NOUVELLES

Audi Q7 2016: le multisegment intelligent (ESSAI/PHOTOS)

26/05/2015 07:58 EDT
LuxuryCarMagazine.com

Sion, Suisse - Choisir un Audi Q7, c’est à l'heure actuelle choisir un spacieux multisegment agréable, confortable et luxueux, mais sans plus. Bien sûr, le Q7 connait un certain succès et se comporte avec une certaine aisance, mais il n’a de spectaculaire que son logo aux quatre anneaux sur la calandre. La prochaine génération du Q7, qui fera son entrée un peu plus tard cette année sur notre marché, risque fort de changer tout cela.

Ne nous méprenons pas ici : le Audi Q7 a changé, mais il ne fera pas encore tourner les têtes. En fait, si l’on peut justement reprocher quelque chose à la génération 2016, c’est son look extérieur un brin trop conservateur. On a bien modifié la calandre un peu, remanié la ligne de toit et remodelé la silhouette tout entière, le Q7 n’a rien à couper le souffle. Disons qu’il donne désormais l’impression d’une taille beaucoup plus petite, et d’une allure plus proche d’une familiale que d’un multisegment.

Ne vous laissez pas berner cependant, car les apparences sont trompeuses. Le grand véhicule de luxe de Audi se permet un aspect extérieur anodin, pour mieux cacher sa véritable personnalité. Car ce nouveau Q7 abrite le nec plus ultra en matière de technologie et de confort, et offre une myriade de gadgets aussi impressionnants qu’étonnants.

Réglons la chose tout de suite : ce n’est pas sous le capot que le Q7 étonne. Il reprend le moteur V6 3,0 litres TSFI déjà connu, et qui, jumelé à la boite automatique 8 vitesses Tiptronic, décline avec aisance ses 333 chevaux. Même dans les conditions plus exigeantes de notre essai (qui se déroulait devons-nous préciser, dans les hautes montagnes de la Suisse bucolique, sur des routes escarpées et sinueuses à plus de 1 600 mètres d’altitude), le grand Audi Q7 se démenait avec vivacité et enthousiasme, sans jamais faire ressentir son essoufflement.

Audi Q7 2016


La mécanique plus écologique qui équipe la version TDI (un moteur 6 turbodiesel de 272 chevaux marié à la même boite automatique) s’est avérée agréable même si ce duo semblait souffrir davantage des nombreuses montagnes à gravir. Dans ce dernier cas, c’est la moyenne de consommation qui était la plus spectaculaire. Selon Audi, elle se chiffre à quelque 6,2 litres en moyenne combinée.

Une version e-tron, combinant une motorisation diesel et un moteur électrique, sera aussi offerte, mais personne n’a pu confirmer la date d’arrivée et aucune version n’est encore disponible pour essai. Précisons que toutes les versions sont offertes armées du rouage intégral Quattro maintes fois primé.

Il faut dire que le grand multisegment a subi une vaste diète amaigrissante, lui permettant de retrancher quelque 325 kilos en poids total en charge. Concrètement, on a misé sur l’usage de matériaux plus légers comme l’aluminium par exemple, dans la construction de différents éléments de la voiture. Le châssis s’en trouve donc allégé (même si on a amélioré sa rigidité avec de l’acier résistant par endroits), et même la transmission automatique a diminué de poids.

LIRE AUSSI:

» Essai Routier Lexus NX200t F-Sport 2015, que de style

Le véritable grand secret du Audi Q7, c’est dans l’habitacle et dans les entrailles qu’il se cache. La portion habitable du Q7 n’est rien de moins que spectaculaire. Audi nous a habitués à des tableaux de bord bien pensés, et le constructeur ne dément pas sa réputation une fois encore.

L’usage du cockpit virtuel contribue largement à cet attrait. Simplement expliqué, le cockpit virtuel n’est qu’un affichage totalement numérique, en l’absence de jauges mécaniques, un peu comme si le tableau de bord se transformait en écran d’ordinateur. On obtient alors un affichage haute définition d’une grande beauté, que l’on peut moduler quasi à volonté et auquel on peut joindre l’information que l’on veut.

Dans le cas du Q7 cependant, c’est tout l’habitacle qui propose un look exceptionnellement réussi. L’écran d’affichage avant, par exemple, est d’une grande qualité, et présente les informations que le nouveau système multimédia de Audi exige.

Cette fois, oubliez la troublante molette au temps de réponse aléatoire qui équipait les anciennes générations. La nouvelle version du système propose plutôt un écran tactile facile à manipuler, aisé à comprendre et nettement plus ergonomique que l’ancienne génération. On doit toujours y jeter un œil pour l’utiliser efficacement, mais on finit par s’y habituer plus facilement.

Les autres commandes sont aisément accessibles, et intégrées dans l’habitacle avec soin. On peut sans aucune hésitation affirmer que la planche de bord du Audi Q7 est l’une des plus réussies dans le créneau.

Un bon mot aussi pour l’espace intérieur plus qu’abondant et confortable, et pour les sièges offrant toujours un excellent support. Évidemment, il est facile de comprendre qu’en version passagers, le Q7 propose une troisième rangée un peu plus étroite et moins facilement accessible, comme l’est toujours ce genre de rangée. Elle se replie cependant du bout du doigt dans le plancher, agrandissant d’autant l’espace de chargement autrement limité à 890 litres ce qui place le Audi Q7 dans la bonne moyenne de sa catégorie

Trouvailles technologiques

L’innovation la plus intéressante du Audi Q7 est sans conteste la présence d’un système à quatre roues directionnelles. Rapidement expliqué, ce système offre des roues arrière qui sont mobiles latéralement, et qui suivront la direction du volant pour permettre un rayon de braquage étonnamment court. Ce mouvement permettra aussi une plus grande stabilité lors de changements de voie à une certaine vitesse.

Une fois ces choses dites, le nombre d’autres trouvailles technologiques qui équipent le Audi Q7 pourrait presque faire pâlir d’envie un ingénieur récemment diplômé. Car le nouveau multisegment germanique est sans contredit le véhicule qui se rapproche le plus de la conduite autonome disponible chez nous.

Comme la plupart des véhicules qui revendiquent ce genre de titre, le Audi Q7 propose un régulateur de vitesse intelligent qui permet de moduler la vitesse du véhicule sur celle du véhicule qui le précède. Le Q7 freinera donc et réaccélérera le cas échéant.

Mieux encore, parce qu’il est doté d’un détecteur de changements de voie, le gros multisegment corrigera sa trajectoire s’il sent qu’elle le dirige vers une autre voie sans que le conducteur ait manifesté son intention. Ces deux modules jumelés permettent littéralement au véhicule de se conduire seul en zone urbaine : il corrigera son déplacement, freinera et accélérera au bon moment alors qu’il est coincé dans le trafic. Seul un virage plus prononcé incitera le Q7 à réclamer l’aide du conducteur avec un avertisseur visuel.

Impressionné? Ce n’est pourtant là que le début. Le Audi Q7 pousse la notion encore plus loin en utilisant la lecture des affiches de signalisation et les cartes GPS pour déterminer la conduite à suivre. Concrètement cela signifie qu’une fois le régulateur de vitesse enclenché sur une route donnée (lors de notre retour vers l’aéroport par exemple), le Q7 non seulement dictait notre conduite verbalement, mais suivait de lui-même les limites de vitesse permises, et réduisant la cadence lorsque la conduite l’exigeait.

Ainsi, sur une route de campagne, le Q7 limitait notre vitesse de déplacement aux 30 kilomètres à l’heure permis sans que nous ayons à toucher aux pédales!

En cas de stationnement, c’est aussi le Q7 qui se chargera du gros du travail. Après avoir déterminé l’emplacement requis, il vous suffira de gérer la vitesse de déplacement avec les pieds, et le véhicule s’assurera d’emprunter la bonne trajectoire.

Même les amateurs de remorquage sont gâtés puisque le nouvel ancrage de remorquage du Q7 se chargera de maintenir la stabilité de la remorque évidemment. Mais plus encore, elle contribuera à assurer une trajectoire correcte lorsque vient le temps de reculer en courbe avec le convoi, ou conservera au contraire la rectitude de la trajectoire si on recule en ligne droite. Ainsi outillé, même moi j’ai pu reculer une remorque sans aucune hésitation.

Conclusion

Le nouvel Audi Q7 a beau ne pas faire l’unanimité sur le look, il n’en demeure pas moins un véhicule exceptionnellement efficace sur la route. On ne connaît pas encore le prix ou la date exacte de sortie, mais je suis persuadé qu’il fera grand bruit dès son arrivée sur nos routes.

Source: LuxuryCarMagazine.com

Abonnez-vous à HuffPost Québec Autos sur Facebook
Suivez HuffPost Québec Autos sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

VUS urbains 2015