NOUVELLES

Contre-discours des réseaux sociaux en réponse à la propagande djihadiste

27/05/2015 02:39 EDT | Actualisé 27/05/2016 05:12 EDT
Robert S. Donovan/Flickr
Sure there's a productivity issue that we're all aware of that many choose to ignore and/or justify. There's another factor that most people don't think about that in my opinion is worth consideration. <a href="http://www.robertsdonovan.com/?p=1424" rel="nofollow">Read about it in my latest blog post.</a>

Après les Etats-Unis et la Grande-Bretagne, Google, Facebook et Twitter tentent ensemble de promouvoir en France sur internet un "contre-discours" en réponse à la propagande jihadiste, avec la participation du gouvernement et d'associations.

L'objectif de cette alliance inédite des trois grands concurrents du web est de contrer la déferlante de vidéos de propagande qui, en jouant sur des mythes de justice et d'héroïsme, cherchent à embrigader des jeunes gens pour les convaincre de partir en Syrie ou en Irak. La France est l'un des principaux pays occidentaux fournisseurs de jihadistes.

"Nous luttons contre les appels à la haine et la violence : nous avons retiré de YouTube 14 millions de vidéos l'an dernier", a expliqué Benoît Tabaka, directeur des politiques publiques de Google France. "Mais ce n'est pas suffisant: pour les combattre, il faut diffuser un contenu positif".

Pour tous les experts en effet, la répression seule des sites terroristes n'est pas une solution. Et si la loi française antiterroriste permet désormais au gouvernement socialiste de demander le déréférencement de sites, Google France dit ne "jamais avoir reçu aucune demande de la part des autorités".

Pour être efficace, le contre-discours, un concept né dans le monde anglo-saxon, doit être créatif. Il peut passer par la dérision et l'humour, ou encore par des contre-arguments théologiques, du fact-checking (vérification des faits, NDLR) ou encore donner la parole à des "repentis" du jihad, les plus crédibles pour répondre à la propagande, ont estimé les intervenants.

Mais les associations, considérées comme les plus efficaces pour porter ce discours, maîtrisent encore mal cette communication.

"Avec notre expertise numérique, nous allons les aider à mieux promouvoir ces contenus sur internet et les réseaux sociaux. Nous leur offrirons aussi gratuitement des liens sponsorisés qui apparaissent en haut des recherches, par exemple pour des mots-clés comme +partir pour le jihad+", a expliqué Benoît Tabaka.

Les trois groupes ont convié mercredi au siège français de Google à Paris une trentaine d'associations pour les former à la création de messages susceptibles d'être largement partagés entre internautes. Etaient également présents des représentants du ministère de l'Intérieur, associé à l'opération, et de nombreux experts.

Jouer sur l'émotion

"Le contre-discours a un énorme potentiel pour donner un message différents aux jeunes en voie de radicalisation. Mais il est encore peu développé en France", a souligné Delphine Reyre, directrice des affaires publiques de Facebook, citant en exemple le succès mondial du "hashtag" (mot dièse) et du logo "jesuischarlie" sur les réseaux après les attentats de janvier à Paris.

Les géants d'internet sont prêts à aider ces contenus à gagner une notoriété naturelle, mais pas à les mettre délibérément en avant. "Facebook doit rester neutre et ne doit pas juger les contenus", a résumé un porte-parole du groupe.

"Les mouvements jihadistes produisent des vidéos bien faites, savent manier les outils de montage, maîtrisent le story-telling (le récit). Ils n'ont plus du tout besoin des médias. Un discours de l'Etat Islamique fait le tour du monde 100 fois avant d'atterrir dans un journal", a souligné le journaliste de la chaîne France 24 Wassim Nasr, spécialiste du sujet.

Le gouvernement français lui-même s'est lancé depuis février dans des opérations de contre-discours, avec une vidéo répondant point par point aux arguments jihadistes et renvoyant vers le site où les familles peuvent signaler des jeunes tentés par un départ.

"Cette vidéo a été vue plus de 2 millions de fois. Nous réfléchissons à la compléter avec des témoignages de familles", souligné Christian Gravel, directeur du Service d'information du gouvernement.

"Il ne faut pas être seulement dans le registre rationnel : il faut comme Daesh (acronyme arabe du groupe Etat islamique) être dans celui de l'émotion, produire un récit, susciter de l'adhésion, rétablir un contact avec ceux qui se sentent rejetés", a-t-il poursuivi. "Mais quand un outil est estampillé avec le logo de l'Etat, sa réception est limitée", reconnaît-il.

"Personne n'ira sur un site gouvernemental pour chercher un contre-discours. Ce doit être un mouvement citoyen", a renchéri la sénatrice Nathalie Goulet, présidente de la commission d'enquête du Sénat sur l'organisation de la lutte contre les réseaux jihadistes.

L'évolution des logos high tech

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter