présence institutionnelle du Québec à Rome.

Il a rappelé à cette occasion les principales dates de l'histoire du Québec, sans oublier l'influence passée de l'Église catholique romaine pour des générations de Québécois.

M. Couillard a prédit que les prochaines années apporteraient une croissance des échanges entre le Québec et l'Italie, une fois conclue l'entente entre le Canada et l'Union européenne.

Jeudi, il sera à Paris notamment pour assister à la réception officielle de l'auteur Dany Laferrière à l'Académie française et ensuite rencontrer le premier ministre français Manuel Valls.

Avant son retour au Québec, il retournera à Rome, en Italie, notamment pour des entretiens avec des représentants de l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Les 266 papes depuis Pierre