NOUVELLES

Une spécialiste du harcèlement sexuel se fait harceler par des cadets à Kingston (VIDÉO)

22/05/2015 06:22 EDT | Actualisé 22/05/2015 06:23 EDT

Embarras au Collège militaire royal de Kingston, qui a présenté ses excuses à une spécialiste du harcèlement sexuel, elle-même victime de harcèlement par des cadets.

La lettre d'excuses, obtenue par le réseau anglais de Radio-Canada, a été envoyée cinq mois après les faits.

Julie Lalonde est encore bouleversée par sa brève visite à ce collège militaire en sa qualité de conférencière. Sa présence devait servir à sensibiliser les cadets au phénomène du harcèlement et de l'agression sexuelle.

« Ce que j'ai vu, ça m'a donné des cauchemars. Je ne peux pas m'imaginer ce qu'est la réalité d'être une femme de 19 ans, qui va au collège militaire. » — Julie Lalonde

Respectée et reconnue, Mme Lalonde a été invitée en octobre dernier par les responsables du collège à prendre la parole devant près de 1000 étudiants.

La conférencière affirme avoir eu droit à des commentaires sexistes.

« Je t'aurais peut-être écoutée si tu n'étais pas une femme », lui aurait dit un des cadets. « Ça vous dit quelque chose sur le rôle des femmes au collège », lance Julie Lalonde.

Le témoignage de Julie Lalonde intervient trois semaines après le dévoilement d'un rapport accablant sur les agressions sexuelles et le harcèlement au sein des Forces canadiennes. L'ex-juge de la Cour suprême Marie Deschamps y a exposé une culture militaire hostile aux femmes et aux minorités sexuelles.

La juge Deschamps avait alors recommandé des gestes concrets.

« L'impact doit se faire sentir à tous les niveaux, non seulement dans le milieu de vie quotidienne, mais aussi dans le soutien aux victimes », avait-elle insisté.

Après sa conférence, Julie Lalonde avait fait part de sa profonde déception sur les médias sociaux. Des élèves officiers ont répliqué par une série d'insultes.

Il aura fallu cinq mois pour que le collège présente des excuses dans une lettre et admette que le comportement de certains étudiants n'était pas professionnel. Les responsables du collège assurent que des mesures ont été prises sans en préciser la nature.

Pour Julie Lalonde, le rapport de Mme Deschamps traduit la réalité et « il faut en parler ».

D'après un reportage de Marc Godbout

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter