NOUVELLES

Saulie Zajdel, ex-conseiller municipal à Montréal, plaide coupable de corruption

27/05/2015 01:54 EDT | Actualisé 27/05/2016 05:12 EDT
PC

Saulie Zajdel, qui a été conseiller municipal de Montréal pendant 23 ans et candidat conservateur défait dans Mont-Royal, a plaidé coupable, mardi, à des accusations de corruption et d'abus de confiance.

D'abord accusé de cinq chefs, M. Zajdel évite la prison grâce à ses deux plaidoyers de culpabilité relativement à des transactions immobilières dans son arrondissement de Côte-des-Neiges_Notre-Dame-de-Grâce (CDN-NDG). Il a aussitôt été condamné à une peine de 18 mois de prison avec sursis, période durant laquelle il devra effectuer 240 heures de travaux communautaires. Il devra aussi verser 10 000 $ à divers organismes.

Conseiller municipal pendant près d'un quart de siècle dans CDN-NDG, M. Zajdel a été tour à tour des administrations de Jean Doré, de Pierre Bourque et de Gérald Tremblay, de 1986 à 2009.

Il avait été arrêté par l'Unité permanente anticorruption il y a deux ans, en même temps que le maire intérimaire de Montréal, Michael Applebaum - ancien maire de CDN-NDG -, et l'ex-directeur de cet arrondissement, Jean-Yves Bisson. L'ex-conseiller municipal avait ensuite été formellement accusé de cinq chefs d'abus de confiance, de fraudes envers le gouvernement et de corruption.

Saulie Zajdel a aussi touché à la politique fédérale, en devenant en 2011 candidat conservateur dans le château-fort libéral montréalais de Mont-Royal, contre Irwin Cotler, qui représente cette ancienne circonscription de Pierre Trudeau depuis 1999. Défait aux élections de 2011, M. Zajdel a alors été recruté par le ministre du Patrimoine de l'époque, James Moore, pour devenir son "agent de liaison interculturelle". M. Cotler, alors dans l'opposition, estimait plutôt que M. Zajdel agissait comme un "député fantôme", travaillant dans l'ombre pour le gouvernement conservateur dans le comté. Il a finalement quitté ce poste en 2012.

L'ex-directeur de l'arrondissement de CDN-NDG Jean-Yves Bisson faisait face à quatre chefs d'accusation relativement à de présumés pots-de-vin, mais il a reconnu sa culpabilité pour un de ces chefs, et il a lui aussi échappé à la prison. Il a écopé d'une peine d'emprisonnement avec sursis de neuf mois et de 241 heures de travaux communautaires; il devra aussi verser un don de 13 000 $ à la Fondation de l'hôpital Sainte-Justine.

Quant à l'ex-maire Applebaum, son enquête préliminaire s'ouvrira lundi prochain.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter