DIVERTISSEMENT

Publication du 2e roman de Tom Rachman, l'auteur du succès mondial «Les Imperfectionnistes» (ENTREVUE)

24/05/2015 04:08 EDT | Actualisé 24/05/2015 04:12 EDT
Courtoisie

Tom Rachman a séduit le monde avec son premier roman, Les Imperfectionnistes, un méga succès traduit en 25 langues, racontant les coulisses d’un journal international basé à Rome et la vie de ses scribes. Il revient à la charge avec Gloire et Déchéances des Grandes Puissances, une histoire sans courbe dramatique tonitruante, mais construite autour de personnages si forts et campés dans des époques si finement décrites qu’on se laisse emporter par une vague de bonheur pur pendant plus de 600 pages.

Le dernier-né littéraire de cet auteur britannique, ayant grandi à Vancouver, s’élabore autour de Tooly, jeune propriétaire d’une librairie nommée « La fin du monde », campée dans la campagne galloise. Convaincue que la vente de livres est une profession en phase terminale, dénuée d’ambitions, allergique aux nouvelles technologies et divorcée du monde, la trentenaire écume les jours aux côtés de son seul employé, avec qui elle passe du coq à l’âne à une vitesse vertigineuse, en accumulant les traits d’esprit.

Lorsqu’elle apprend par un ancien amoureux américain que celui qu’il croit être son père est mal en point, elle décide de franchir l’océan pour en avoir le cœur net. Dès l’instant où elle rouvre une porte vers son passé, elle doit se frayer un chemin parmi de nombreux souvenirs : ses études primaires à l’école internationale de Bangkok dans les années 80, la période où elle s’est amourachée d’un étudiant new-yorkais en 1999 et celle, plus récente, où elle retrouve un certain Humphrey, qui ne ressemble plus au vieux russe bourru qui consacrait sa vie à la lecture et aux échecs. La rencontre ravivera de multiples questions sur ses origines, ceux qui ont veillé sur elle et sa nature profonde.

« J’ouvre le roman en prenant le temps d’installer l’atmosphère et les personnages méticuleusement, sans revirement de situation majeur, explique l’écrivain. C’est un risque en 2015, puisque les gens sont entraînés à ne pas être patients, obtenir des réponses rapides et exiger du suspense. Mais il y a une autre forme d’excitation : celui de terminer un chapitre avec l’envie d’en savoir plus sur les personnages qu’on ne connait que partiellement. »

Expérience de lecture

Gloire et Déchéance des Grandes Puissances a des allures de roman casse-tête, avec des personnages clandestins (ils déménagent sans cesse, contournent les questions sur eux-mêmes et changent de personnalité dès qu’ils en ont l’occasion) et une intrigue qui encourage les lecteurs à chercher les liens pour comprendre.

« Avec mon récit, je voulais illustrer que si on juxtapose des périodes de nos vies avec l’histoire plus récente, on commence à voir les contrastes des humains et de notre époque. C’est un défi intellectuel et esthétique. L’idée n’est pas de pousser les lecteurs à travailler, mais d’ouvrir des synapses dans leur tête avec une lecture active et stimulante. Je préfère les livres dont les chapitres se terminent avec des personnages qui dansent dans ma tête aux divertissements momentanés qu’on oublie vite. »

Revisiter le monde

Ex-correspondant pour l’Associated Press, Tom Rachman a foulé le sol de plusieurs pays visités par Tooly, ce qui lui permet d’ajouter une foule de détails géographiques, culturels et sociaux qui donnent un supplément d’âme à son histoire.

« J’ai vécu quatre ans à New York dans les années 90, à la mi-vingtaine, alors que je commençais à porter attention au reste du monde en tant que participant, et non comme un simple observateur. Néanmoins, décrire cette époque était un défi puisque les lecteurs connaissent très bien ce monde. Je devais l’évoquer avec beaucoup de vérité. »

« J’avais visité Bangkok et le Pays de Galles quelques fois, ajoute-t-il, mais j’y suis retourné pour faire des recherches supplémentaires. J’écrivais d’abord une version de mon récit qui se déroulait dans certains lieux, puis j’ajoutais des éléments précis pour donner plus de vie à l’environnement de Tooly. C’est un délice de fouiller l’histoire pour comprendre l’état d’esprit des gens, leur vision du monde ou la musique qu’ils écoutaient. »

Qui suis-je? Où vais-je?

Amalgame des hommes et des femmes qui suivent sa route depuis son enfance (un truand généreux qui lui apprend à vivre à l’extérieur du monde à grand renfort de manipulation, une drama queen séductrice, un informaticien de qui elle a hérité un sens du devoir et un russophile qui lui a appris la gentillesse), Tooly réalise peu à peu la force qui émane d’elle seule.

« Quand on est jeune, certains proches ont une grande influence sur notre vision du monde et de nous-mêmes, quasi comme une figure héroïque. Mais plus tard, on réalise que cette personne n’était pas du tout ce qu’on croyait. À force de revisiter son passé, Tooly apprend aussi à réaliser qu’elle n’est pas celle qu’elle croyait elle-même… »

Au final, ce roman à la facture unique est une véritable déclaration d’amour à la littérature. « Tooly a tant déménagé qu’elle ne sait pas où est sa place et ne possède pas un sens clair de la famille, mais elle trouve une forme d’accompagnement dans les livres. Peu importe où elle se trouve sur la planète, si elle est seule ou entourée, elle peut retrouver les histoires. Les personnages deviennent des références, alors que tout bouge autour d’elle. »

« Gloire et Déchéance des Grandes Puissances » est présentement en librairies.

Livres québécois à surveiller en 2015

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter