BIEN-ÊTRE

La gentillesse est contagieuse et cela se voit dans certaines régions du cerveau

25/05/2015 11:56 EDT
Blend Images - Dave and Les Jacobs via Getty Images
Close up of older woman and caretaker holding hands

Regarder une personne en aider une autre ne laisse jamais indifférent. Cela fait du bien, donne le sourire, fait chaud au cœur. Selon plusieurs études, cela donnerait même envie de se comporter de façon plus altruiste à son tour.

Certains chercheurs ont voulu comprendre cette sensation chaleureuse et cette envie de reproduire l'acte de bonté. Leur étude est parue récemment dans la revue Biological Psychiatry.

Pour ce faire, ils ont mesuré l'activité du cerveau et le rythme cardiaque de 104 étudiants à l'université pendant que ceux-ci regardaient des vidéos. Deux catégories de films leur étaient proposées : des vidéos d'actes de bonté d'une part (par exemple, une personne qui en aide une autre parce qu'elle est blessée ou souffre), des situations humoristiques de l'autre.

L'empathie activée dans le cerveau

Devant les vidéos d'actes de gentillesse, les chercheurs ont pu noter un pic d'activité dans les systèmes nerveux sympathique et parasympathique. Cette combinaison est très peu courante, car l'un des systèmes est lié à une réaction instinctive de vouloir fuir, quand l'autre a à voir avec une réaction auto-apaisante, calmante.

Pour s'assurer que ces deux régions du cerveau n'étaient activées que devant une situation bien particulière, les chercheurs ont montré des vidéos humoristiques aux participants. Les deux systèmes n'ont pas présenté de pic d'activité.

Pourquoi l'activation de ces deux systèmes nerveux est-elle surprenante? Devant un tel acte de compassion on est à la fois témoin d'une souffrance et d'un acte de bienveillance. Ce qui entraîne d'une part une réponse de stress et active le système nerveux sympathique et d'autre part une sensation de soulagement car le système parasympathique s'active.

En quoi cela peut-il expliquer que la bonté est contagieuse? Les chercheurs ont constaté que dans ces cas bien précis où les deux systèmes nerveux sont activés, une autre région du cerveau se met elle aussi en marche : le cortex préfrontal, zone de l'empathie et de la capacité à prévoir les pensées et le comportement des autres.

En d'autres termes, lorsqu'on observe quelqu'un en souffrance se faire aider par une personne, notre cerveau est activé de telle manière qu'on pourrait avoir envie, besoin, de reproduire une bonne action. Reste à savoir quel est exactement le rôle du cortex préfrontal et pour cela il faudra de plus amples recherches.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

13 méthodes scientifiquement prouvées pour être heureux