NOUVELLES
27/05/2015 11:40 EDT | Actualisé 27/05/2015 11:48 EDT

Patrick Roy immortalisé par les Remparts

CP

Les Remparts de Québec ont hissé une bannière au nom de Patrick Roy dans les hauteurs du Colisée, lors d'une cérémonie avant la rencontre de mardi entre les Rockets de Kelowna et les Generals d'Oshawa, dans le cadre du tournoi de la Coupe Memorial.

Après avoir accumulé honneurs individuels et championnats de toutes sortes, Patrick Roy collectionne maintenant les bannières.

Le chandail de Patrick Roy a été retiré par l'Avalanche du Colorado, le 28 octobre 2003 et par le Canadien de Montréal, le 22 novembre 2008.

La bannière rouge et noire, décorée du logo des Remparts et relatant les années du passage de Roy avec l'équipe, est allée joindre celles de Jean Béliveau, Guy Lafleur, Jean-Claude Tremblay, Marc Tardif, Peter Stastny et Michel Goulet, entre autres. Elle sera éventuellement hissée dans les hauteurs du Centre Vidéotron.

En présence de tous les joueurs de l'édition actuelle des Remparts, Roy s'est aussi vu remettre un tableau de l'artiste Denis Jacques. S'y trouvent son visage, ceux de Lafleur et de Béliveau, et en mortaise, une image du Colisée avant l'agrandissement.

Parcours chez les Remparts

Après une présentation vidéo relatant ses plus grands moments de joueur et d'entraîneur, Roy a foulé le tapis rouge à l'extrémité sud de la patinoire, sous les applaudissements nourris de la foule. L'enfant chéri était de retour dans son patelin.

Roy a passé dix ans avec les Remparts, de 2003 à 2013, tous à titre de directeur général. À compter de sa troisième saison, il a ajouté la fonction d'entraîneur-chef de l'équipe. Dès sa première campagne derrière le banc, en 2005-2006, il a soulevé la coupe Memorial.

Pendant son séjour de huit ans comme entraîneur, il a accumulé 348 victoires, ce qui lui confère le 11e rang dans l'histoire de la LHJMQ.

Arborant une barbe grisonnante et d'allure svelte, Roy s'est dit touché par le geste de l'organisation.

«Ce furent des années extraordinaires pour moi. Ç'a été un tremplin pour me permettre de vivre une nouvelle expérience, qui m'a excessivement bien préparé. J'ai eu des partenaires extraordinaires, Jacques Tanguay notamment, qui m'a soutenu jusqu'au moment où j'ai quitté l'organisation.»

Roy a toutefois évité les comparaisons avec le retrait de son chandail par le Canadien il y a six ans et demi. Au passage, il a rappelé qu'il avait pratiqué ce sport par amour, d'abord et avant tout.

«Je n'ai jamais joué au hockey dans le but de voir mon chandail retiré un jour. J'ai joué au hockey parce que j'étais passionné. La passion, c'est ce qui m'a probablement amené à connaître la carrière que j'ai connue. En même temps, la passion pour moi, ça se passe beaucoup plus au jour le jour, et non en pensant à ce qui va arriver à la fin de ma carrière, si on va retirer mon chandail ou si je serai intronisé au Temple de la renommée. Ce sont des honneurs que j'apprécie énormément et ce sont des gestes qui viennent me chercher.»

Souvenirs du Colisée

La cérémonie cadrait également bien avec la dernière activité sportive à meubler la glace du Colisée, et Roy a fait rire le groupe de journalistes lorsqu'il a été invité à décrire les grandes qualités de l'historique édifice.

«Ce que j'aimais beaucoup, c'était l'air climatisé qu'il y avait dans le Colisée! Ça rendait la glace extraordinaire!», a-t-il d'abord lancé.

«Non, c'était l'ambiance. On avait l'impression que les gens étaient au-dessus de la glace. Je pense que c'est l'aspect qu'on aime tous en tant que joueur de hockey. D'avoir la chance de jouer dans un édifice où il y a de l'ambiance, où les gens sont proches de la glace. Ça peut même paraître intimidant par moment. Pour moi, ça m'a permis de vivre de beaux moments dans ma carrière.»

Roy est devenu le cinquième immortel des Remparts après Marc-Édouard Vlasic, Guy Lafleur, Simon Gagné et Alexander Radulov.

Les grands moments de la carrière de Patrick Roy

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter